Archives par mot-clé : invention indépendante

Les conditions d’une autre histoire de l’anthropologie (1979)

Les conditions d’une autre histoire de l’anthropologie A paru dans les notes de mon cours Encyclopédie de l’ethnologie et histoire…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Les grands courants en anthropologie (cours en préparation)

L’anthropologie en tant que « science de l’homme » apparaît au tout début du XIXe siècle dans le sillage de ces relations dont les Grecs et les Romains ensuite, étaient friands sur les peuples « barbares » à leurs portes, des récits de voyageurs du temps de Marco Polo en Chine (fin du XIIIe – début du XIVe siècles), jusqu’au XVIIIe siècle, l’époque où Linné avait posé le geste sacrilège de situer l’homme parmi les autres espèces, ouvrant ainsi la voie à une classification des humains selon leurs « variétés », lesquelles étaient appelées « races ». Blumenbach en fit, sous le nom d’« ethnologie », le premier inventaire à la toute fin du XVIIIe siècle.

Mais le classement selon leur squelette d’humains trop semblables entre eux s’avéra rapidement décevant : un anthropologue français tout particulièrement excédé se désola que « le crâne du Français ne puisse pas être distingué du [mongol] Kalmouk ». Il fallait classifier les groupes humains selon d’autres critères que leurs os. Leurs institutions apparurent davantage prometteuses. L’ethnologie, la taxonomie des peuples, abandonna l’anthropologie physique pour confier son avenir à une anthropologie « sociale » (du côté britannique, dans une perspective de « sciences coloniales ») ou culturelle (du côté américain, dans la mouvance du « Bureau of Indian Affairs »).
Continuer la lecture de Les grands courants en anthropologie (cours en préparation)

Partager :