Archives par mot-clé : OTC

L’actualité de demain : QUELLE DÉTERMINATION ! par François Leclerc

Billet invité.

L’harmonisation de la régulation financière est le plus sûr moyen d’embourber celle-ci : ce n’est pas une découverte mais se vérifie à chaque occasion et sur chaque dossier. Cela vaut pour celui du gigantesque marché des produits dérivés (OTC). La finance américaine est passée maître à ce jeu-là, dont les Européens bénéficient en retour, et à l’arrivée tout traîne et rien ne se fait au nom du principe qu’il ne faut pas accorder d’avantage concurrentiel aux uns ou aux autres. L’autre piège classique consiste à faire valoir la complexité du sujet, et à l’accentuer, afin de s’y perdre ensuite.

L’enjeu des OTC est déterminant pour la sûreté du système financier, les estimations de la Banque des règlements internationaux (BRI) montrant comment, parti de rien lors de sa création au début des années 90, le marché des OTC s’est développé à une vitesse effrénée, s’échangeant de gré à gré et hors de tout enregistrement et contrôle. On parle de dizaines milliers de milliards de dollars, sautant encore d’une unité par rapport aux chiffres auxquels nous nous sommes accoutumés. Principaux contributeurs à l’accroissement de la bulle financière mondiale, ces instruments se sont révélés des outils de spéculation hors pair, permettant des paris sur le réalisation d’hypothèses les plus variées, un jeu de casino pur sans autre objet que de fabriquer de la valeur, sauf quand ils sont marginalement utilisés dans leur version assurancielle d’origine.

Continuer la lecture de L’actualité de demain : QUELLE DÉTERMINATION ! par François Leclerc

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

COMMENTAIRE SUR « UN CODE DE LA ROUTE POUR LA FINANCE », par Pierre Sarton du Jonchay

Le Nouvel Observateur a publié aujourd’hui une Tribune de l’économiste François Rachline « Et si on créait un code de la route pour la finance », dans laquelle il évoque une proposition qui fait écho à celle de Paul Jorion dès 2007 d’une constitution pour l’économie. Pierre Sarton du Jonchay propose ici une analyse critique de l’article du NouvelObs.

Les radars ne font pas avancer les voitures. Mais ils sont au bord des routes en dehors desquelles les voitures n’avancent pas. Si les routes existent pour faire rouler les voitures, c’est par l’existence d’une collectivité qui construit et entretient les routes. Les automobiles financières circulent grâce aux marchés que les États fabriquent par des règles collectives de négociation.

D’où viennent alors les transactions OTC ? Les automobiles financières ne sont pas des objets physiques intégrés à la réalité physique par des routes physiques. Ce sont des représentations non localisées qui choisissent leurs règles d’existence. Avec la mondialisation et la libre circulation des capitaux, une automobile financière crée sa route où elle veut et y roule comme elle veut loin de tous les radars. La finance ne pourra pas être réintégrée dans une réalité régulée par les États sans la création d’une monnaie internationale qui remplisse le vide juridique entre des souverainetés distinctes.

Continuer la lecture de COMMENTAIRE SUR « UN CODE DE LA ROUTE POUR LA FINANCE », par Pierre Sarton du Jonchay

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail