Archives par mot-clé : Lloyd George

UN OBJECTEUR DE CONSCIENCE INTENDANT DES TROUPES (III) TROISIÈME PÉRIODE : LA REVANCHE DE L’INTELLECTUEL

Le 5 juin 1919, dans un état qu’il décrit comme étant celui de détresse et de rage combinées, John Maynard Keynes démissionne de son poste de fonctionnaire au « Treasury », le ministère des finances. Il quitte du même coup la délégation britannique dont il était membre à la Conférence de paix de Paris. Le Traité de Versailles sera signé trois semaines plus tard, le 28 juin.

Dans les premiers jours d’août il se rend à Charleston, la fermette au Sud de Londres qu’il partage, en sus de leur logement à Londres, avec quelques représentants de Bloomsbury. Il rédige alors d’une seule traite The Economic Consequences of the Peace, « les conséquences économiques de la paix », au rythme auquel il s’astreint de mille mots par jour, sept jours sur sept.

Alors qu’il rédige son manuscrit, il le fait lire à son entourage. Sa mère lui enjoint de retirer les épithètes trop désobligeantes à l’égard des grands de ce monde côtoyés par lui au cours des quatre années de guerre : « Il faut manifester un minimum de loyauté envers ton chef », lui écrit-elle. Elle ajoute : « Épargne un peu le Président [Wilson] pour autant que ce soit possible… Évite de l’appeler « le pauvre » […] Il est vraiment important que tu ménages les susceptibilités internationales – ne qualifie donc pas les exigences françaises d’« absurdes » – n’appelle pas non plus ces grands hommes « vicieux » ou « irrationnels ». Ton travail bénéficiera – il n’en sera pas diminué – d’une certaine modération » (Skidelsky I 383).

Le cercle de ses lecteurs dépasse celui de sa famille ou de Bloomsbury. Asquith qui avait été premier ministre de 1908 à 1916, lit le manuscrit et suggère à Keynes d’en retirer le portrait brutal qui s’y trouve de la personnalité de Lloyd George, son successeur au poste de premier ministre. Sheppard, Vice-provost de King’s College lui déconseille de qualifier le même Lloyd George de « représentant de l’Homme Néolithique » (ibid. 383).

Continuer la lecture de UN OBJECTEUR DE CONSCIENCE INTENDANT DES TROUPES (III) TROISIÈME PÉRIODE : LA REVANCHE DE L’INTELLECTUEL

Partager :