Tous les articles par Paul Jorion

L’appel de 1 000 scientifiques : le mot « courage » n’est pas trop fort

Ouvert aux commentaires.

Dans L’appel de 1 000 scientifiques : « Face à la crise écologique, la rébellion est nécessaire », il est dit en particulier :

nous appelons à participer aux actions de désobéissance civile menées par les mouvements écologistes.

Wikipédia explique que

la désobéissance civile refuse d’être complice d’un pouvoir jugé illégitime et de nourrir ce pouvoir par sa propre coopération.

Affirmer ou laisser entendre que le pouvoir de son pays est « illégitime », est très loin d’être un geste banal. Ce qui explique pourquoi Wikipédia ajoute :

Encore faut-il une prise de conscience générale et le courage des premiers militants pour que ce principe puisse être efficace.

Je disais l’autre jour dans un entretien qui n’a suscité de votre part aucun commentaire :

Ce qui m’a paru le plus révélateur ces jours derniers c’est le fait qu’aux États-Unis et au Royaume-Uni, le mouvement Extinction Rebellion (XR) a été classé comme mouvement terroriste en très mauvaise compagnie à côté de mouvements néo-nazis, djiadistes etc. Il ne s’agit pas là de l’évaluation du danger réel qu’il représente mais d’une évaluation du fait que les gouvernements savent que ce type d’opposition va se développer en raison de leur propre incurie, de leur incapacité à faire que les problèmes qui se posent, ceux sur lesquels met l’accent un mouvement comme XR, soient pris en considération.

« Courage », le mot n’est pas trop fort.

Partager :

Trends-Tendances – Le retour des nationalisations, le 20 février 2020

Ouvert aux commentaires.

Le retour des nationalisations

De manière surprenante certainement, la première grande mesure prise par le gouvernement Johnson après la déclaration officielle du Brexit, le 31 janvier, a été une nationalisation.

Le pronostic largement partagé était celui d’un Royaume-Uni se transformant rapidement en une vaste zone franche à la manière d’un Singapour, maniant le moins-disant fiscal et juridique comme armes de combat d’une nation se convertissant en pirate, et éventuellement en pillard de ses anciennes camarades de l’Union européenne. Continuer la lecture de Trends-Tendances – Le retour des nationalisations, le 20 février 2020

Partager :

Un (gaspation !) « Socialiste » succédera-t-il à Trump ?

Je ne vous apprendrai rien si je vous dis que les périodes de crise se caractérisent par des fluctuations de vaste amplitude où l’on passe aisément d’un extrême à l’autre.

Mais là, on serait quand même sacrément surpris. À moins que la recette ne soit là : « Donnez-nous un Trump, qu’on aie vraiment envie du socialisme ensuite ! »

Partager :

Vie quotidienne – Réchauffement climatique et économies de chauffage

Sur le conseil du chauffagiste, j’ai fait ajouter entre décembre 2018 et décembre 2019, un radiateur sur le palier du 1er étage (un radiateur trop riquiqui selon lui au rez-de-chaussée pour chauffer décemment toute la cage d’escalier ; d’où un thermostat en folie !).

Amis ingénieurs (et autres mordus du calcul pratique !), est-il possible de séparer dans l’économie de 18%, la part du réchauffement climatique de celle du radiateur supplémentaire ?

Partager :

Le monde en décomposition que nous transmettons à nos enfants, le 16 février 2020 – Retranscription

Retranscription de Le monde en décomposition que nous transmettons à nos enfants, le 16 février 2020. Bonjour, nous sommes le…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Grand entretien avec Thibault Fajal (IV) « Comment sauver le genre humain »

Ouvert aux commentaires.

TF : Paul Virilio proposait la création d’un ministère du temps mais également d’un ministère du désastre.

PJ : J’ai écrit avec Vincent Burnand-Galpin, qui étudie en ce moment à l’ENSAE et à Sciences Po, un livre qui paraîtra en mars : Comment sauver le genre humain ? Le titre a évolué depuis « Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ? », le nom qu’avait le cycle de 6 conférences que j’ai données à l’Université catholique de Lille en 2018-19, pour se stabiliser sur cet intitulé là.

Nous proposons de rétablir, au niveau national, une planification partiellement impérative pour intégrer l’épuisement des ressources, le réchauffement climatique, l’ensemble des problèmes environnementaux, et ceci servirait de marche-pied  pour une planification planétaire. La question climatique, cela va de soi, n’est pas soluble au niveau de pays individuels.

Continuer la lecture de Grand entretien avec Thibault Fajal (IV) « Comment sauver le genre humain »

Partager :

« Albertine Hottin »

Ouvert aux commentaires.

Je ne sais pas si vous êtes comme moi et qu’à la lecture de la manière dont la presse (écrite, télévisée, en ligne) rend compte de certains évènements d’actualité vous ayez le sentiment que l’histoire reviendra sur eux pour en dire des choses extrêmement différentes de ce que l’on en dit au moment même. Comme quand je vous dis parfois à  propos de certains faits divers des tribulations de Trump ; « Ça, on vous l’expliquera un jour comme ‘espionnage’. »

À moins bien sûr que Mme A* de T* et MM. P* P*, J* B* et L* A* ne nous expliquent rapidement de quoi  il s’agit vraiment.

Partager :

Grand entretien avec Thibault Fajal (III) La rébellion devant l’extinction

Ouvert aux commentaires. TF : Que pensez-vous des mobilisations pour le climat et en particulier, d’Extinction Rebellion ? PJ :…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Grand entretien avec Thibault Fajal (II) L’Intelligence Artificielle : amie ou ennemie ?

Ouvert aux commentaires. TF : Selon vous l’Intelligence Artificielle peut-elle être un danger pour l’humanité ? PJ : Je pense…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Et comment va Trump ?

Trump va bien – toujours égal à lui-même. Au point que William Barr, son ministre de la Justice, en plus de son toutou, s’énerve : les tweets de Trump « rendent impossible que je fasse mon boulot ».

Si Trump énerve même ses toutous, c’est quand même mauvais signe.  Trump répond qu’il a bien le droit d’interférer dans le fonctionnement de la justice puisqu’il est le président (c’est vrai : si on ne pouvait même pas faire ça quand on est président !). [Je vous raconterai une autre fois de quoi il s’agit : de la peine de Roger Stone – mais comme il s’agit là selon moi {vous êtes au courant} d’une histoire d’espionnage, cela mérite un billet distinct].

Nouvelle réjouissante quand même, l’adversaire probable de Trump à la présidentielle [eh oui, je crois secrètement {même si c’est la mort dans l’âme} que les Démocrates préféreront un vrai milliardaire à un socialiste variété Front populaire], Mike Bloomberg, a choisi de répondre à Trump autrement que ses collègues Démocrates (pratiquant depuis 2016 l’indignation BCBG), en adoptant son style à lui de l’insulte grossière :

Beaucoup de gens à New York se marrent derrière ton dos et te considèrent comme un clown aboyeur de carnaval. Ils savent que tu as hérité d’une fortune et que tu l’as dilapidée dans des deals stupides par ton incompétence.

Ouille ! Bloomberg (ou quelqu’un dans son équipe) connaît les hantises de Trump (certaines depuis qu’il est gosse) :

1° qu’on rie derrière son dos
2° … en raillant sa stupidité
3° et qu’on révèle que lui – le soi-disant self-made-man – a aujourd’hui moins d’argent que ce que son père lui avait légué [par évasion fiscale et autres combines foireuses essentiellement].

Partager :

Coronavirus : réévaluation à la hausse de son impact, par Alexis Toulet

Ouvert aux commentaires.

La réévaluation du nombre de cas en Chine avec +34% d’un jour sur l’autre est supposée résulter d’une « redéfinition » de la manière de détecter le virus, la majorité des cas (> 13 000) étant des personnes dont les atteintes pulmonaires sont cohérentes avec une infection au Codiv19 mais qui n’ont pas été testées positives au virus.

En filigrane, il est possible de lire : pénurie de tests. Non seulement les chiffres des derniers jours étaient donc faux, mais encore le nouveau chiffre n’est probablement pas la vérité nue non plus : les nouveaux malades qui viennent d’être ajoutés au compte à cause d’atteintes pulmonaires révélatrices sont tous déjà atteints, pas de porteurs sains parmi eux par définition, pas même de malades encore peu atteints. C’est donc que les porteurs sains et malades encore ambigus ne sont pas encore comptés. Le véritable chiffre est significativement plus élevé.

Continuer la lecture de Coronavirus : réévaluation à la hausse de son impact, par Alexis Toulet

Partager :