Archives par mot-clé : fanatisme

Samuel Paty est une victime du fanatisme et un martyr, mais ne faisons pas de lui le chantre de la liberté d’expression, par Bruno Grall

Sophie Scholl
(Photo prise par son frère Hans)
On se rappelle aujourd’hui de l’assassinat tragique de Samuel Paty. Mais à l’inverse de la doxa, je voudrais préciser de petites choses.

Si j’étais resté enseignant, je n’aurais jamais, jamais, utilisé des caricatures aussi offensantes pour illustrer la liberté d’expression.

Il y a tant d’exemples plus signifiants et plus nobles ! Pensons à Giordano Bruno sur son bûcher, Galilée dans sa prison pour avoir expliqué l’héliocentrisme et déplu à l’inquisition, et plus près de nous à Hans et Sophie Scholll, décapités tous les deux en février 1943 par les nazis.

Et tous les anonymes. Eux avaient des choses à dire !

Parmi les dessins exposés à sa classe, (si j’en crois Ouest-France du 15 octobre) l’un représentait ‘Un homme barbu, se prosternant nu, une grande étoile cachant son anus. Le dessin signé Coco est titré : Mahomet une étoile est née. Cette image avait déjà embrasé le Moyen Orient en 2011’.
Continuer la lecture de Samuel Paty est une victime du fanatisme et un martyr, mais ne faisons pas de lui le chantre de la liberté d’expression, par Bruno Grall

Partager :

Les fanatiques et nous : le court et le long terme, par Roberto Boulant

Billet invité.

L’avantage de connaître les événements historiques, c’est qu’on en connait la fin. Aujourd’hui nous savons qu’il eut été préférable de mettre un coup d’arrêt aux prétentions territoriales de M. le Chancelier Hitler, non pas en septembre 39, ni même lors de l’invasion des Sudètes, mais dès mars 36, lorsque le IIIème Reich réoccupa la Rhénanie (et pour se faire mal, les archives nous apprennent que la Wehrmacht avait l’ordre de se retirer immédiatement en cas de mouvements des troupes françaises. En 36, l’emprise du NSDAP n’était pas encore totale et cela aurait été un sérieux revers pour l’image de ‘prophète’ que se construisait patiemment Hitler).

Je cite cet exemple, non pas pour le plaisir de l’uchronie, mai pour poser la question suivante : face à des adversaires fanatisés, vaut-il mieux être ferme sur ses valeurs dès le départ, ou bien au contraire, est-il préférable d’essayer de négocier en lâchant un peu de terrain ?

Continuer la lecture de Les fanatiques et nous : le court et le long terme, par Roberto Boulant

Partager :