Tous les articles par Paul Jorion

Prix littéraire des campings, « Mes vacances à Morro Bay » finaliste, J – 1

Comme c’est demain que cela se décide, une photo de mon hôtel (avec vue imprenable sur le fameux Roc-aux-Loutres), très américain : genre motel à deux étages.

Ascott Inn

This hotel is rated for the best value in Morro Bay! Guests are getting more for their money when compared to other properties in this city.
We speak your language!

Croisez vos doigts ! Touchez du bois ! Faites quelque chose !

Partager :
Email This Post Email This Post

« Mes vacances à Morro Bay » : à lire d’une seule traite, par Arkao

La première impression que l’on ressent physiquement en tenant entre ses mains l’objet livre « Mes vacances à Morro Bay » est la légèreté de l’ouvrage, contrastant avec les essais denses auxquels l’auteur nous avait habitués. Légèreté de bonne augure puisque l’on nous annonce par le titre et la quatrième de couverture ce dont il s’agit.

Un récit de vacances de six cents pages, franchement, qui aurait envie de s’y plonger. À lire donc d’une seule traite, comme un Teulé, ce qui nécessite préparation en veillant à débrancher le téléphone, à éloigner famille et marmaille.

Dès les premières lignes on comprend, par la crudité du vocabulaire, qu’il s’agit d’une autre facette de Paul Jorion, éloignée de l’image académique de l’intellectuel en cravate allant de colloques en symposiums.

On dit des gens qui au cours de conversations passent rapidement d’un sujet à l’autre, qu’ils sautent du coq à l’âne ou qu’ils se perdent en digressions. Presque pas une page du livre où l’auteur ne nous emmène ailleurs que ce qu’on croit être le cœur du récit. C’est pour cela qu’il faut le lire sans s’arrêter. Car sous cette apparence de digression constante, brouillonne diraient certains esprits chagrins, il y a un fil à percevoir. Ou plutôt de nombreux fils.

Continuer la lecture de « Mes vacances à Morro Bay » : à lire d’une seule traite, par Arkao

Partager :
Email This Post Email This Post

Appel du mois de juin

L’appel du mois de juin aura rapporté 481 €. L’objectif à atteindre est de 350 € pour la rémunération du webmaster et la location des 2 serveurs. Ce qui dépasse 350 € m’aide à payer les retranscriptions – que je prends sinon à ma charge.

Vous avez été extrêmement généreux dans la dernière ligne droite. Merci beaucoup !

Partager :
Email This Post Email This Post

Les provocations viennent-elles d’en-bas ou d’en haut ?

Si vous suiviez déjà le blog il y a 8 ans, vous vous souvenez peut-être de cela : j’avais mentionné le différend à l’époque entre mon éditeur Textuel et moi quant au titre du petit livre qu’ils m’avait commandé sur l’affaire Wikileaks et ses ramifications. Il voulait appeler cela « L’insurrection numérique », ce qui me paraissait inexact, je parlais moi de réactions de la société civile, des « gens ordinaires », à ce qui était essentiellement des provocations venues d’en-haut. On s’est mis d’accord sur « La guerre civile numérique » (2011), mais c’était de justesse : l’autre couverture était prête (on la trouve d’ailleurs toujours sur Amazon).

Qu’est-ce qui me fait penser à ça ? Je n’en ai pas la moindre idée !

Le Monde : A Nantes, « une marche pour Steve et les tombés dans la Loire », le 29 juin 2019

Le Monde : Des militants écologistes évacués violemment par les CRS lors d’un rassemblement pour le climat à Paris, le 29 juin 2019

Partager :
Email This Post Email This Post

Süddeutsche Zeitung, « Kollapsologie », le 27 juin 2019

Kollapsologie

L’anthropologue et économiste belge Paul Jorion résume dans son nouveau livre « Nur Mut ! » (À quoi bon penser à l’heure du grand collapse ?) les problèmes centraux du présent en un seul paragraphe

L’anthropologue et économiste belge Paul Jorion a travaillé pour des banques et des hedge funds américains dans les années 1990 et 2000 et est devenu célèbre pour avoir prédit la crise financière de 2007 dans l’un de ses livres. Dans son nouveau livre « Nur Mut ! – La pensée critique face à la catastrophe » (Zweitausendeins) [À quoi bon penser à l’heure du grand collapse ? Fayard 2017], il résume en un seul paragraphe les problèmes centraux du présent et explique pourquoi la science du moment est la collapsologie :

Rappelons que nos sociétés sont aujourd’hui confrontées à une combinaison de trois de ces problèmes, constituant un soliton devenu indécomposable : la dégradation et la destruction environnementale, la complexité non-maîtrisée, accompagnée du transfert de nos décisions vitales à l’ordinateur, enfin notre système économique et financier à la dérive, dont nous connaissons les remèdes mais que les préoccupations court-termistes axées sur le profit de quelques individus puissants interdisent d’appliquer. Si ce risque mérite d’être pesé en soi, l’intérêt de la collapsologie réside plus particulièrement dans le regard original qu’elle propose en ce qu’il dépasse celui de l’anthropologie pour orienter le projecteur sur notre espèce en tant que telle, et non simplement sur les différences existant entre la culture de l’anthropologue et celle de la population qu’il étudie. […] L’homo oeconomicus, qui a confondu la liberté avec le libre exercice de sa cupidité, a donc été dépassé par son destin mérité : la faillite personnelle.

Partager :
Email This Post Email This Post

Robert Mueller témoignera devant le Congrès le 17 juillet, le 29 juin 2019 – Retranscription

Retranscription de Robert Mueller témoignera devant le Congrès le 17 juillet, le 29 juin 2019. Ouvert aux commentaires.

Bonjour, nous sommes le mercredi 26 juin 2019 et, ce matin, au réveil, je tombe sur un email, un mail qui m’est envoyé par l’un de vous, qui dit : « Vous avez sûrement vu ça : M. Robert Mueller parlera devant le Congrès américain le 17 juillet » et je lui réponds : « Non, la nouvelle est tombée à 4 h du matin. À ce moment-là, je fais quand même comme tout le monde, je dors ! ». Merci à cette personne qui me l’a signalé. Je l’aurais bien entendu vu dans les minutes qui suivaient.

Continuer la lecture de Robert Mueller témoignera devant le Congrès le 17 juillet, le 29 juin 2019 – Retranscription
Partager :
Email This Post Email This Post

Trends-Tendances, Actualité d’Ernest Solvay, homme pour demain, le 27 juin 2019

Ouvert aux commentaires.

Une source d’inspiration pour demain

Ernest Solvay a laissé le souvenir d’un grand industriel, rapidement à la tête d’un empire toujours en place. S’il n’a pas été l’inventeur d’un procédé de fabrication de la soude caustique à partir d’ammoniaque et d’eau salée, découverte qu’il avait cru un moment être le premier à faire, il a su mobiliser son environnement familial pour devenir en quelques années le producteur de 90% d’un ingrédient essentiel à la fabrication du verre et des détergents.

Continuer la lecture de Trends-Tendances, Actualité d’Ernest Solvay, homme pour demain, le 27 juin 2019
Partager :
Email This Post Email This Post