Archives par mot-clé : Bulgarie

DÉMONSTRATION SANS COMMENTAIRES, par François Leclerc

Billet invité.

Agitant le spectre d’un retour aux frontières d’avant Schengen, qui représenterait une énorme marche arrière, les plus hautes autorités ont fini par prendre la mesure d’une affaire qui les dépasse. En convoquant un sommet le 23 septembre prochain, le président du Conseil européen Donald Tusk a évoqué la plus grand crise migratoire survenue en Europe depuis la seconde guerre mondiale. Rien n’ayant été fait pour l’anticiper en dépit des alertes pressantes du Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR), croyant naïvement être épargnées des conséquences de la guerre à ses portes, les autorités européennes sont comme à l’habitude réduites à improviser, et pour commencer à enregistrer leurs divisions.

Continuer la lecture de DÉMONSTRATION SANS COMMENTAIRES, par François Leclerc

Partager :
Email This Post Email This Post

L’actualité de demain : LE MALAISE POLITIQUE GRANDIT, par François Leclerc

Billet invité.

Heureux résultat, l’interdiction des parachutes dorés décidé par un referendum d’initiative populaire en Suisse est-il une surprise ou tout simplement l’accomplissement de ce qui devait finir par arriver et va se poursuivre en Europe ? Car, un profond malaise s’est installé dans les opinions publiques et s’exprime quand l’occasion s’en présente, ou bien quand ce n’est vraiment plus possible, il emprunte les chemins disponibles et prend les formes les plus variées, y compris parfois les pires.

C’est le cas au Royaume-Uni avec la montée en puissance électorale de l’UKIP, ce parti sous la pression duquel se trouve David Cameron et qu’il a traité de « barjots, de cinglés et de racistes ». Ce qui n’a pas empêché celui-ci de devancer les conservateurs lors de l’élection partielle de Eastleigh avec 27,8% des suffrages. Mais l’extrême-droite ne donne pas le ton en Europe, en dépit également de l’apparition en Grèce d’Aube dorée, le parti néo-nazi.

Continuer la lecture de L’actualité de demain : LE MALAISE POLITIQUE GRANDIT, par François Leclerc

Partager :
Email This Post Email This Post

L’actualité de demain : « NOUS SOMMES NOMBREUX, NOUS SOMMES LES PLUS FORTS ! » par François Leclerc

Billet invité.

« Les partis dehors ! », « Nous sommes nombreux, nous sommes les plus forts ! », « Stop à la mafia ! » : des dizaines de milliers de Bulgares ont manifesté aujourd’hui dimanche dans toutes les villes du pays, répondant à un appel relayé par les réseaux sociaux d’une trentaine d’organisations de la société civile. Dans un pays de moins de 7,5 millions d’habitants, ils étaient selon un sondage Gallup soutenus par 92% de la population.

Les protestations se succédaient depuis une quinzaine de jours, à la suite d’une brutale augmentation des tarifs d’électricité des trois grands monopoles étrangers, dont la nationalisation est demandée, aboutissant à la démission du gouvernement de centre-droit de Boïko Borissov. Une fois encore, les manifestants ont réclamé une nouvelle constitution garantissant « une participation plus active de la société civile dans les institutions de l’État », exigeant notamment un moratoire sur le paiement des factures d’électricité, la suppression de la TVA sur celles-ci, et l’ouverture d’enquêtes sur les privatisations et l’utilisation des fonds européens. La moitié des sièges du Parlement devraient être, selon la plate-forme des organisations mise au point lors d’une réunion la veille, réservés aux représentants de la société civile et les députés devraient pouvoir être révoqués avant la fin de leur mandat.

« Nous sommes chargés d’une tâche inhabituelle pour la société civile : nous attaquer aux problèmes qui se sont accumulés depuis la chute du communisme il y a 23 ans, et qui ont transformé les gens en mendiants », a déclaré l’un des organisateurs.

 

Partager :
Email This Post Email This Post

LE RÉGIME GREC, par Michel Leis

Billet invité.

À l’heure où les urnes ont livré leur verdict en Grèce, je reviens d’une série de voyages professionnels qui m’ont conduit d’Athènes à Sofia. Comme souvent dans les tragédies grecques, le drame auquel nous assistons est le prolongement de drames antérieurs, une histoire en deux temps et trois groupes d’acteurs. Les trois groupes d’acteurs, ce sont les pays fondateurs de l’Union, les pays du Sud et les nouveaux entrants de l’ex-bloc de l’Est. Les deux temps de notre histoire, c’est le milieu des années 80 qui a vu l’intégration des pays du Sud et la période qui s’est ouverte à l’orée des années 90 avec la chute du mur, et qui s’est logiquement achevée avec l’intégration des ex-pays de l’Est au milieu des années 2000.

En prélude à notre histoire, lorsque le Sud rejoint l’UE, ces régions sont vues comme un nouvel eldorado. La péninsule ibérique est un marché géographiquement cohérent de 56 millions d’habitants. Les programmes d’aides de l’UE doivent apporter la prospérité et permettre une industrialisation rapide tandis que le différentiel de salaire permet d’espérer des profits élevés. Ce schéma idéal se met progressivement en place, on peut donner l’exemple de l’industrie automobile qui est un bon indicateur. En Espagne, on passe en quelques années d’une position marginale à une place de 3ème producteur européen avec 18 sites de production. Le Portugal bénéficie aussi de quelques investissements comme l’implantation conjointe Ford / VW ou celle de Renault. Si cette industrie est largement exportatrice jusqu’à l’orée des années 2000, une grande partie de cette production est aussi absorbée par le marché intérieur.

Continuer la lecture de LE RÉGIME GREC, par Michel Leis

Partager :
Email This Post Email This Post