Catastrophes… mutationnelles, par Panagiotis Grigoriou

Billet invité. Également sur son blog greekcrisis.fr

De la pluie et du beau temps. Histoires… à finir mouillé. Depuis déjà trois jours, les médias annoncent le “passage sur la Grèce, d’une tempête anormale, porteuse de phénomènes extrêmes, tel un ouragan méditerranéen”. Jargon catastrophe, comme pour en rajouter sur la peur dans l’âme. Puis, vint l’orage, et dans la matinée du 15 novembre sur l’Attique, toute une bande côtière non loin d’Éleusis, dans le grand Ouest athénien qui se transforme en déversoir de la boue et des eaux… fuyant la montagne proche et balayant tout sur leur passage. Bilan : 16 morts et 4 disparus. Catastrophe dite “naturelle”.
Continuer la lecture de Catastrophes… mutationnelles, par Panagiotis Grigoriou

Partager

IN-SHADOW : A Modern Odyssey – Un message à mes amis

Chers Amis, vous me bombardez aimablement de messages m’enjoignant – toutes affaires cessantes ! – de regarder cette vidéo. Je suivrai d’autant plus volontiers votre conseil qu’elle est présente ici sur le blog depuis… jeudi dernier !

IN-SHADOW: A Modern Odyssey from Lubomir Arsov on Vimeo.

Partager

Erklären wir Deutschland, was wir GERADE JETZT von ihm erwarten

Seit zehn Jahren hören wir nun schon den gleichen Refrain der anderen europäischen Staats- und Regierungschefs, um ihr Zaudern gegenüber der deutschen Regierung zu rechtfertigen: « Nach den Wahlen wird alles klarer »! Von einer Bundestagswahl zur nächsten jedoch ist nach der Abstimmung nichts klarer, im Gegenteil, alles ist eher unklarer, verworrener, und, so gesehen, haben wir diesmal ein wahres Lehrstück des Versagens vor Augen.

Ziehen wir daraus die sich aufdrängenden Schlußfolgerungen: Erklären wir Deutschland, was wir GERADE JETZT von ihm erwarten. Das wäre unmöglich, weil es keine Regierung mehr gibt? Keine Koalition mehr? Vielleicht sogar keine Kanzlerin mehr? Machen wir uns das zunutze: Erklären wir allen deutschen Parteien, was wir von ihrer Nation und insbesondere von ihnen GERADE JETZT erwarten.

Partager

Expliquons à l’Allemagne ce que nous attendons d’elle AUJOURD’HUI MÊME

Version en anglais ici. Ouvert aux commentaires.

Voilà dix ans que l’on entend des autres dirigeants européens le même refrain pour justifier leurs atermoiements vis-à-vis des autorités allemandes : « Après les élections, les choses seront plus claires ! » Or, d’élection allemande en élection allemande, les choses ne sont pas plus claires une fois le vote accompli, mais plus troubles et, de ce point de vue, c’est le pompon aujourd’hui. Tirons-en les conclusions qui s’imposent : expliquons à l’Allemagne ce que nous attendons d’elle AUJOURD’HUI MÊME. Ce serait impossible parce qu’il n’y a plus de gouvernement ? ni de coalition ? ni peut-être même de chancelière ? Profitons-en : expliquons à chacun des partis allemands ce que nous attendons de sa nation, et de lui en particulier, AUJOURD’HUI MÊME.

Partager

Dans notre rubrique clin d’oeil familial : Corinne Hoex académicienne

Réception de Corinne Hoex. Séance publique du 28 octobre 2017, Bruxelles, Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, 2017. Disponible ici.

Continuer la lecture de Dans notre rubrique clin d’oeil familial : Corinne Hoex académicienne

Partager

Le colloque Walter Lippmann : aux origines du « néo-libéralisme », par Serge Audier (XI), La nébuleuse hétérogène du Colloque Lippmann

Le colloque Walter Lippmann : aux origines du « néo-libéralisme », préface de Serge Audier – Penser le « néo-libéralisme », éditions Le bord de l’eau, 2012. Madeleine Théodore nous propose un résumé en plusieurs parties de cette réflexion essentielle. Ouvert aux commentaires.

Plutôt que de rabattre tous les penseurs sur une histoire longue qui mènerait tout droit à Thatcher ou Reagan, ou vers l’Europe néo-libérale, il est préférable de lire les textes attentivement et prendre sérieusement en compte le contexte historique et discursif. Continuer la lecture de Le colloque Walter Lippmann : aux origines du « néo-libéralisme », par Serge Audier (XI), La nébuleuse hétérogène du Colloque Lippmann

Partager

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 18 NOVEMBRE 2017 – retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 16 novembre 2017. Merci à Marianne Oppitz !

Bonjour, nous sommes le jeudi 16 novembre 2017. Jeudi et non vendredi, toujours dans une chambre d’hôtel – non plus à Bruxelles mais à Lille – mais j’ai hâte de rentrer à la maison après une aussi longue tournée. Tournée extrêmement profitable ! Vous allez voir, il y a plein d’interviews qui vont paraître, plein de vidéos, plain de déclarations, plein de discussions. C’est foisonnant, plein de projets, plein de nouvelles idées, encore cet après-midi. Le monde est en train de changer. Quelque chose s’accélère, à mon sens dans la bonne direction, ce qui est une bonne chose.

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 18 NOVEMBRE 2017 – retranscription

Partager

Chantier archéologique le 19 novembre 2017

Dans des conditions de tournage extrêmement difficiles, soyez indulgents !

Mad magazine
Ray Bradbury (1920-2012)
Philip Wylie (1902-1971)

Simon Vinkenoog (1928-2009)
Jan Wolkers (1925-2007)
Harry Mulisch (1927-2010)

Partager

France Inter, Pensez-donc, Il sera bientôt trop tard…, le 19 novembre 2017

France Inter, Pensez-donc, Il sera bientôt trop tard…

« Il sera bientôt trop tard », cri d’alarme lancé cette semaine par 15 000 chercheurs du monde entier, si nous voulons garder une planète habitable pour l’espèce humaine. Une menace d’extinction qui s’ajoute à celle du remplacement de l’homme par le robot, nous met en garde l’anthropologue Paul Jorion.

Partager

Usbek & Rica, Faut-il sauver l’humanité de la « tyrannie des mathématiques » ? par Vincent Lucchese

Faut-il sauver l’humanité de la « tyrannie des mathématiques » ? par Vincent Lucchese, le 18 novembre 2017

On ne sait pas s’il a raison lorsqu’il prédit la fin de l’humanité d’ici deux ou trois générations, mais puisque personne ne le prenait au sérieux quand il annonçait avant tout le monde la crise des subprimes de 2007, ça vaut le coup de l’écouter aujourd’hui. Paul Jorion a publié le 2 novembre un nouvel ouvrage : À quoi bon penser à l’heure du grand collapse ? (Fayard). Un livre en forme de long entretien, dans lequel il raconte comment, de la langue grecque aux mathématiques, nous avons fait fausse route en transformant le monde en équations. Il parle aussi de « revenu de subsistance », de « guerre civile numérique » et de « société termite ».

La suite sur le site d’Usbek & Rica

Partager