Tous les articles par Paul Jorion

Camp Williams (Calif.)- Chanson triste

Camp Williams était (1997-2009) l’un de mes coins préférés.

Bon, c’était pas le Ritz.

Mais on y croisait des gens sympas, comme des cantonniers ou des gardes forestiers.

À l’époque, le menu était à plat unique, enfin il y en avait deux : oeufs au plat aux tomates concassées en boîte, avec ou sans frites. Ce qu’on a envie de manger après une bonne matinée dans la montagne.

« Bobcat », ça veut dire « lynx », l’hôte des lieux. « 3% contained », ça veut dire « circonscrit à 3% ».

Pourquoi je vous parle de ça ? Eh bien parce que la région est en train de cramer.

Partager :

Dynamique des entrées-sorties en réanimation en France (Mise à jour), par a113


1- L’augmentation en réanimation est tenace (on dépasse gentiment les 4% d’augmentation par jour avec une projection identique sur 15 jours (soit théoriquement 4*15=60% => d’où certains services sont hors-capacité).


2- Il semblerait sur les derniers chiffres que les décès repartent également à la hausse (voir courbe décès depuis 31/07), normal hélas après 2-3 semaines après l’augmentation des hospitalisations .

3- Le retour du milieu hospitalier est l’inquiétude de ne pas pouvoir faire face à ce rebond +++
Continuer la lecture de Dynamique des entrées-sorties en réanimation en France (Mise à jour), par a113

Partager :

Verlaine et Rimbaud : sur l’importance insigne parfois des questions subalternes

Ne prenant parti sur les questions essentielles que par l’affirmation rare de quelques grands principes, je n’ai pas a fortiori l’habitude de me prononcer sur les questions n’ayant qu’une importance minime comme de savoir si Verlaine et Rimbaud doivent être au Panthéon. Ce qui ne m’empêche pas d’être consterné par la petitesse d’un texte s’y opposant, dont les signataires se classent eux-mêmes en « Rimbaldiens » et « Poètes, écrivains, artistes », et sont déjà entre eux à couteaux tirés puisqu’on y lit :

Associer les deux noms de Rimbaud et Verlaine – ce qui est une simplification biographique et une erreur littéraire, car ils ne sont pas de la même taille.

Ambiance !

Quoi qu’il en soit, j’ai laissé sur le site du Monde la remarque suivante :

Sinistre texte qui confond dissident avec réprouvé. Les ravages de la médiocrité bien intentionnée.

P.S. Inattendu de ma part mais probablement révélateur de ce que je dénonce : mon commentaire n’a pas été publié.

Partager :

Pandémie, plan… Le livre de Paul Jorion et du Jansonien Vincent Burnand-Galpin prend un relief saisissant sous les feux de l’actualité, par Éric Blaisse

Pandémie, plan… Le livre de Paul Jorion et du Jansonien Vincent Burnand-Galpin prend un relief saisissant sous les feux de l’actualité

Qui écrivait, en 2019 : « Rappelons que nous ne serons jamais à l’abri d’une épidémie inédite. » ? Et qui préconisait, dans le même texte écrit l’année dernière, le retour à la planification comme la clé de voûte d’une croissance maîtrisée au service des citoyens ? C’est Paul Jorion et Vincent Burnand-Galpin, dans le livre qu’ils ont intitulé « Comment sauver le genre humain », que nous avons salué lors de sa parution, en mars dernier. C’était juste avant « le confinement », et cela n’a pas aidé à la diffusion de ses idées.

Et voilà que l’épidémie a explosé. On en connaît l’étendue et les dégâts : sanitaires, humains, économiques et sociaux.
Continuer la lecture de Pandémie, plan… Le livre de Paul Jorion et du Jansonien Vincent Burnand-Galpin prend un relief saisissant sous les feux de l’actualité, par Éric Blaisse

Partager :

Covid-19 – L’être humain et la limite (la mort), par Cédric Chevalier

Les autorités belges font un état des lieux de la situation épidémique sur leur territoire.

Je ne peux m’empêcher de penser que notre imaginaire actuel a mis progressivement et complètement sous le tapis la notion de fatalité, de destin fatal qui frappe au hasard, le sentiment de finitude, de la mort. On se refuse à concevoir que parfois (en fait toujours), rien ne se termine bien, que tout empire et que la souffrance individuelle et collective peut augmenter inexorablement à certaines époques, et que c’est la mort qui est bout du chemin pour beaucoup d’entre nous (pour tous en fait in fine).
Continuer la lecture de Covid-19 – L’être humain et la limite (la mort), par Cédric Chevalier

Partager :

Université catholique de Lille, ETHICS, Cycle de 6 visioconférences : L’Après-Covid 19, Première séance, le 16 septembre 2020

Première visioconférence.

La pandémie. Un fléau dont l'histoire nous avait pourtant prévenu qu'il planait sur nous comme une sinistre menace mais dont nous avions perdu le souvenir de l'expérience humaine qu'il représentait. Aussi, nous avons dû réinventer notre réponse dans la douleur, à partir de rien.

Mercredi 16 septembre de 16h00 à 17h30. Trente minutes de dialogue avec la salle (virtuelle). C’est gratuit. Vous pouvez vous inscrire ici.

[Chuchoté] : Si vous arrivez à la dernière minute : voici le lien.

Partager :

Covid-19 – Pourquoi 4 fois moins de morts en Allemagne qu’en France ?

Allemagne : 83 millions d'habitants ; France : 67 millions
Allemagne : 263.407 cas de Covid-19 ; France : 387.252
Allemagne : 9.437 morts du Covid-19 ; France : 30.950
Allemagne : 113 morts par million d'habitants ; France : 474

Je ne vous apprendrai rien si je vous dis que 113 c’est 4 fois moins que 474.

J’ai vu d’innombrables explications de la différence en nombre de morts entre les deux pays, mais ceci sur les deux nations vis-à-vis de la pénurie de masques en début d’épidémie :

La presse, le 23 mars 2020 :

Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, l’a aussi répété : « Il est inutile de porter un masque si l’on n’est pas malade », notamment car celui-ci peut provoquer « un faux sentiment de sécurité ».

La presse, le 18 juin 2020 :

L’Allemagne a été très pragmatique. Elle a dit, si vous n’avez rien, mettez, un foulard, mettez une écharpe.

Et s’il ne fallait pas chercher plus loin (= « midi à quatorze heures ») ?
Continuer la lecture de Covid-19 – Pourquoi 4 fois moins de morts en Allemagne qu’en France ?

Partager :

IHEST, « Le rôle des politiques pour sauver le genre humain », le 22 septembre 2020

Institut des Hautes Études pour la Science et la Technologie, « Le rôle des politiques pour sauver le genre humain », le…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

1° « Alarmiste ! ; 2° « Personne ne vous écoutait, quel scandale ! »

The Los Angeles Times, How climate change is fueling record-breaking California wildfires, heat and smog, le 13 septembre 2020 :

Comme le note un document interne de la Shell Oil Co. de 1988, « au moment où le réchauffement climatique deviendra détectable, il pourrait être trop tard pour prendre des contre-mesures efficaces afin de réduire les effets ou simplement stabiliser la situation ».

« Je regrette seulement qu’en 1989, je n’aie pas pu obtenir un public pour ce que je voulais communiquer », a déclaré Jim Hansen, un chercheur de la NASA à la retraite et un des premiers scientifiques du changement climatique, à propos du témoignage qu’il a fait au Congrès sur cette question.

P.S. 48,9° ces jours derniers à San Luis Obispo. Si vous voulez savoir comment c’était à l’époque où la région était encore vivable : Mes vacances à Morro Bay (Fayard 2019).

Partager :

« Comment sauver le genre humain », le 18 mai 2020 – Retranscription

Retranscription de « Comment sauver le genre humain », le 18 mai 2020

Paul Jorion :

Bonjour Vincent Burnand-Galpin. On n’est pas tout à fait dans le format habituel de PJ TV. Ça serait un peu exagéré que je te présente comme un invité sur PJ TV alors que nous avons rédigé ensemble un ouvrage.

Je fais un tout petit récapitulatif : on s’est connu parce que tu m’as invité à l’ENSAE (École nationale de la statistique et de l’administration économique). Tu t’occupais de l’organisation des invitations de gens de l’extérieur. Tu m’as invité, si j’ai bon souvenir, deux fois. Une troisième fois, c’était à HEC et c’est d’ailleurs… la photo, c’est à HEC, quand tu m’as invité, c’était quoi, il y a un an ou deux ans.

Continuer la lecture de « Comment sauver le genre humain », le 18 mai 2020 – Retranscription

Partager :