Archives par mot-clé : propriété

Essai critique sur le “Commun” * (IV) Propriété universelle et propriété privée, par Dominique Temple

Billet invité.

* à partir de l’ouvrage  de Pierre Dardot et Christian Laval « Commun. Essai sur la Révolution du XXIe siècle »

Chapitre IV

Propriété universelle et propriété privée

Il est un deuxième point qui mérite une “discussion préalable”. Pierre Dardot et Christian Laval ne sont pas équivoques : c’est bien la propriété privée capitaliste qu’ils dénoncent comme une imposture, et leur référence ne prête pas à confusion : les “enclosures”. Pourtant, ils dénoncent la propriété et non pas la propriété privée. Ils proposent alors une opposition entre la propriété et le commun, celui-ci défini comme le non appropriable, et là s’amorce une difficulté.

Continuer la lecture de Essai critique sur le “Commun” * (IV) Propriété universelle et propriété privée, par Dominique Temple

15Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Essai critique sur le “Commun” * (III) Dominium et propriété, par Dominique Temple

Billet invité.

* à partir de l’ouvrage  de Pierre Dardot et Christian Laval « Commun. Essai sur la Révolution du XXIe siècle »

Chapitre III

Dominium et propriété

Le dominium et la propriété privée sont des droits absolus. Mais cet absolu est-il de même nature ?

Continuer la lecture de Essai critique sur le “Commun” * (III) Dominium et propriété, par Dominique Temple

7Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Du capital… Réponse à Hernando de Soto, par Dominique Temple

Billet invité.

Aristote distingue deux conceptions du capital. Selon la première, le capital est accumulé dans l’économie domestique, par le chef de la famille, en vue de la consommation de ses membres. Et de la même façon, dans l’économie politique, il est accumulé en vue de la redistribution entre tous les citoyens : son symbole quasi universel est le grenier ! qui donne naissance aux pyramides d’Amérique, d’Egypte, de Mésopotamie…

Continuer la lecture de Du capital… Réponse à Hernando de Soto, par Dominique Temple

8Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

PROJET D’ARTICLE POUR « L’ENCYCLOPÉDIE AU XXIème SIÈCLE » – La double nature de la propriété, par Michel Leis

Billet invité

Selon l’article 544 du Code civil, « La propriété est le droit de jouir et disposer des choses de la manière la plus absolue, pourvu qu’on n’en fasse pas un usage prohibé par les lois ou par les règlements ». Derrière cette définition se cache une ambiguïté fondamentale que l’on retrouve dans l’œuvre de Proudhon sous la forme d’une double formulation : « la propriété, c’est le vol » et la « la propriété, c’est la liberté », deux expressions qu’il n’hésite pas à juxtaposer dans son essai « La théorie de la propriété »[i]. L’histoire a surtout retenu la première formulation, symbole vivant de l’anarchie, pourtant le deuxième point de vue mérite d’être confronté au premier pour saisir toute l’ambivalence du concept de propriété, en particulier, parce que la crise incite aux remises en cause les plus radicales.

Ce qui fait la différence entre la propriété et le simple usage d’un bien, c’est la conjonction de l’usus (l’usage du bien) du fructus, c’est-à-dire la possibilité d’en tirer les fruits, et de l’abusus, c’est-à-dire la possibilité d’en disposer comme bon lui semble. Ces trois notions sont déjà présentes dans le droit romain, elles confèrent à la propriété un caractère absolu et perpétuel, qui peut être transmis par l’héritage ou bien cédé à tout moment à autrui au travers d’un acte de vente qui enregistre le transfert de propriété.

Continuer la lecture de PROJET D’ARTICLE POUR « L’ENCYCLOPÉDIE AU XXIème SIÈCLE » – La double nature de la propriété, par Michel Leis

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

DERNIERS ESPOIRS D’UN PÈRE ET GRAND-PÈRE, par Juan Nessy

Billet invité

Toi qui fis la mémoire, est-ce pour qu’on oublie ?…
Non, c’est pour rendre au temps à la fin tous ses jours,
Pour faire confluer, là-bas, en un seul cours,
Le passé, l’avenir, ces deux moitiés de vie
Dont l’une dit jamais et l’autre dit toujours.

(Lamartine, « La vigne et la maison »)

Est-il vraiment possible à ce moment de l’histoire d’être totalement pertinent sur les impasses de la démocratie telle qu’on l’habille sous nos latitudes et sur la nécessité de la force pour  « bouger » ?

Je crois que non, et que la tâche (inévitable) sera celle d’une génération. La tâche de lieux d’échanges et de décision mondiaux à inventer. La tâche au jour le jour de groupements locaux atypiques (pour ne pas dire anarchistes) et innovants. Ce qui se raconte sur ce blog depuis 5 ans et sur d’autres, ce qui commence à percoler ou naître un peu partout dans le monde, annonce cette Re-Renaissance. Tout juste pouvons-nous reconnaître les antinomies qui aujourd’hui se révèlent et interpellent les consciences en même temps que les bien-être.

Continuer la lecture de DERNIERS ESPOIRS D’UN PÈRE ET GRAND-PÈRE, par Juan Nessy

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

TRAVAIL, PROPRIÉTÉ, TECHNOLOGIE

Voici l’enregistrement de mon entretien avec « Un Belge », le vendredi 1er mars. L’ouvrage auquel je fais référence à plusieurs reprises est celui de Charles Gide et Charles Rist, « Histoire des doctrines économiques depuis les physiocrates jusqu’à nos jours » (Paris : Sirey 1909).

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail