Archives par mot-clé : taxation

« – C’EST LOIN L’AMÉRIQUE ? – TAIS-TOI ET NAGE ! » par François Leclerc

Billet invité.

Le Sénat américain a adopté hier de justesse la réforme fiscale de Donald Trump qui vise à relancer l’économie en diminuant les impôts, en bonne orthodoxie républicaine. Cette réforme est la première et l’unique à mettre à son actif, à un an des élections à mi-parcours, grâce à laquelle il peut espérer dévier dans l’immédiat l’intérêt des médias pour le Russiagate, suite à la décision de Michael Flynn de plaider coupable, qui annonce d’autres rebondissements.

Continuer la lecture de « – C’EST LOIN L’AMÉRIQUE ? – TAIS-TOI ET NAGE ! » par François Leclerc

Partager :
Recommandez par mail Recommandez par mail

J’ai fait un rêve (et Laurence Parisot un cauchemar), par Michel Leis

Billet invité.

Après avoir écrit des billets sur la concurrence fiscale et appelé au retour de l’interventionnisme de l’Etat dans l’économie, peut-être est-il temps de proposer quelques pistes de réflexions sur le rétablissement des marges de manœuvres budgétaires. La difficulté de cet exercice réside dans la nécessité de peser sur les décisions des individus et des entreprises au travers d’une politique fiscale adaptée, alors même que la perception qu’ont ces individus et ces entreprises de leurs intérêts particuliers s’opposent aux indispensables réformes collectives.

Encore faut-il au préalable redonner un sens aux dépenses de l’Etat. Au nom d’une définition de plus en plus restrictive du domaine public, celui-ci a  réduit son périmètre d’intervention et les domaines qui restent dans son giron ne peuvent répondre aux critères d’efficacité et de rentabilité, pourtant érigés en dogme. En l’absence d’une vraie politique économique, l’Etat providence est dépassé. Ayant renoncé à guérir, il se contente de mettre des baumes pour calmer les douleurs les plus vives en quantité toujours plus dérisoire. Pire encore, une partie des Diafoirus politiques viennent de découvrir la saignée et ne s’en prive pas. L’Etat qui soigne n’est en aucun cas un Etat qui cherche à guérir, c’est bien là que ce trouve sa plus grande faiblesse. Cette réalité perçue par le plus grand nombre conduit à des comportements contradictoires, depuis l’égoïsme assumé (pourquoi payer pour une situation qui est amenée à perdurer) jusqu’au réflexe citoyen. C’est peut-être là une opportunité pour l’Etat : donner une cohérence entre la politique fiscale et des objectifs, c’est redonner la lisibilité qui manque à son action, c’est quitter la logique de simple financement pour faire des impôts un vrai levier d’action, au-delà des « gadgets » divers qui font pour le moment office de politique et dont l’effet est difficilement mesurable.

Continuer la lecture de J’ai fait un rêve (et Laurence Parisot un cauchemar), par Michel Leis

Partager :
Recommandez par mail Recommandez par mail

L’actualité de demain : LA ROUE TOURNE, LA MAIN PASSE… par François Leclerc

Billet invité

La bête résiste ! Face aux timides tentatives de réglementer son fonctionnement, le système fait front et marque des points. Les gouvernements, qui reculent, tentent pour leur part d’élargir leurs marges de manœuvre budgétaires. Encore lointaine, la prochaine réunion du G20 sous la présidence russe va leur en donner une occasion (sans garantie qu’ils ne la saisissent), l’OCDE devant présenter à cette occasion un rapport sur la fiscalité des entreprises multinationales, pour lesquelles l’optimisation fiscale n’a plus de secret. Car, dans ce monde plein de contradictions s’exacerbant, les États sont réduits à des extrémités qu’ils pensaient ne pas connaître pour faire face aux obligations qu’ils se sont données sans parvenir à les assumer : il faut faire rentrer des sous pour ne pas trop être dans l’obligation de couper dans les budgets !

La très bonne fortune de Google et d’Amazon a symboliquement mis en évidence comment les entreprises transnationales se jouaient des réglementations fiscales nationales, au détriment d’États mal abrités derrière leurs frontières. Faisant contraste avec les temps de rigueur budgétaire et fiscale du commun des mortels, et contredisant une vision réductrice de paradis fiscaux abritant les seules grandes fortunes évadées, soulignant enfin combien le monde des affaires s’était à son tour affranchi des règles – en s’insinuant dans leurs failles – suivant en cela l’exemple donné par les financiers. Non sans le consentement des gouvernements, lorsque les temps étaient encore cléments.

Continuer la lecture de L’actualité de demain : LA ROUE TOURNE, LA MAIN PASSE… par François Leclerc

Partager :
Recommandez par mail Recommandez par mail