Archives par mot-clé : Chypre

L’actualité de la crise : CASSE-TÊTE A CHYPRE, par François Leclerc

Billet invité

À nouveau, nous y sommes ! Réuni lundi, l’Eurogroupe a finalement décidé de renflouer Chypre, car les banques grecques dont le sauvetage fait encore débat à Athènes avec la Troïka subiraient son défaut de plein fouet, créant en retour une réaction systémique européenne. Mais comment ? Car le casse-tête qui traîne depuis juin dernier n’a toujours pas été résolu et doit pourtant l’être d’ici la fin du mois.

Les besoins de financement sont estimés à 17 milliards d’euros, l’équivalent du PIB chypriote, mais les emprunter porterait la dette publique à 147 % du PIB, un niveau insoutenable impliquant de restructurer la dette, ce qui toucherait les banques grecques également. Que faire ? Il est donc question de bâtir un programme de privatisations – dont l’expérience a montré qu’il n’est jamais accompli en temps voulu pour les montants prévus – et de puiser dans les dépôts des banques, car il ne reste plus que cela comme solution à l’équation. Ce qui risque de faire plus de mal que de bien, car cette annonce ne pourrait que précipiter une ruée des capitaux hors de Chypre, qui a d’ailleurs déjà du commencer. L’heure est grave.

Chypre représente un cas d’école. Non seulement parce que le pays est un paradis fiscal et une voie de transit des capitaux douteux, mais parce que l’interconnexion des dettes publiques avec celle de l’État y est portée à son comble.

Partager :

L’actualité de demain : LE MALAISE POLITIQUE GRANDIT, par François Leclerc

Billet invité.

Heureux résultat, l’interdiction des parachutes dorés décidé par un referendum d’initiative populaire en Suisse est-il une surprise ou tout simplement l’accomplissement de ce qui devait finir par arriver et va se poursuivre en Europe ? Car, un profond malaise s’est installé dans les opinions publiques et s’exprime quand l’occasion s’en présente, ou bien quand ce n’est vraiment plus possible, il emprunte les chemins disponibles et prend les formes les plus variées, y compris parfois les pires.

C’est le cas au Royaume-Uni avec la montée en puissance électorale de l’UKIP, ce parti sous la pression duquel se trouve David Cameron et qu’il a traité de « barjots, de cinglés et de racistes ». Ce qui n’a pas empêché celui-ci de devancer les conservateurs lors de l’élection partielle de Eastleigh avec 27,8% des suffrages. Mais l’extrême-droite ne donne pas le ton en Europe, en dépit également de l’apparition en Grèce d’Aube dorée, le parti néo-nazi.

Continuer la lecture de L’actualité de demain : LE MALAISE POLITIQUE GRANDIT, par François Leclerc

Partager :

L’actualité de demain : PARJURES ET GROSSES CACHOTTERIES, par François Leclerc

Billet invité.

Réalisé en douce, le sauvetage du sauvetage de l’Irlande a nécessité une restructuration de la dette de l’État Irlandais envers sa banque centrale nationale ayant toute les apparences d’une monétisation qui ne dit pas son nom, la BCE en prenant note distraitement comme si elle avait regardé ailleurs.

Le plan qui va devoir être adopté d’ici la fin mars pour tirer d’affaire Chypre va bousculer d’autres tabous. Car Jörg Asmussen, l’un des membres du directoire de la BCE, vient de l’affirmer : il est hors de question d’attendre que le cap du 22 septembre des prochaines élections allemandes soit passé, car cela reviendrait à mettre en question « les progrès accomplis l’année passée pour surmonter la crise de l’euro ».

Les ministres des finances de l’eurozone vont devoir plancher sur plusieurs scénarios qui leur sont proposés, selon le Financial Times qui en donne tous les détails. Ils ne prévoient que de véritables horreurs : suivant les options, une nouvelle restructuration de la dette souveraine grecque, la participation des créanciers des banques dans le cadre d’un bail-in (une recapitalisation sans injection de capitaux), et même une ponction sur les dépôts. Une mesure susceptible de déclencher leur retrait précipité, puisqu’elle est désormais connue comme étant envisagée, aggravant encore la situation des banques chypriotes.

Continuer la lecture de L’actualité de demain : PARJURES ET GROSSES CACHOTTERIES, par François Leclerc

Partager :

L’actualité de demain : CASSE-TÊTE A CHYPRE, par François Leclerc

Billet invité.

Chypre est en passe de remporter le prix du sauvetage le plus problématique de la zone euro, après avoir déjà donné lieu à une passe d’arme inaccoutumée entre Wolfgang Schäuble et Mario Draghi, en attendant les prochains épisodes.

Les données de base sont simples : l’État a besoin de 17,5 milliards d’euros, dont 10 milliards pour les banques, qui ont subi de plein fouet la restructuration de la dette grecque. La somme n’a rien d’inabordable pour le Mécanisme européen de stabilité (MES), à ceci près qu’elle ne pourra jamais être remboursée. Ce qui a pu être dissimulé un temps pour la Grèce ne peut pas l’être pour Chypre, car le ratio d’endettement actuel de 80% du PIB pourrait grimper jusqu’à 150%. C’est d’ailleurs pour cette raison que le FMI avait préconisé dès décembre dernier de restructurer la dette chypriote, faute de quoi il ne pourra participer au sauvetage.

Continuer la lecture de L’actualité de demain : CASSE-TÊTE A CHYPRE, par François Leclerc

Partager :

L’actualité de demain : LE DÉSENDETTEMENT EST UN TORRENT TUMULTUEUX, par François Leclerc

Billet invité.

La partie non annexée par la Turquie de Chypre pèse 0,15% du PIB de la zone euro, mais elle représente un risque systémique, d’après Jörg Asmussen, membre du comité directeur de la BCE. Refuser d’aider financièrement le pays pourrait avoir un impact sur les banques grecques, déjà très atteintes, et envoyer « un mauvais signal » au moment où le Portugal et l’Irlande s’efforcent de revenir sur le marché, a-t-il fait valoir. Cela donne la mesure de la fragilité extrême de la construction financière de la zone euro…

Mais le gouvernement allemand, en cela fidèle à la position qu’il défend déjà vis à vis de l’Espagne, ne souhaite pas de nouveau plan de sauvetage et tente de justifier son refus en arguant du fait que les banques chypriotes blanchissent à grande échelle des capitaux russes douteux (ce qui fait peu de doute). Il en a résulté des échanges à fleuret moucheté entre Mario Draghi et Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des finances, ce dernier trouvant pour s’abriter une défausse juridique : Chypre ne remplirait pas les conditions pour bénéficier d’un sauvetage, n’étant pas reconnu comme systémique eu égard à sa définition dans la loi allemande adoptée à propos du fonctionnement du MES. Mario Draghi a répliqué que cette question ne pouvait être tranchée que par des économistes, et pas des juristes (ce qu’est Wolfgang Schäuble de formation).

Continuer la lecture de L’actualité de demain : LE DÉSENDETTEMENT EST UN TORRENT TUMULTUEUX, par François Leclerc

Partager :

L’actualité de demain : DES BANQUES A DÉMANTELER…, par François Leclerc

Billet invité.

Il faut que le cas de Chypre vienne à l’ordre du jour pour que l’on se rende compte de l’hypertrophie du système bancaire, qui ne lui est pas propre. Le bilan des banques chypriotes, gonflé par les apports financiers en provenance de Russie, représente rien de moins que 800% du PIB. Un scénario qui n’est pas sans rappeler celui de l’Islande, dont les activités bancaires off-shore avaient abouti à un même résultat. Sauf que, dans ce cas, cela pourrait résulter du blanchiment d’argent à grande échelle, la partie chypriote grecque de l’île ayant connu une grande prospérité, due dans un premier temps à sa situation de terre d’accueil pour les Libanais aisés, puis de lieu de villégiature pour les nouveaux riches russes.

Les dirigeants européens sont devant l’obligation de sauver le pays, dont les banques sont plombées par la dette grecque, et la Troïka s’efforce d’y voir clair dans les comptes, en se posant la question désormais rituelle : le montant des dettes est-il soutenable ou pas ? Fidèle à son personnage, Angela Merkel avise dès maintenant qu’il ne peut y avoir de conditions particulières pour Chypre, au contraire de ce qui est affirmé pour l’Irlande, qui reste néanmoins dans l’attente des mesures qui le soulageraient. Comment, en effet, justifier une même règle pour tous, si les dérogations se multiplient ?

Continuer la lecture de L’actualité de demain : DES BANQUES A DÉMANTELER…, par François Leclerc

Partager :

L’actualité de la crise : CEUX QUI FONT BOUGER LES LIGNES, par François Leclerc

Billet invité.

Sujet du moment, la séparation des activités des banques afin de protéger les déposants et les contribuables de leurs activités spéculatives a deux logiques possibles. Soit de brouiller les cartes afin de préserver la banque universelle, dont la définition est précisément de tout faire dans une seule entité, soit d’imposer des entités rigoureusement distinctes : d’un côté l’intermédiation classique, de l’autre le casino.

Faisant contraste avec le projet de loi gouvernemental français, fraîchement accueilli en attendant le débat parlementaire de février, une commission du Parlement britannique vient de rendre ses conclusions : elle préconise de renforcer les mesures de la commission Vickers, avalisées par le gouvernement britannique, qui a repoussé à une date indéterminée leur application. Après avoir passé sur le grill des responsables de banques, les honorables parlementaires préconisent d’« électrifier » la clôture séparant les activités bancaires et de donner le pouvoir aux autorités de les séparer en deux entités totalement distinctes, si nécessaire. Le Financial Times, qui rend compte de ses travaux, s’empare de la question dans l’un de ses éditoriaux et remarque que, tant qu’à faire, pourquoi ne pas réaliser cette séparation dès le départ – solution qui a ses faveurs – plutôt qu’à l’arrivée ?

Encore un petit effort ! Quel sens cela a-t-il, une fois reconnu que des activités financières peuvent être nuisibles, de les autoriser ? Les casinos peuvent être fermés quand les règles ne sont pas respectées dans leurs salles de jeu, ce que les manipulations du Libor (en attendant l’Euribor) viennent de magistralement mettre en évidence, pour s’en tenir à ce seul épisode.

Continuer la lecture de L’actualité de la crise : CEUX QUI FONT BOUGER LES LIGNES, par François Leclerc

Partager :