Tous les articles par Paul Jorion

Royaume-Uni, États-Unis : l’ingouvernabilité

Espace Éthique/Île-de-France : Prédire les crises financières, le 4 mars 2019

Trends-Tendances : Peut-on prévoir les crises financières ? le 7 mars 2019

Blog de PJ : Brexit : c’est entre aujourd’hui et demain que ça passe ou ça casse, le 12 mars 2019

La question du Grand Débat à laquelle je fais allusion : « Que faudrait-il faire pour protéger la biodiversité et le climat tout en maintenant des activités agricoles et industrielles compétitives par rapport à leurs concurrents étrangers, notamment européens ? »

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Brexit : c’est entre aujourd’hui et demain que ça passe ou ça casse

J’ai suivi le débat en direct.

Jeremy Corbyn, leader des Travaillistes : le Parlement devrait reprendre le pouvoir (autrement dit « remettre la question entièrement à plat ») et dire Non à la Premier ministre.

Le représentant du Parti nationaliste écossais, indépendantiste, Ian Blackford, réaffirme leur opposition au Brexit. Son fils a vécu en Europe (« le Continent ») : « Nous volons des opportunités à nos enfants ». Il reproche à la Premier ministre de rire quand il dit ça. Il réclame un nouveau referendum

Laura Hughes, du DUP (Democratic Unionist Party), protestant d’Irlande du Nord, ne soutiendra pas Theresa May.

Défaite majeure à nouveau pour la Premier ministre : 391 votes contre 242. Au mieux, elle espérait une défaite de 20 votes au plus. Ce soir, c’est 149.

Jeremy Corbyn, pour le Parti travailliste, déclare que la Premier ministre a perdu la confiance de la nation et doit appeler à de nouvelles élections.

Petite remarque : j’ai trouvé toutes les interventions excellentes, celles en faveur du Brexit aussi bien que celles contre, on est loin de l’allure de petites frappes qui caractérise ces jours-ci certains parlementaires américains Républicains. Malheureusement ce splendide sens de l’État de ces représentants du peuple britannique ne semble pas protéger leur nation davantage que les États-Unis de l’ingouvernabilité dans laquelle elle sombre.

Dans son discours de clôture Theresa May évoque trois possibilités à débattre demain et jeudi : accepter la possibilité d’une sortie de l’UE en l’absence d’accord (« no deal »), un report de la sortie le 29 mars ou … un nouveau referendum.

La Premier ministre reprendra jeudi la proposition de la Travailliste Yvette Cooper de limiter les dégâts en reportant l’application de l’article 50 de sortie de l’Union européenne.

1Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Université Catholique de Lille, Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ? Les risques existentiels pour notre espèce, le 5 février 2019 – Retranscription

Retranscription de Université Catholique de Lille, Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ? Les risques existentiels pour notre espèce, le 5 février 2019. Merci à Eric Muller ! Ouvert aux commentaires.

Bonsoir. Aujourd’hui, dans ce cycle sur la nécessité ou non de déclarer un état d’urgence pour l’humanité, je vais parler plus spécifiquement des risques que nous courons effectivement.

Et là, si on fait un pas en arrière, je ne sais pas, quelque chose de l’ordre de mon enfance ou de mon adolescence : la manière dont nous nous représentons ces risques est extrêmement différente. Il s’est passé en particulier – si j’ai bon souvenir c’était dans les années 70 – quand nous avons découvert que la disparition des dinosaures était liée à un événement cataclysmique. Nous savions bien que les dinosaures avaient disparu, nous ignorions encore aussi que les oiseaux sont des dinosaures et que eux ont survécu et que, effectivement, on parle de la disparition des dinosaures non-aviens maintenant, c’est-à-dire ceux qui ne sont pas des oiseaux. Ça a passionné, bien entendu, aussi les enfants de découvrir que les dinosaures existaient toujours mais qu’ils étaient beaucoup plus petits que ceux qu’on nous montre dans les musées d’histoire naturelle. Continuer la lecture de Université Catholique de Lille, Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ? Les risques existentiels pour notre espèce, le 5 février 2019 – Retranscription

10Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

L’Écho – Comment légitimer la politique de l’offre et la théorie du ruissellement ? le 12 mars 2019

Le ruissellement suppose le pouvoir d’achat

La « politique de l’offre » – que l’offre créera automatiquement sa demande, puisque la production engendrera les salaires de ceux qui produiront – tout comme la « théorie du ruissellement » – qui veut que les plus riches, par leurs achats, subventionnent automatiquement les moins riches qui produiront – négligent cependant chacune un élément essentiel, la première, que les salaires générés devront être d’un niveau suffisamment élevé pour que les salariés achètent la totalité des biens et des services qui seront offerts, et la seconde, celle du ruissellement, qu’il faut pour qu’elle soit valide, que l’économie puisse absorber en tant qu’investissement rentable toute la richesse que les détenteurs de capitaux ont la capacité de mettre à sa disposition.

Continuer la lecture de L’Écho – Comment légitimer la politique de l’offre et la théorie du ruissellement ? le 12 mars 2019

26Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Besoin d’aide : de quadrichromie à noir et blanc

Ouvert aux commentaires.

Le problème est simple (à poser, pas à résoudre…) : pour mes livres sur Trump (trois tomes jusqu’ici), nous ne pouvons pas nous permettre la quadrichromie (ni nous, ni vous lecteurs acheteurs de mes livres), du coup, il faut transformer des graphiques en quadrichromie en noir et blanc. Heureusement, le problème se simplifie quelque peu du fait que toute l’information en couleur n’est pas pertinente en noir et blanc.

Deux exemples ci-dessous : dans le premier, ne conserver que Clinton et Sanders fait parfaitement l’affaire, dans le second, on n’a besoin que de Trump, Rubio et Cruz.

Si ce genre d’affaire est dans vos cordes, oui nide iou ! Écrivez-moi ici.

4Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Université Catholique de Lille, Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ? Le capitalisme, l’économie de marché, le libéralisme, face à l’état d’urgence pour le genre humain, le 5 mars 2019

Ouvert aux commentaires.

18Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Université Catholique de Lille, Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ? Les risques existentiels pour notre espèce, le 5 février 2019

Conférence tronquée à 26 minutes (fichues piles !) J’aurai cependant eu le temps de répertorier les cataclysmes naturels les plus décourageants, et l’incurie humaine la plus navrante.

6Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

À propos de « La mort. Comment l’apprivoiser ? », par Sylvain Jouty

À propos de mon texte « La mort. Comment l’apprivoiser ? » dans le numéro le plus récent de Quinzaines. Ouvert aux commentaires.

Je ne connaissais pas le texte de London. Il a tout à fait raison, j’ai écrit quelque part (dans une nouvelle) que la mort par le froid est la plus douce qui soit, et j’ai raconté ailleurs le suicide de Guy Waterman, l’un des grands écologistes des USA, au mont Lafayette, dans les montagnes Blanches, y partant en hiver dans la tempête, après avoir simplement dit à sa femme (ils vivaient dans une maison très isolée, sans électricité ni téléphone, mais avec un piano Steinway, et voiture exprès à 2 km), « pense à faire du pain aujourd’hui ».

Continuer la lecture de À propos de « La mort. Comment l’apprivoiser ? », par Sylvain Jouty
5Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Trends-Tendances : Peut-on prévoir les crises financières ? le 7 mars 2019

Peut-on prévoir les crises financières ?

Didier Sornette, physicien français dirigeant un département à l’Institut polytechnique de Zürich, s’est fait une spécialité de prévoir quand les bulles financières éclatent.

Une bulle se développe quand une majorité d’intervenants sur un marché se convainquent à juste titre que le prochain prix sera supérieur au prix actuel. Alors un ask, un prix réclamé par un vendeur, plus élevé que le prix actuel, trouvera un bid, un prix offert par un acheteur, prêt à le suivre à la hausse. Et la bulle enflera aussi longtemps qu’il restera des acheteurs prêts à embrayer pour des prix plus élevés.

Continuer la lecture de Trends-Tendances : Peut-on prévoir les crises financières ? le 7 mars 2019
12Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail