Archives par mot-clé : entraide

Saint-Etienne, Conférence de l’hôtel de ville : « Se débarrasser du capitalisme est une question de survie » (VII) Concurrence vs. entraide

Je publie en feuilleton la retranscription (merci à Éric Muller !) de ma très longue conférence le 29 novembre 2018. Ouvert aux commentaires.

Question de la salle : L’Union européenne s’est construite autour du dogme de la concurrence libre et non faussée. Est-ce vraiment une vérité incontournable, ou est-ce qu’on peut remplacer « concurrence » par « coopération » ?

PJ : Oui, c’est tout à fait ça. En fait, on nous vend ça essentiellement depuis les années soixante-dix. C’est Mme Thatcher en Grande-Bretagne, c’est M. Reagan aux États-Unis qui ont été les grands chantres de l’ultralibéralisme tel qu’il avait été conçu. Il est né… cette pensée ultralibérale est née au colloque Lippmann à la fin des années trente [1938]. Ça s’est passé à Paris, si j’ai bon souvenir c’était au Trocadéro. Ensuite, il y a eu création, c’était en 1947 si j’ai bon souvenir, de la Société du Mont-Pèlerin . Continuer la lecture de Saint-Etienne, Conférence de l’hôtel de ville : « Se débarrasser du capitalisme est une question de survie » (VII) Concurrence vs. entraide

Partager :

Quand la solidarité est un triomphe du capitalisme, par Olivier Hofman

Billet invité.

Le gouvernement belge et sa science économique d’extrême-droite nous rebattent les oreilles quant à la nécessité de sauver la Sécu via l’austérité, une Europe forteresse et autres folies macabres qui peuplent notre quotidien. Pour exemple, les aventures de mon ami Raoul, 87 ans, colloqué pour avoir ennuyé ses chers voisins qui voulaient son bien, et sa maison, avant de l’abandonner dans un mouroir où, privé de ses appareils auditifs et laissé sans visites pour cause de protestations, Raoul a voulu se suicider. Le personnel du home m’a confié que, oui, Raoul a été maltraité et que son état s’est détérioré dans cette maison de l’horreur. Mais personne n’a rien fait, mis à part effacer rapidement les traces de sa tentative avant que cela se sache, question de réputation. Comme le dit Raoul, pâtissier reconnu, à propos de ses recettes qu’il refuse de transmettre : « je pourrais les leur donner, mais ils n’y verraient que de la technique. Ces gens ne ressentent plus rien ». C’est exactement ce qui se passe lorsque notre gouvernement national, comme d’autres niveaux de pouvoir de Gauche et Ecolo, tente de nous faire croire que ses criminelles divagations sont nécessaires afin de financer demain la Sécurité Sociale.

Continuer la lecture de Quand la solidarité est un triomphe du capitalisme, par Olivier Hofman

Partager :