LE TEMPS QU’IL FAIT LE 22 AVRIL 2016 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 22 avril 2016. Merci à Marianne Oppitz !

Bonjour, nous sommes le vendredi 22 avril 2016. Un tout petit mot de l’actualité, c’est la question des réfugiés, des migrants. Un problème qui, au niveau de l’Europe, semble être du domaine de l’insoluble. Des mesures sont prises qui n’ont ni queue, ni tête. À la fois, on prend conscience de la taille du problème, et en même temps, on révèle comment des états, bien organisés, qui devraient, en fait, avoir une organisation dans le cadre de l’Union européenne, et à l’intérieur de l’Union européenne, dans la zone euro, sont incapables non seulement de résoudre des problèmes économiques et financiers, mais quand il y a un problème d’un autre ordre qui se présente, problème de taille importante, je veux bien, révèle une pagaille absolue. Signe de l’effondrement généralisé ? je ne vais pas dire ça, mais on pourrait le lire de cette façon là. Il y a là, une crise importante, un problème.

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 22 AVRIL 2016 – Retranscription

Partager

Compétition, par Michel Leis

Billet invité.

Les articles se sont multipliés ces derniers jours s’alarmant des chiffres de la croissance en Chine. Elle aurait été de 6,9 % en 2015, le gouvernement chinois vise un objectif encore plus prudent en 2016 : 6,5 %. Beaucoup estiment que ce taux est en réalité surévalué, faisant peser ainsi une menace pour l’économie mondiale.

Continuer la lecture de Compétition, par Michel Leis

Partager

La convergence des erreurs, par Michel Leis

Billet invité.

La forte baisse des indices boursiers ravive dans les médias la crainte d’une récession. Ce n’est pas vraiment une surprise pour les lecteurs du blog de Paul Jorion. Les explications fleurissent, je voudrais ici mettre l’accent sur le télescopage de stratégies entachées d’erreurs d’appréciation, entre les illusions partagées par les entreprises dominantes ou les politiques publiques et des grandes institutions, aveuglées par la « religion féroce ».
Continuer la lecture de La convergence des erreurs, par Michel Leis

Partager

Trends – Tendances, La bonne santé des marchés boursiers : la leçon donnée par la Chine, le 28 janvier 2016

La bonne santé des marchés boursiers : la leçon donnée par la Chine

La Bourse chinoise n’est pas à la fête : elle avait perdu 40% au cours de l’été dernier, avait regagné ensuite 7%, avant de replonger de 20% au début du mois de janvier.

Continuer la lecture de Trends – Tendances, La bonne santé des marchés boursiers : la leçon donnée par la Chine, le 28 janvier 2016

Partager

LES DEUX VISAGES DU FMI, par François Leclerc

Billet invité.

Employant une de ces formulations imprécises dont il a le secret, le FMI lance une nouvelle mise en garde pour accompagner ses dernières projections trimestrielles : « La croissance mondiale pourrait dérailler si les transitions importantes de l’économie mondiale ne sont pas bien gérées ». On n’en saura pas plus dans l’immédiat.

Continuer la lecture de LES DEUX VISAGES DU FMI, par François Leclerc

Partager

Madame Tsai Ing-Wen, nouvelle présidente de la République de Chine (Taiwan), par Pierre-Yves Dambrine

Billet invité.

Un événement important vient de se produire en Asie, dans l’île de Taiwan, avec l’élection de la première femme à la présidence de la République de Chine. La deuxième tentative après celle de 2012 face à Ma Ying-Jeou du Kuomintang (KMT) aura été la bonne.

Continuer la lecture de Madame Tsai Ing-Wen, nouvelle présidente de la République de Chine (Taiwan), par Pierre-Yves Dambrine

Partager

ÇA VA MAL ! par François Leclerc

Billet invité.

L’année part sur des chapeaux de roue. Kaushik Basu, l’économiste en chef de la Banque mondiale, a mis en garde contre les effets de dangereux « mouvements de capitaux », rajoutant à l’inquiétude en faisant état de l’existence de « failles sous la surface » sans autre précision (faute d’être en mesure de les apporter).

Continuer la lecture de ÇA VA MAL ! par François Leclerc

Partager

Les Bourses s’effondrent… et on vous l’avait bien dit !

Les Bourses s’effondrent. Il faut quand même souligner qu’on vous l’avait bien dit.

On vous avait dit que le système était très endommagé, et qu’on ne pouvait pas simplement le rafistoler, qu’il y avait des composantes de base dont il fallait revoir entièrement la nature et modifier le fonctionnement. Vous avez répondu « On reconstruira le système à l’identique : TINA ! » Et c’est ce que vous avez essayé de faire, jusqu’à aujourd’hui.

On vous a dit : il faut démanteler les établissements financiers systémiques (« Too Big To Fail »), les recréer sur une base modulaire pour qu’une faillite individuelle éventuelle soit inoffensive pour le système dans son ensemble. En 2009, vous avez répondu : « On va voir. On vous revient ». Qu’est-ce que vous avez fait ? Rien ! Au contraire, vous avez mené une contre-offensive et quand vous en parlez aujourd’hui, c’est toujours sous l’appellation de « LA THÈSE POPULISTE du démantèlement des banques systémiques ».

Ce système est à bout de souffle. Vous essayez de créer de l’inflation (comme si l’inflation pouvait être un remède à une économie en panne !), vous injectez des tombereaux de liquidités qui sentent encore l’encre fraiche de la planche à billets. Comme il n’y a pas de demande parce que la première solution aux problèmes de votre système bancal, c’est de baisser les salaires, ces sommes vont juste gonfler la spéculation, mais vous vous en fichez parce que la « science » économique que vous avez créée et nourrie, comme votre fidèle servante, assure que la spéculation, ça n’existe pas : c’est comme la lutte des classes : c’est une illusion d’optique ! Pourquoi avez-vous consacré alors autant d’énergie à faire abroger à la fin du XIXe siècle les lois qui à l’époque interdisaient la spéculation ?

Vous dites que les taux bas, ce n’est pas grave, ça va s’arranger un jour ou l’autre : « Il y a des cycles, un effet de balancier : après la pluie, le beau temps ! » Mais ce sont des chimères : votre système est passé cent fois à deux doigts de la catastrophe. Il n’y a pas de cycles : il n’y a que des héros et des héroïnes, des « petits » comme d’habitude, qui relancent à chaque fois la machine branlante et pétaradante. Au prix de leur vie dans les guerres (votre joker !), mais aussi en temps de paix : regardez les dégâts autour de vous (ou plutôt autour de nous) !

J’ai dit en 2009 sur France Info : « On ne s’en sortira cette fois que grâce à la Chine ! » (la vidéo doit encore être disponible quelque part – regardez les yeux ronds autour de moi). Aujourd’hui la Chine est au tapis mais elle aussi, elle s’en fiche : elle a mis le stalinisme dans la naphtaline mais il ne demande qu’à être ressorti des cartons. Et avec l’hyper-surveillance et le Big Data qu’on se paie aujourd’hui, ce sera comme avec Star Wars : le nouvel épisode ridiculisera les précédents. On n’a encore rien vu !

L’actualité récente le montre : quand tout va mal, la seconde victime, après les salaires, est elle aussi toute désignée : c’est la démocratie. Dans l’ordre de passage à la trappe :

1) Égalité (2008),
2) Fraternité (décembre 2015),
3) Liberté (remplir les pointillés pour la date).

Partager

EN CHINE, LA PERFECTION S’ANNONCE DE CE MONDE, par François Leclerc

Billet invité.

Que projette exactement le gouvernement chinois en inscrivant à son 13ème plan quinquennal la création à l’échéance de 2020 d’un « système de crédit social » qui reste entouré d’un grand flou ? Présenté sous ses plus beaux atours, il y est succinctement annoncé comme devant être « un référentiel d’information basé sur la population nationale, destiné à améliorer le système de crédit social et le mécanisme d’intervention de crise ». Aucune description officielle de ses contours et mécanismes n’est actuellement disponible, la constitution par étapes de cette gigantesque base de données s’annonce pharaonique et justifie les interrogations.

Continuer la lecture de EN CHINE, LA PERFECTION S’ANNONCE DE CE MONDE, par François Leclerc

Partager

Le confucianisme distingue l’homme des autres animaux, par Roberto Boulant

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Dans un article récent (en anglais), titré « Pourquoi la Chine retourne-t-elle au confucianisme ? », le Wall Street Journal analyse les raisons qui poussent le Président chinois Xi Jinping à utiliser les anciennes traditions, pour asseoir la nouvelle puissance chinoise. Un retournement paradoxal, pour qui se souvient de la révolution culturelle et de ses slogans visant à abattre « la boutique de Confucius ».

Continuer la lecture de Le confucianisme distingue l’homme des autres animaux, par Roberto Boulant

Partager

NOUVEAU G20 FINANCES POUR RIEN, par François Leclerc

Billet invité.

La marche du monde suscite bien des inquiétudes chez nos ministres des finances et banquiers centraux du G20, qu’ils affectent de dissimuler en tenant des propos rassurants au sortir de leur réunion d’Ankara. Sans leur donner une politique commune que l’on cherche vainement.

Continuer la lecture de NOUVEAU G20 FINANCES POUR RIEN, par François Leclerc

Partager

TOUT FAUX OU PAS LOIN ! par François Leclerc

Billet invité.

Parmi tous les commentaires suscités par la chute des Bourses du monde entier de lundi dernier – qui se poursuit ce matin en Chine, en dépit de nouvelles mesures des autorités du pays – la palme revient à Vitor Constancio, le vice-président de la BCE. Afin de minorer comme d’autres l’importance des évènements, celui-ci a expliqué que la Bourse chinoise n’était pas connectée à l’économie réelle, cette notion de plus en plus utilisée sur laquelle on aimerait bien avoir quelques éclaircissements.

Continuer la lecture de TOUT FAUX OU PAS LOIN ! par François Leclerc

Partager

La Chine et nous – une conversation avec Pascal Hérard de TV5monde

N.B. Pour une interprétation entièrement différente (en fait, c’est pratiquement le contraire de ce que je dis 😀 Vive la diversité !) : Qui seront les victimes du krach chinois ?, dans Le Monde.

Partager

LES TEMPS QUI S’ENGAGENT, par François Leclerc

Billet invité.

Il faut remonter à 2008 pour trouver une telle chute boursière mondiale. Hier, elle était accompagnée de mouvements massifs sur les marchés des matières premières et des changes. Sur celui des actions, elle avait débuté sur les Bourses asiatiques avant de se propager aux États-Unis, puis en Europe. Cette nuit, la Bourse de Shanghai a encore dévissé, puis Tokyo a chuté à nouveau, et ce matin les bourses européennes ne récupéraient que partiellement leurs pertes de la veille.

Continuer la lecture de LES TEMPS QUI S’ENGAGENT, par François Leclerc

Partager

LE CULBUTO NE SE REDRESSE PAS ! par François Leclerc

Billet invité.

Rien n’y fait, en dépit de toutes les mesures prises par la direction chinoise pour tenter de stabiliser les cours boursiers, la dernière en date étant d’autoriser les fonds de pension à y investir. La correction boursière que l’on a cru discerner est devenue une véritable déroute et les bourses s’en ressentent dans le monde entier. Mise en perspective avec les épisodes précédents, celle-ci reflète une profonde crise économique de la seconde puissance mondiale, aux conséquences planétaires. La formation d’une gigantesque bulle d’endettement accompagnée d’une bulle immobilière non moins imposante l’ont précédé.

Continuer la lecture de LE CULBUTO NE SE REDRESSE PAS ! par François Leclerc

Partager

CHINE : ATTERRISSAGE MOUVEMENTÉ, par François Leclerc

Billet invité.

Ne tirant pas la croissance mondiale comme espéré et n’ouvrant pas assez vite son économie aux mécanismes du marché comme attendu avec impatience, la Chine ne remplit pas ses promesses. Le virage est difficile et long à négocier : la baisse des exportations n’est pas compensée par la hausse de la consommation intérieure, et l’investissement continue de représenter 50 % du PIB.

Continuer la lecture de CHINE : ATTERRISSAGE MOUVEMENTÉ, par François Leclerc

Partager

TOUT S’EN MÊLE, MÊME LA CHINE…, par François Leclerc

Leurs répercussions potentielles dépassant de loin le poids économique du pays, les négociations grecques ne sont pas seules à être suivies de près. Mettant en évidence un difficile changement de cap, la dégringolade boursière chinoise qui n’en finit pas est également dans ce cas. Toutes deux témoignent de la fragilité de la situation économique, considérée à la seule qui échelle qui vaille désormais, celle du monde.

Continuer la lecture de TOUT S’EN MÊLE, MÊME LA CHINE…, par François Leclerc

Partager

Occident vs. Orient : la main invisible du marché vs. la main la plus visible possible de l’État

Le Shanghai composite index, l’indice boursier chinois le plus en vue se situait il y a un an au niveau 2.100. Vint la bulle qui lui fit prendre son envol. À la mi-juin, il valait plus de 5.100. Le 8 juillet, il retombait à 3.500. Ce soir il vaut 3.663. Il n’est tombé dans la journée que de 1,7%, après une chute lundi de 8,5%.

Continuer la lecture de Occident vs. Orient : la main invisible du marché vs. la main la plus visible possible de l’État

Partager

Chine : « Traverser le gué en tâtant une pierre à la fois »

Teng Hsiao-Ping avait dit à propos de l’exploration chinoise du capitalisme qu’il initiait : « Traverser le gué en tâtant une pierre à la fois ». C’est-à-dire, que l’on garderait un pied dans le communisme et que l’on essaierait de voir prudemment si tel ou tel aspect du capitalisme marche ou ne marche pas, en se réservant toujours la possibilité de revenir un pas en arrière si telle ou telle pierre du gué se révèle trop branlante. À la chinoise : sans confiance aucune accordée à une théorisation quelconque : par essais et erreurs uniquement !

Continuer la lecture de Chine : « Traverser le gué en tâtant une pierre à la fois »

Partager