Archives par mot-clé : Herbert Spencer

« SCIENCE » ÉCONOMIQUE STANDARD ET « LUTTE DES CLASSES »

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Aux alentours de 1870, les « classes », « états », « ordres », « conditions », les groupes d’acteurs définis en fonction de leur fonction économique au sein des processus de production et de distribution, disparaissent de la réflexion économique pour être remplacés par des individus interchangeables, l’homo oeconomicus « rationnel » au sens de « calculateur » et « optimiseur » d’utilités subjectives.

Pour les représentants de l’économie politique, l’existence des classes était un fait d’évidence parce qu’elle découle de la représentation de la société sous forme d’un « tableau » où des flux circulent entre groupes assurant différentes fonctions dans l’ordre économique. Cartelier écrit, à propos des physiocrates : « Quesnay (1694-1774) va montrer que la société est fondamentalement un ensemble de relations monétaires entre différentes classes, chacune ayant un rôle économique précis » (Quesnay 2008 : 20).

Le principe explicatif du fonctionnement des mécanismes économiques qui est pour les représentants de l’économie politique, celui des rapports entre les classes, est remplacé par les économistes marginalistes dont les travaux débutent au tournant des années 1870, par la concurrence. Un sociologue britannique, Simon Clarke fait observer que : « La théorie pure de l’économie d’échange suppose que la recherche de l’intérêt économique est contrainte par la concurrence, ce qui lui permet de mettre entre parenthèses le pouvoir économique qui résulte d’une distribution inégalitaire des ressources » (Clarke 1982 : 189).

Le fait que je mette moi l’accent sur les rapports entre les classes ne signifie pas qu’il faille ignorer la concurrence comme facteur explicatif mais, et comme on a pu le voir précédemment dans mes explications relatives à la formation des prix, si la concurrence joue un rôle, ce n’est pas parce qu’elle s’exerce entre des individus quelconques, envisagés comme autant d’« électrons libres », mais parce qu’elle s’exerce à l’intérieur des classes elles-mêmes, où la rareté relative des différentes compétences crée un climat de concurrence plus ou moins vive entre ses membres, et c’est cette concurrence interne au sein d’une classe qui contribue à déterminer le rapport de force qui existera entre elle et les autres classes.

Pour les marginalistes, qui « naturalisent » l’économie, qui en font un processus pseudo-biologique à la suite du « darwiniste social » que fut Herbert Spencer (1820-1903) et qui fut à leurs yeux leur mentor, le donné, c’est celui de la division sociale du travail, qui distingue d’abord travail manuel et travail intellectuel, avant d’introduire des distinctions plus fines en fonction de la variété des compétences requises. L’individu qui ne parvient pas à saisir la logique « fondée sur la nature des choses » de la division sociale du travail, et l’utilité sociale plus ou moins grande des différentes niches que celle-ci crée, pourra très bien, selon les marginalistes, en concevoir du ressentiment, et la prétendue « lutte des classes » qui en résulte alors, n’est pas la réaction justifiée d’un exploité ou d’un spolié exprimant sa colère, mais simplement l’expression de son ressentiment par un individu incapable de comprendre la logique de la division du travail, et en particulier que si la condition de prolétaire misérable lui est devenue insupportable, la possibilité lui est offerte – et c’est à lui de la saisir – de devenir un entrepreneur multimillionnaire. Clarke commente : « L’implication immédiate est que la lutte des classes a cessé d’être vue comme un élément fondamental des relations économiques capitalistes pour devenir simplement une perturbation mineure qui apparaît lorsque certains intérêts particuliers cherchent à subvertir le processus concurrentiel en vue d’un gain personnel. Pour le libéral, la formation de classes, et la lutte des classes qui en découle, n’ont aucune légitimité, le rôle de l’État est dans ce contexte-là de légiférer pour prévenir l’apparition d’ententes préjudiciables à la conduite des affaires par le moyen desquelles ces classes cherchent à imposer leur point de vue » (ibid. 190).

==============================

Clarke, Simon, Marx, Marginalism and Modern Sociology, London : Macmillan 1982

Quesnay, François, Physiocratie, présentation de Jean Cartelier, Paris : Flammarion, 2008

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction numérique en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :