Tous les articles par Paul Jorion

Covid-19 – Risque de contamination : le passé n’influence pas le présent

Je peux me tromper, mais j’ai l’impression que la personne à qui je viens de parler pense qu’à chaque jour qui passe ses chances d’attraper le Covid-19 diminuent d’une certaine manière, du fait de ne pas l’avoir encore attrapé. L’idée est du genre : j’accumule un capital du type « personne passant entre les gouttes ».

Or le fait est qu’on n’accumule rien du tout. Oui la probabilité qu’on mette au point un vaccin efficace augmente de jour en jour mais tant qu’on n’a pas été vacciné, ça nous fait à chacun une belle jambe. Oui, le nombre de gens acquérant une certaine immunité pour avoir été malade (encore qu’on ne soit pas encore sûr que ce soit le cas) augmente, rendant la transmission plus difficile, mais d’ici qu’on en soit au point où cela fera une différence, beaucoup d’eau coulera encore sous les ponts, faisant encore beaucoup de morts en cours de route.

Le raisonnement, si l’on peut dire, c’est celui du joueur qui pense que ses chances d’avoir un six augmentent parce que ça fait une demi-heure qu’il n’en a pas eu. Or non, la chance d’avoir un six est une sur six à chaque coup, parce qu’il y a six faces sur un dé, les jets sont indépendants : ceux du passé n’ont aucune influence sur ceux du présent.

À ça on va me répondre : « OUI MAIS si on jette un dé 600.000 fois, on est d’accord qu’on aura eu à peu près 100.000 fois un 1, 100.000 fois un 2, etc. 100.000 fois chacune des faces ? » Oui. « Et alors, disons qu’on a jeté le dé 599.999 fois et qu’on n’a toujours pas eu de 6, si on le jette maintenant, on a quand même plus de chance d’avoir un six ? » Non, rien n’a changé, les jets sont indépendants : toujours une chance sur six d’obtenir un 6, ou un 5, ou un 4, etc.

Donc, si vous étiez tenté de vous dire « Je peux peut-être faire un peu moins attention puisque je n’ai rien attrapé jusqu’ici » : c’est faux, archi-faux, rien n’a changé, comme je l’ai dit, d’avoir eu de la chance hier ne vous en donne pas davantage ni pour aujourd’hui, ni pour demain : les coups sont indépendants, le risque d’infection pour vous n’a pas changé, maintenez la même vigilance exactement.

Partager :

La borne naturelle du civisme

Je ne fais plus ma promenade habituelle sur les rives du Vincin. La dernière fois que je l’ai faite, une joggeuse a ralenti le pas arrivée à ma hauteur pour ne pas souffler tout l’air de ses poumons dans mon visage. Les autres n’ont pas voulu faire baisser leur moyenne : le civisme trouve sa borne naturelle là où débute le souci légitime de chacun de sa bonne forme personnelle.

Partager :

Confinement et immunité de groupe : deux types de milliardaires, par ‘un lecteur’

Nous sommes dirigés par les milliardaires. (Pour certains pays comme les USA cela fonctionne aussi, même si c’est évident.)

Démonstration

Il y a deux catégories de milliardaires :

a) Ceux qui en veulent toujours plus pour se sentir vivre : les gros cons à l’état brut.

b) Ceux qui veulent plus de temps, les transhumanistes.  Continuer la lecture de Confinement et immunité de groupe : deux types de milliardaires, par ‘un lecteur’

Partager :

Test Covid-19 : le parcours du combattant, par Jean-Baptiste Auxiètre

Suite à un mal de gorge, et comme conseillé par le médecin, j’ai fait un test COVID CRP. Le souci en l’occurrence c’est que, pour commencer, mon médecin traitant était en vacances, donc j’ai déjà mis 2 jours pour obtenir une ordonnance (inutile depuis). En attendant, entre le jour où j’ai présenté les premiers symptômes et les 5 jours d’attente du résultat, cela a fait dans mon cas une durée de 10 jours ! Dans mon cas le test à date est négatif heureusement pour moi mais aussi pour mes proches et certainement très malheureusement pour ceux qui seraient dans la même attente mais positifs car s’ils sont laissés livrés à eux-mêmes pendant une telle durée on n’ose imaginer la propagation du virus en attendant les résultats.

Il n’y a aujourd’hui que quelques pour cent de la population qui sont testés et déjà les laboratoires sont débordés, et rendent des résultats dans des délais qui ne sont pas raisonnables si on veut éviter la propagation du virus. Il serait vraiment utile de mettre réellement les moyens : nous nous rapprochons rapidement d’un nouveau confinement si les tests ne sont pas disponibles en 24 ou 48h et cela pour une part importante de la population, et non pas 1 ou 2 pour cent.

Partager :

Les passantes

Un extrait de mon roman (inédit) Dix-sept portraits de femmes :

Quand on est assis dans un restaurant, à moins qu’on n’ait le regard fixé sur la porte, ce sont les gens qui entrent qui vous aperçoivent avant que vous ne les voyiez vous–même. Ce sont donc eux qui ont le loisir de poser le regard sur vous. La scène se passe à l’heure du déjeuner à « House of Nanking » sur Kearny à San Francisco et donc cette femme entre, et en fait elles sont deux, mais c’est la première qui me regarde. Je commence du coup par la seconde, une Chinoise américaine, trente ans, très américanisée ; c’est au maquillage et aux cheveux bouclés qu’on peut mesurer l’américanisation des Chinoises. Et l’autre, à mon avis, c’est une Iranienne, pas une trace d’accent, donc probablement née ici, grande, la cinquantaine blue-jeans. Et là, paf ! Dieu sait, c’est peut-être moi qui l’ai regardée le premier ? Continuer la lecture de Les passantes

Partager :

Lectures essentielles – la « croissance verte » ne repose sur aucun fondement scientifique, par Cédric Chevalier

Le caractère écologiquement insoutenable de la trajectoire sociétale belge, européenne et mondiale, est largement documenté scientifiquement depuis plusieurs décennies. La possibilité de la poursuite de la croissance, impliquée notamment par les politiques régionales, nationales et européennes officielles (qui continuent à en faire l’objectif politique principal dans leurs textes stratégiques), repose sur un mécanisme postulé, le découplage absolu. Avec le découplage absolu hypothétique, on peut rebaptiser la croissance, « croissance verte« , c’est-à-dire une forme hypothétique de « croissance soutenable ». Il est donc essentiel de comprendre les tenants et les aboutissants de ce mécanisme si on veut inscrire la politique dans le réel, et dans l’intérêt général. L’enjeu n’est ni plus ni moins la possibilité de maintenir des sociétés humaines prospères sur la Terre (et dans notre pays). Le découplage absolu est une hypothèse qui exprime la possibilité que le PIB (tel que calculé actuellement) d’une zone géographique puisse continuer à croître tout en réduisant simultanément son empreinte écologique (ou pression environnementale globale), sur une période donnée.
Continuer la lecture de Lectures essentielles – la « croissance verte » ne repose sur aucun fondement scientifique, par Cédric Chevalier

Partager :

Trump se propose de repousser l’élection présidentielle jusqu’à ce qu’il soit sûr de la tenir

On comprend mieux du coup pourquoi il envoie des milices dans des villes pour y jeter de l’huile sur le feu. Et pourquoi les autorités de Portland dans l’Oregon découvrent qu’un émeutier, briseur de vitrines, qualifié d’ « anarchiste » par le président, est en réalité un suprémaciste blanc.

Ah ! les vieilles recettes qui ont toujours du bon !

P.S. Notez qu’il vaut mieux qu’il abatte toutes ses cartes maintenant plutôt qu’à la veille de l’élection.

Partager :