Archives par mot-clé : Jean-Marie Le Pen

Marine Le Pen : Faire d’une tragédie personnelle, une délivrance

S’affronter à son père est une tragédie – même quand on est en politique et que cela permet de gagner des voix. C’est une déchirure – même quand le père en question n’a pas grand-chose dans sa personnalité et son histoire qui méritent un rachat.

Cet aspect-là de la question, celui du drame personnel, me semble pris bien à la légère par la presse et les commentateurs. Mais puisque ce drame est en passe d’être consommé, Madame Le Pen devrait en tirer pleinement les conséquences : le deuil de sa relation à son père peut être aussi celui des anti-valeurs qu’il incarne.

Une personne en qui la classe ouvrière se reconnaît aujourd’hui massivement, ne peut être entièrement mauvaise. Si ce que les travailleurs aiment en elle (ils n’ont jamais aimé Jean-Marie Le Pen), est véritablement la personne qu’elle est, que Madame Le Pen mette donc à profit sa tragédie personnelle pour se débarrasser de ce qui lui vient encore de son père en matière de haine de l’autre ; l’effort à consentir de ce côté-là est nécessairement mince car cet élément là dégage une odeur nauséabonde, et s’en défaire est une délivrance. Un tel effort autorise – pourquoi pas – une épiphanie : une « prise de conscience soudaine et lumineuse ».

Partager :

La presse, le beurre et l’argent du beurre, par Jeanne Favret-Saada

Billet invité. À propos du journal Le Monde, l’éditorial en ligne a rectifié le tir aujourd’hui dans la journée : Jean-Marie Le Pen rappelle à sa fille d’où vient le Front National.

Dans une vidéo publiée sur le site du FN, Jean-Marie Le Pen s’en est pris, d’une part à des artistes goyes anti-FN (Noah, Bedos père et Madonna), et d’autre part au seul juif du lot, Patrick Bruel. A propos duquel il a précisé : « On fera une fournée la prochaine fois ».

Aussitôt, deux membres éminents du FN l’ont critiqué, tout en niant qu’on doive nécessairement conclure à de l’antisémitisme. Louis Aliot, le gendre : « C’est une mauvaise phrase de plus. C’est stupide politiquement et consternant ». Gilbert Collard, le compagnon de route a fustigé « ces cabrioles avec les mots qui font vraiment des bleus à l’âme », et lui a suggéré de prendre sa retraite. La vidéo a été retirée du site. Marine Le Pen, la fille, a ménagé la chèvre et le chou : d’un côté, parler de « fournée » est une « faute politique » ; de l’autre, le sens donné aux propos de son père relève « d’une interprétation malveillante. »

Continuer la lecture de La presse, le beurre et l’argent du beurre, par Jeanne Favret-Saada

Partager :