Archives par mot-clé : transitivité

LA DÉHISCENCE DE L’AVOIR, par Martin Chanaud

Billet invité. J’ai interrompu, pour des raisons de logistique, la publication de Principes des systèmes intelligents (1989 ; réédité par Le Croquant le 23 novembre). Ceci n’empêche pas certains d’entre vous de cogiter dans la ligne qu’ouvrait il y a vingt-trois ans mon ouvrage.

Dans Principes des systèmes intelligents (1989 ; rééd. 2012), Jorion fait remarquer le fait suivant : si Tonnerre est un cheval et si le cheval est mammifère, alors Tonnerre est mammifère, tandis que de ce que Coco a des ailes et de ce que ses ailes ont des rémiges, on ne conclut pas que Coco a des rémiges. Ses ailes seules en possèdent, pas lui. Il y a donc une non-transitivité de l’avoir, une sorte d’excès ou de débord qui détache la propriété de son support au fur et à mesure qu’elle s’en éloigne logiquement.

On peut accepter cela comme un fait, utile et même nécessaire à la théorie de l’intelligence artificielle, on peut aussi s’en étonner et soupçonner une raison philosophique profonde qui se déploierait à la manière de ce que Desanti nomme un horizon mathématique. Faisons deux remarques avant d’aller plus loin.

D’abord celle-ci. Dans Principes des systèmes intelligents, la relation d’être et la relation d’avoir assurent la liaison des mots entre eux, qui forment ainsi connectés des chemins, qu’on peut nommer phrases, énoncés, ou parcours sémantiques. Telle est le socle des Principes des systèmes intelligents.

Continuer la lecture de LA DÉHISCENCE DE L’AVOIR, par Martin Chanaud

Partager :