Archives par mot-clé : Etats-Unis

États-Unis : Une nation où le refoulé pèse des tonnes

The Guardian : They look white but say they’re black: a tiny town in Ohio wrestles with race, le 25 juillet 2019

Je vous parle beaucoup des États-Unis, et depuis longtemps : douze ans. Durant les deux premières années du blog, je rédigeais mes billets et je tournais mes petites webcams de mon domicile à Santa Monica en Californie.

Ce que je vous dis ici des États-Unis vous intéresse beaucoup moins que le reste ; les chiffres sont là. Ce n’est pas important pour moi : ce pays continuera de me passionner. Le livre où j’annonçais la crise des subprimes, La crise du capitalisme américain (2007), combinait tous les outils de ma boîte : la sociologie, l’économie, la démographie, la science politique et l’histoire.

Continuer la lecture de États-Unis : Une nation où le refoulé pèse des tonnes
Partager :
Email This Post Email This Post

Royaume-Uni, États-Unis : l’ingouvernabilité

Espace Éthique/Île-de-France : Prédire les crises financières, le 4 mars 2019

Trends-Tendances : Peut-on prévoir les crises financières ? le 7 mars 2019

Blog de PJ : Brexit : c’est entre aujourd’hui et demain que ça passe ou ça casse, le 12 mars 2019

La question du Grand Débat à laquelle je fais allusion : « Que faudrait-il faire pour protéger la biodiversité et le climat tout en maintenant des activités agricoles et industrielles compétitives par rapport à leurs concurrents étrangers, notamment européens ? »

Partager :
Email This Post Email This Post

Russie / États-Unis : la nouvelle forme de la guerre

Ouvert aux commentaires.

Revirement : Le Monde ne publiera pas mon analyse de Deux études indépendantes sur les ingérences russes durant la campagne présidentielle américaine. La voici pour vous.

Russie – États-Unis : la nouvelle forme de la guerre

Deux rapports commandités par la commission sénatoriale américaine sur le renseignement nous apportent quantité d’informations sur les ingérences russes durant la campagne présidentielle américaine de 2016 et dans la période qui suivit.

La première étude émane du Computational Propaganda Research Project de l’Université d’Oxford [1], la seconde est produite par New Knowledge, une compagnie de sécurité numérique américaine, en coordination avec Columbia University [2]. Toutes deux s’intéressent aux activités de l’Agence de Recherche sur l’Internet (ARI), un organisme de guerre numérique ayant son siège à Saint-Pétersbourg, et dont treize dirigeants de nationalité russe furent inculpés pour ingérence en février de cette année par la commission Mueller enquêtant sur une éventuelle collusion entre l’équipe Trump et la Russie. L’inculpation restera bien entendu lettre morte et son objectif premier est seulement de constituer un cadre juridique pour d’éventuelles inculpations de citoyens américains ou de nations avec lesquelles les États-Unis entretiennent des accords d’extradition. Il est reproché à l’équipe de Saint-Pétersbourg d’avoir « promu la discorde aux États-Unis et sapé la confiance publique dans la démocratie ».

Continuer la lecture de Russie / États-Unis : la nouvelle forme de la guerre

Partager :
Email This Post Email This Post

Les États-Unis retirent leurs troupes de Syrie

La décision du Président américain de retirer la totalité des troupes américaines de Syrie, à l’encontre de l’opinion unanime de son état-major et de ses conseillers à la Maison-Blanche, n’aura aucun effet sur le terrain. Elle aura cependant une conséquence importante pour la politique domestique des États-Unis : elle précipitera l’élimination de Donald Trump à la tête du pays.

Partager :
Email This Post Email This Post

Trump et la chasse aux sorcières (I) Le pitbull Roy Cohn

Quelques extraits de The man who showed Donald Trump how to exploit power and instill fear (L’homme qui apprit à Trump comment exploiter le pouvoir et instiller la peur), par Robert O’Harrow Jr. et Shawn Boburg, The Washington Post, le 17 juin 2016

[Roy] Cohn acquit sa notoriété dans les années 1950 en tant que conseiller juridique en chef du sénateur Joseph McCarthy, il fut le véritable cerveau de sa chasse à la 5e colonne communiste.

Continuer la lecture de Trump et la chasse aux sorcières (I) Le pitbull Roy Cohn

Partager :
Email This Post Email This Post

« Trump constitue désormais une menace pour la sécurité nationale », le 17 juillet 2018 – Retranscription

Retranscription de « Trump constitue désormais une menace pour la sécurité nationale », le 17 juillet 2018. Merci à Olivier Brouwer !

Bonjour, nous sommes le mardi 17 juillet 2018, et l’actualité, aux Etats-Unis, me conduit à faire une vidéo chaque jour pour vous tenir au courant d’une actualité qui se précipite, et qui a été déclenchée par l’inculpation, vendredi dernier, vendredi 13 juillet, de douze fonctionnaires russes, inculpation qui les accuse d’interférence majeure avec les élections présidentielles de 2016. Je vous avais dit assez rapidement qu’ayant lu le document dans sa totalité, ce qui y apparaissait, à mon sens, en pointillés, c’était l’implication que M. Donald Trump, le Président des Etats-Unis, agit comme un agent de l’étranger, et non seulement un agent de l’étranger, mais un agent d’une puissance hostile aux Etats-Unis.
Je vous ai parlé hier de la loi américaine portant sur la haute trahison, de l’article qui en parle dans la Constitution, et de l’article dans le code qui en parle également, et qui parle même de peine de mort pour un contrevenant. Le test, bien sûr, après cette inculpation de fonctionnaires russes, le test allait être, comme je vous en avais averti, la manière dont allait parler de cela M. Trump, en sa rencontre à Helsinki, hier, avec monsieur Poutine.

Continuer la lecture de « Trump constitue désormais une menace pour la sécurité nationale », le 17 juillet 2018 – Retranscription

Partager :
Email This Post Email This Post

Le « moment Welch » de la présidence Trump

Jeudi dernier, le 12 juillet, Peter Strzok, agent du FBI en charge du contrespionnage, accusé de biais anti-Trump par les Républicains, avait été sommé de se présenter à une audition du comité judiciaire du Congrès. Sa déposition constitua sans doute le « moment Welch » de la présidence Trump, du nom de Joseph N. Welch (1890 – 1960) qui, le 9 juin 1954, mit fin au McCarthysme par sa déposition, dont l’histoire a retenu en particulier une phrase. S’adressant à Joseph McCarthy (1908 – 1957 *), il lui dit : « Au risque de me répéter, Monsieur, ne vous reste-t-il aucun sens de la décence ? » Quelques instants plus tard, après une dernière question de McCarthy, l’assemblée applaudit Welch. Le McCarthysme avait pris fin.

* La mort de McCarthy à l’âge de 48 ans est attribuée à son alcoolisme.

Partager :
Email This Post Email This Post

M. Trump et sa fameuse tactique

Ouvert aux commentaires.

M. Trump ne connaît qu’une seule tactique. Et il croit même l’avoir inventée. 1° terroriser l’adversaire, 2° donner du mou, servir du « Cher Ami ! », 3° reterroriser et dire « Tope-là ! », 4° pour stopper la terreur, l’adversaire dit aussitôt « Tope-là ! » lui aussi, et l’affaire est conclue.

Le secret, c’est le « leverage », le fait que l’adversaire ait un besoin absolu de quelque chose que seul vous pouvez lui offrir. Mais le monde est si vaste aujourd’hui…

Pourquoi, à part la Corée du Sud sur une affaire de droits douaniers, Trump perd-il aujourd’hui sur tous les terrains ?

La réponse est dans son mot d’ordre : « Make America Great Again ! »  Or pour pouvoir réussir avec  sa fameuse tactique, il ne faut pas qu’il y ait un « again » : qu’il y ait du temps à rattraper, du terrain à d’abord reconquérir ! Son truc ne marche que si l’on est vraiment le plus fort. Trump est en train de le découvrir aujourd’hui.

Souvenez-vous de ce que j’expliquais ici au surlendemain de l’élection de Trump, dans Le temps qu’il fait le 11 novembre 2016 :

Alors, M. Trump là-dedans ? À mon sens, M. Trump va jouer, tout à fait involontairement (ce n’est pas du tout dans ses intentions), il va jouer le même rôle que M. Gorbatchev en Union soviétique : il va être la personne qui va reconnaître ce qui s’est passé. C’est la personne qui va reconnaître quel est l’état actuel des États-Unis, ce qu’ils sont en ce moment. Il ne va pas le faire exprès, ça sera tout à fait indirectement et à l’encontre de ce qu’il va essayer de faire, mais c’est ça qu’il va montrer.

Et dans La Croix, très récemment :

Mais vient se combiner désormais à l’inaptitude et à l’impopularité, une politique étrangère impraticable, même pour la plus grande puissance économique du monde. L’unilatéralisme absolu de Trump, ayant réduit le nombre de ses partenaires aux seuls Israël et Arabie saoudite, est irréalisable sur le terrain. Une fois passé le choc de la surprise, les alliés récemment éconduits des États-Unis devront être conscients qu’il ne s’agit avec l’isolationnisme qui se met en place que d’une simple chimère née dans l’esprit d’un mégalomane à la dérive : les États-Unis seuls, ou presque, contre le reste du monde, seront réduits à l’impuissance en un rien de temps.

Cela reste vrai six semaines plus tard 😉

Partager :
Email This Post Email This Post

Trends – Tendances, La déroute des Etats-Unis dans le bras de fer commercial qui les oppose à la Chine, le 31 mai 2018

J’ai apparemment oublié en temps utile de mettre en ligne ce billet. Pour la cohérence de l’archive je le fais dans l’esprit « mieux vaut tard que jamais ».

La déroute des Etats-Unis dans le bras de fer commercial qui les oppose à la Chine

Au cours de la deuxième semaine de mai, les États-Unis ont accueilli une délégation chinoise venue négocier l’exigence américaine que la balance commerciale entre les deux nations, déficitaire d’un montant annuel de 345 milliards de dollars pour les États-Unis, soit réduite de 200 milliards.

On allait voir ce qu’on allait voir ! tonitruait M. Trump qui, à son habitude, s’en prenait aux administrations l’ayant précédé, qui « n’avaient rien fait ! ». Les Chinois s’abstenaient prudemment de faire remarquer qu’à son retour de Chine en novembre de l’année dernière, il s’était vanté des importants ordres d’achat qu’il avait signés, accroissant encore d’autant le déséquilibre de la balance commerciale entre les deux pays.

Qu’en est-il résulté ?

Continuer la lecture de Trends – Tendances, La déroute des Etats-Unis dans le bras de fer commercial qui les oppose à la Chine, le 31 mai 2018

Partager :
Email This Post Email This Post