Archives par mot-clé : marché des repos

LE CASSE-TÊTE DU SERVICE APRÈS-VENTE DES BANQUES CENTRALES, par François Leclerc

Billet invité.

La Banque des règlements internationaux (BRI), ce haut-lieu de la réflexion macro-économique, est confrontée à une énigme dont traite son rapport annuel : comment se fait-il que la reprise économique significative qu’elle constate ne s’accompagne pas de la relance de l’inflation ?

Continuer la lecture de LE CASSE-TÊTE DU SERVICE APRÈS-VENTE DES BANQUES CENTRALES, par François Leclerc

Partager :

ON EN DÉCOUVRE TOUS LES JOURS ! par François Leclerc

Billet invité.

Un rapport de l’Office of Financial Research (OFR) américain (1) a dévoilé que des banques européennes – qu’il n’identifie pas – utilisent une technique éprouvée de maquillage de leur bilan, appelée Repo 105 (2), avec pour effet de réduire les ratios d’endettement, améliorer les niveaux de liquidité et masquer une partie de leur risque, afin qu’ils paraissent conformes aux normes du Comité de Bâle.

Continuer la lecture de ON EN DÉCOUVRE TOUS LES JOURS ! par François Leclerc

Partager :

Shadow banking : UN TRAIN PEUT EN CACHER UN AUTRE, par François Leclerc

Billet invité

De manière toujours pas convaincante, la BCE et l’Autorité bancaire européenne ont fini de tâter le pouls de leurs grandes banques, et la Fed a publié les scénarios de crise pour les prochains tests des siennes, qui sont désormais annuels. C’est au Conseil de stabilité financière (FSB en anglais), émanation du G20, qu’il revient de prendre en charge la surveillance du shadow banking (le secteur financier non régulé), mais par quel bout le prendre ?

Le FSB s’est d’abord attelé à la mesure du secteur, ce qui n’est déjà pas une mince affaire étant donné sa nature. La taille de ses actifs financiers est dorénavant estimée à 75.000 milliards de dollars – en progression de 5.000 milliards depuis 2007 – date prise en compte pour le démarrage de la crise financière. Malgré cet imposant volume, elle est toutefois sous-estimée, car le périmètre étudié ne prend pas en compte les brokers et les entités qui ne sont pas impliquées dans des opérations de crédit, comme les fonds d’investissement en actions, dont les actifs sont comptabilisés avec ceux des banques. Quoi qu’il en soit, la conséquence d’une telle croissance coule de source : le système financier dans son ensemble en ressort fragilisé, en dépit des mesures de régulation bancaire, avant même de porter un jugement sur celles-ci.

Continuer la lecture de Shadow banking : UN TRAIN PEUT EN CACHER UN AUTRE, par François Leclerc

Partager :