Archives par mot-clé : concentration

QUEL MONDE ! NON MAIS QUEL MONDE ! par François Leclerc

Billet invité.

Jadis, les banques centrales faisaient le marché, gendarmes respectés du système financier, que la puissance publique contrôlait. Aujourd’hui, que maitrisent-elles vraiment, du haut de leur indépendance de façade ? Les faits semblent désormais établis : leurs moyens ne sont ni dimensionnés ni adéquats au regard de ce qu’est devenu un monde qui leur échappe. Les mouvements de capitaux sont disproportionnés par rapport à ce qu’elles peuvent mobiliser, et leurs instruments de politique monétaire sont sans prise sur une crise multiforme.

Dans ce nouveau monde, le gigantisme atteint par les institutions financières porte à réflexion. Selon SNL Financial – une société américaine spécialisée dans les informations sur les banques et les assurances – JP Morgan Chase, Bank of America, Citi Bank, US Bank et Wells Fargo, détenaient à elles seules 44 % du total des actifs inscrits en 2013 au bilan des banques américaines, soit 6.780 milliards de dollars. En 1990, les cinq plus grandes banques affichaient un total de 457 milliards d’actifs, soit 9,6 % de l’ensemble des actifs bancaires de la même année.

Continuer la lecture de QUEL MONDE ! NON MAIS QUEL MONDE ! par François Leclerc

Partager :
Email This Post Email This Post

Arithmétique amusante !, par Hélène Nivoix

Je me permets de réagir au dessin paru récemment sur votre blog « L’altruisme vu par les 1 %, par Christophe Pernoud ».

C’est juste une question de « poids et mesures », comme on disait dans le temps, et c’est aussi histoire de remettre les pendules à l’heure (car je viens de Besançon).

Imaginons que chaque personne humaine soit représentée par un exemplaire du livre de Thomas Piketty Le Capital au 21ème siècle*.

La pile de livres des 67 individus les plus riches mesure 3,417 m (soit, histoire de se rendre compte, la hauteur d’un escalier de 20 marches).

Tandis que la pile du même livre de Piketty qui représente nos 3,5 milliards de pauvres, elle, mesure 178 500 km, soit 20 174 fois la hauteur de l’Everest.

On devrait obliger chacun des 67 riches à monter l’équivalent en marches d’escalier, afin qu’ils comprennent bien de quoi il retourne, comme on dit chez moi.

=====================================
* Epaisseur dudit livre : 5,1 cm.

Partager :
Email This Post Email This Post

L’actualité de la crise: la transparence réservée à la théorie et l’opacité à la pratique, par François Leclerc

Billet invité.

LA TRANSPARENCE RESERVEE A LA THEORIE ET L’OPACITE A LA PRATIQUE

Les banques, encore les banques !… Quand elles ne soulèvent pas l’indignation en raison des résultats qu’elles annoncent ou des bonus qu’elles distribuent, elles inquiètent en raison du renforcement de leur concentration et de leurs tentatives d’échapper à une réglementation plus stricte. A cause aussi de leurs activités à nouveau débridées sur les marchés financiers. Ou bien encore de la tarification de leurs services de base, qu’il est désormais préférable de regarder de près. Elles ont été à l’origine de la crise, partie la plus visible d’un monde financier largement dans l’ombre, puis ont imposé aux gouvernements – qui n’ont pas cherché à s’y dérober – des sauvetages dispendieux et à nos frais. On ne sait plus aujourd’hui ce qu’il faut en penser, entre l’annonce des résultats mirobolants de certaines et la faiblesse de beaucoup d’autres, se demandant même si les premières ne nous cachent pas quelque chose. Ayant observé et compris que la transparence était réservée à la théorie, l’opacité à la pratique.

Ces banques, objets de nos colères rentrées (quand elles ne sortent pas), restent investies d’un rôle déterminant vis à vis de l’économie, quand bien même elles continuent de ne pas remplir correctement leur mission d’intermédiation. C’est à ce titre que nous continuons de les suivre à la trace, non uniquement parce qu’elles continuent d’alimenter une crise économique endémique, mais aussi en raison du fait qu’elles en préparent un rebondissement. De trois manières complémentaires : en continuant de refuser d’assumer leurs responsabilités financières et de se défausser sur les autres ; en recommençant à jouer au casino et en constituant une nouvelle bulle financière ; en s’arc-boutant pour éviter que des mesures effectives de réglementation de leurs activités soient prises.

Continuer la lecture de L’actualité de la crise: la transparence réservée à la théorie et l’opacité à la pratique, par François Leclerc

Partager :
Email This Post Email This Post