Archives par mot-clé : Nature

VIE ET MORT DE LA NATURE (II), par Francis Arness

Billet invité.

Envahi par une intense sensation d’asphyxie, Jorge fut doucement saisi par le parfum des orangers en fleurs. Oui – se dit-il – tout ce qui est, les fleurs, les arbres, la Nature, le travail fécond, les enfants, les amis, l’amour, la joie, le monde, tout cela pourrait-il donc disparaître et redevenir un immense caillou inerte ? Et pourquoi n’arrivons-nous pas à nous représenter cette catastrophe autrement que dans de spectaculaires scénarios d’apocalypse qui en occultent le tragique ? Pourquoi n’arrivons-nous pas à ressentir la catastrophe ? À cette pensée, les larmes lui montèrent aux yeux. Il était bouleversé. Alors se leva irrépressiblement en lui l’espoir que, malgré tout, nos cœurs secs et lourds comme des cailloux se chargent à nouveau d’émotions et s’allègent, pour inventer les pratiques, les relations, les pensées, les œuvres qui feront que l’humanité se sauve, et pour qu’elle sauve aussi la Nature et la vie à laquelle elle appartenait… elle qui ne voulait pas le voir… pour qu’elle sauve la Nature et la vie à laquelle elle avait fait tant de mal, comme à elle-même… alors la grande pièce à échelle cosmique que nous jouons en ce moment – se dit-il – ne sera plus une tragédie, mais une tragi-comédie apportant son lot de souffrance et ouvrant pourtant, par-delà l’horreur de cette souffrance qui restera toujours absurde, à la mutation nécessaire, et non à la catastrophe.

Continuer la lecture de VIE ET MORT DE LA NATURE (II), par Francis Arness

Partager :

VIE ET MORT DE LA NATURE (I), par Francis Arness

Billet invité.

Ce matin-là, alors que la petite terrasse resplendissait de l’odeur des orangers en fleurs, et que le ciel bleu, immense, offrait son infini, Jorge cliqua sur le dernier texte de Leclerc sur le blog de Paul Jorion. Un nouveau plan de sauvetage financier était adopté pour Chypre. Encore une fois, les anticipations économiques des experts étaient fallacieuses. Encore une fois, le discours des dirigeants politiques était aveugle. Encore une fois, le réel était annulé, et les mots « mobilisation… historique… croissance… », ou encore « production… consommation… sous contrôle… », flottèrent sur l’écran, puis dans l’esprit de Jorge. Il sentait comme une pression sur son thorax, comme si une main – invisible – cherchait à l’étouffer, une nouvelle fois, et encore et encore, en un scénario qui se répétait sans fin, comme si chaque bouffée d’air était la dernière. Nerveusement, il cliqua sur la page facebook d’un ami, et y découvrit la photographie d’un enfant en larmes, qui ne voulait pas quitter sa maison, et refusait en hurlant de se faire expulser : cinq policiers casqués et armés l’agrippaient violemment afin de le mettre à la rue. L’impression d’asphyxie de Jorge redoubla ; sa vue se brouilla ; l’effroi crispa son cœur. Les formes noires autour de l’enfant – parmi lesquelles il lui semblait reconnaître la Mort en personne, trônant là, triomphante, sa faux à la main – semblaient maintenant le battre à mort, au milieu de cheminées à perte de vue exhalant une fumée noire, si noire qu’il était difficile d’apercevoir la scène. Jorge fut pris de vertige. Perdu au milieu des ombres et de la fumée, l’enfant hurlait, puis disparaissait, se dissolvant comme s’efface la souffrance dans le discours des experts et des dirigeants.

Continuer la lecture de VIE ET MORT DE LA NATURE (I), par Francis Arness

Partager :

LES ENJEUX DU SOMMET DE LA TERRE À RIO, par Cédric Chevalier

Billet invité

Rio approche et certaines publications scientifiques ne sortent pas par hasard.

Je me permets donc de partager quelques commentaires et les résultats scientifiques de trois articles dont certains ont paru très récemment dans un numéro spécial de la revue Nature.

En synthèse :

– Le discours scientifique est de moins en moins feutré, sortant de la réserve académique, et de plus en plus articulé comme un cri d’alarme explicite en direction du politique et du grand public, ce qui démontre la gravité des constats sur l’état de la Terre.

– Politiquement, au niveau du rapport de force, ces scientifiques viennent confirmer le bien-fondé de la direction des positionnements écologistes. L’aggravation de leurs conclusions pourrait néanmoins conduire à augmenter l’intensité exprimée des exigences politiques.

– Le premier article évoque le risque de basculement critique de l’écosystème terrestre dans un état défavorable considéré comme plausible dans les décennies (ou siècle) à venir, ainsi que la nécessité d’une coopération globale pour surveiller l’état de la biosphère, pour réfléchir et agir sur la croissance de la population et l’usage individuel des ressources.

– Le deuxième article traite de la conceptualisation et de la reconnaissance de la notion de « limites de la biosphère », ainsi que de la mesure de trois limites probablement franchies : biodiversité, cycle de l’azote et climat.

– Le troisième article s’articule autour de la reconnaissance de la biodiversité comme un enjeu critique majeur, digne d’une action globale au même titre que le climat.

Continuer la lecture de LES ENJEUX DU SOMMET DE LA TERRE À RIO, par Cédric Chevalier

Partager :