Archives par mot-clé : VIX

Le Monde / L’Écho – Les produits financiers innovants, facteur de risque, le 20 février 2018

Le Monde : Des « dérives sur indice » à la dérive des marchés

L’Écho : Les produits financiers innovants, facteur de risque

L’identité de l’auteur de la baisse boursière qui débuta le 5 février a conduit à de multiples supputations. Bien sûr, une bulle existait (fruit des injections massives de liquidités par les banques centrales) et tout un chacun prévoyait son éclatement, un élément déclencheur spécifique a cependant dû y intervenir le jour même.

Continuer la lecture de Le Monde / L’Écho – Les produits financiers innovants, facteur de risque, le 20 février 2018

8Shares

UN PETIT TOUR S’IMPOSE DANS LA CUISINE FINANCIÈRE par François Leclerc

Billt invité.

Un petit coup de pouce aurait été donné la semaine dernière à l’indice VIX, qui mesure la volatilité sur le marché boursier, selon un lanceur d’alerte anonyme. Pour en faire profiter leurs transactions, des spéculateurs auraient fait monter l’indice en se servant d’algorithmes pour passer, sans les honorer, des ordres sur des options sur l’indice boursier S&P 500.

Continuer la lecture de UN PETIT TOUR S’IMPOSE DANS LA CUISINE FINANCIÈRE par François Leclerc

25Shares

LA DETTE US, DE TOUT SON POIDS, par François Leclerc

Billet invité.

En fait de banales corrections et turbulences, le système financier a connu toute cette semaine passée une sérieuse secousse prolongée. En faisant preuve de prudence, les banques centrales avaient anticipé que leur « tapering » (la réduction de leurs programmes non-conventionnels) n’allait pas se dérouler sans mal, et elles sont servies.

Continuer la lecture de LA DETTE US, DE TOUT SON POIDS, par François Leclerc

21Shares

LES EAUX DORMANTES DU VIX, par François Leclerc

Billet invité.

Déroutantes, les crises politique et financière ont en commun d’être imprévisibles, ce qui en fait le sel. À ceci près que les financiers se sont donné un indicateur pour y remédier, à la différence des politiques. Affublé de l’acronyme VIX et surnommé l’indice de la peur, il mesure la volatilité enregistrée sur les marchés et fait autorité.

Continuer la lecture de LES EAUX DORMANTES DU VIX, par François Leclerc

19Shares

Quel temps fait-il le 21 mai ?

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Le 11 mai, je vous ai présenté un « état des lieux » sous le titre Quel temps fait-il ?. Nous sommes dix jours plus tard. J’ai pensé qu’il serait intéressant de faire une mise à jour. Ce sont les mêmes six graphiques, nous allons simplement examiner comment les choses ont évolué.

Grèce 2 ans : le 6 mai 14,906 % – hier 7,238 %

Portugal 2 ans : le 6 mai 5,509 % – hier 2,613 %

Espagne 2 ans : le 6 mai 2,61 % – hier 2,061 %

De ce côté-là en tout cas, la stabilisation est évidente.

Taux grec 2 ans

© Bloomberg

Taux portugais 2 ans

© Bloomberg

Taux espagnol 2 ans

© Bloomberg

Passons maintenant au VIX. La volatilité des options sur l’indice boursier américain S&P 500, un bon thermomètre de la nervosité des marchés. Là, les choses ne s’arrangent vraiment pas : après une brave accalmie, c’est la détérioration. Ce n’est pas une surprise si l’on a suivi l’actualité boursière : sur les dix derniers jours, le CAC 40 a perdu 8,5 % de sa valeur et le Dow Jones, 6,6 %. Comme le Dow Jones a baissé désormais de plus de 10 % depuis son plus haut du 26 avril (-10,1 % hier en clôture), le marché boursier new yorkais est officiellement « bearish » : baissier.

VIX

© Bloomberg

Passons au TED. Le TED, je le rappelle, c’est le Treasury-Bill – Euro Dollar : la différence entre le taux qui s’applique aux bons du Trésor américains à trois mois et le taux que les banques exigent l’une de l’autre pour un prêt à trois mois. C’est le baromètre de la « confiance » qui règne entre elles : moins elles se font confiance, plus grande est la prime de risque qu’elles incluent dans le taux d’intérêt qu’elles exigent l’une de l’autre.

Il faut garder la tête froide : le TED avait atteint 464 points (4,64 %) le 10 octobre 2008. On parle ici de 33 points (0,33 %), on est donc encore très très loin d’une atmosphère qui provoquerait le tarissement du crédit interbancaire, comme on l’a observé dans le sillage de la faillite de Lehman Brothers. Cela dit, la tendance n’est pas bonne.

TED

© Bloomberg

Enfin, l’euro. Dix jours sont représentés sur le graphique.

Après une baisse très nette, on se rapproche du statu quo par rapport à il y a dix jours, grâce au coup de poing sur la table allemand. Certains continueront de se réjouir, en affirmant qu’une baisse de l’euro par rapport aux autres devises ne peut que faciliter l’exportation. L’argument ne serait pas sans mérite, comme on dit, si ce n’est que la plus grande part du commerce des pays de la zone euro se fait à l’intérieur de la zone.

€ vs. US$

© Dow Jones

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

0Shares

Quel temps fait-il ?

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Et quel temps va-t-il faire ? Eh bien, consultons le baromètre !

Grèce 2 ans : le 6 mai 14,906 % – hier 7,532 %

Portugal 2 ans : le 6 mai 5,509 % – hier 2,951 %

Espagne 2 ans : le 6 mai 2,61 % – hier 1,938 %

Bon, touchons du bois, si ça reste comme cela, on peut dire que la situation s’arrange.

Taux grec 2 ans

© Bloomberg

Taux portugais 2 ans

© Bloomberg

Taux espagnol 2 ans

© Bloomberg

Passons à autre chose : le VIX. La volatilité des options sur l’indice boursier américain S&P 500, un bon thermomètre de la nervosité des marchés. Un peu calmé lui aussi.

VIX

© Bloomberg

Passons au TED. Qu’est-ce que le TED? C’est le Treasury-Bill – Euro Dollar : la différence entre le taux qui s’applique aux bons du Trésor américains à trois mois et le taux que les banques exigent l’une de l’autre pour un prêt à trois mois. C’est le baromètre de la « confiance » qui règne entre elles : moins elles se font confiance, plus grande est la prime de risque qu’elles incluent dans le taux d’intérêt qu’elles exigent l’une de l’autre.

Aïe ! le TED était monté en flèche la semaine dernière, il a fléchi un petit peu hier, mais la « confiance » n’est manifestement pas encore au rendez-vous.

TED

© Bloomberg

Enfin, l’euro, puisque c’est quand même lui qu’il s’agissait de sauver avant-hier dimanche. On va s’intéresser à la matinée qui s’achève, à la mi-séance comme on dit. Dix jours sont représentés sur le graphique.

Ouille ! Sévère rechute ! Le pic à 1,309 dollar pour un euro a été atteint hier dans la matinée (l’« euphorie », comme on disait alors), on est retombé à 1,269, soit une baisse de 3%.

Tout cela n’aurait donc servi à rien pour l’euro lui-même ? Il va malheureusement falloir inventer autre chose. Mais quoi ?

€ vs. US$

© Dow Jones

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

0Shares