Archives par mot-clé : citoyens

LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 8 MARS 2013

Un parfum de printemps
Eric Holder, Adair Turner, Michel Barnier, Finance Watch
John Maynard Keynes
Citoyen / Bourgeois

Sur YouTube, c’est ici.

Gilles Dostaler sur « Keynes et la politique » :

Comme sa pensée politique, l’action politique de Keynes est peu souvent évoquée. Ses positions sont en tout cas sujettes aux interprétations les plus diverses et les plus contradictoires, plus encore que sa pensée économique ou sa vision philosophique. C’est ainsi que, pour certains, Keynes se situe très à gauche sur l’échiquier politique. Plusieurs conservateurs le considéraient comme un crypto-communiste. À l’autre extrême, les communistes et les marxistes le jugeaient comme un conservateur d’autant plus dangereux qu’il se présentait comme un ami de la classe ouvrière et critiquait les politiques du parti conservateur, Entre ces deux appréciations, on trouve toutes les positions intermédiaires imaginables. Nouveau libéral, progressiste et radical, pour les uns, Keynes est un libéral centriste, de tendance droitière, pour les autres. Lui-même semblait prendre plaisir à brouiller les pistes en se décrivant tantôt comme modérément conservateur et ailleurs comme à gauche du Parti travailliste. Il a vexé le premier ministre travailliste MacDonald en déclarant, au terme d’une réunion, qu’il se considérait comme le seul véritable socialiste présent !

Inutile de dire que je partage l’opinion de Keynes sur lui-même !

Partager :

LE POINT SUR « L’appel pour faire passer les citoyens avant les créanciers des banquiers », par zébu

Billet invité

Après analyse de l’appel de Denis Dupré et de ma propre contre-proposition, je pense qu’il est possible de trouver un compromis pour fusionner ces 2 contributions, à condition que l’on tienne compte du citoyen autant que du bourgeois. Je suis ainsi complètement d’accord avec les points 1 et 2 proposés par Denis (très peu de gens ne le sont pas).

Le point 3 n’est pour moi pas acceptable, du moins en l’état. Et je ne vois pas bien comment il pourrait être modifié, si ce n’est par cette proposition :

« L’État peut décider de contraindre certains créanciers, dans une procédure à part, de verser une prime différenciée sous forme d’actions pour compenser les pertes de certains actionnaires ou créanciers qu’il souhaite préserver jusqu’à un certain montant, en sus ou parmi leurs créances transformées en actions. »

L’idée est d’organiser un transfert de richesses comme compensation, d’abord des créances vers de la capitalisation (éventuellement valorisable si les actionnaires restent), puis de certains actionnaires vers les déposants sous forme d’actions, et de contribuer ainsi à redistribuer les richesses à (re)créer parmi les différents acteurs, l’État restant ultra-majoritaire.

Continuer la lecture de LE POINT SUR « L’appel pour faire passer les citoyens avant les créanciers des banquiers », par zébu

Partager :