Tous les articles par Paul Jorion

Covid-19 : “C’est nous les plus forts !” (Bien entendu !)

Je ne sais pas si vous êtes comme moi mais au bout de quatorze mois de haut- et de bas-confinement, je suis devenu expert en matière de mûrissement (ou faut-il dire “maturation” ?) et de dégradation des fruits et légumes. Les oranges et les artichauts ont l’air de solides gaillards ? Méfiez-vous : ce sont de faux durs !

Un ordre de consommation quasi-militaire me permet de ne devoir me réapprovisionner qu’une fois tous les 10 à 15 jours. Mais quand je fais mes courses, j’ai droit à une petite gâterie : les podcasts du New York Times auxquels me donne accès mon statut d’abonné.
Continuer la lecture de Covid-19 : “C’est nous les plus forts !” (Bien entendu !)

Partager :

“Nous nous reverrons, j’ignore où, j’ignore quand…”

Je viens de parler à une amie – au téléphone. Nous avions du mal à nous quitter. Au moment de nous séparer, je lui ai redit les vers ci-dessus : ceux de Vera Lynn quand elle soutenait le moral des filles et des gars de la RAF en 1943.

Hier soir, j’ai regardé le film Contagion de Steven Soderbergh. Ça date de 2011. Dans une featurette, les acteurs (Marion Cotillard, Matt Damon, Kate Winslet, Gwyneth Paltrow, Laurence Fishburne, Jude Law) s’adressent à nous les spectateurs : “Nous faisons cela pour que nous soyons tous prêts quand cela viendra. Car cela viendra.” LoL ! Les malheureux !

Sinon, c’était bien vu, ça ressemble très fort à ce qu’on connaît : le virus, les masques, les hôpitaux débordés, le confinement, les gens excédés, les fosses communes, même le gars qui prétend qu’il connaît le remède et que le Big Pharma ne veut pas que nous le sachions, et qui mène une campagne de dénigrement du vaccin quand il est enfin disponible … et qui à l’arrivée a gagné 4 millions de dollars comme bakchichs sur les ventes du prétendu remède miracle dont il était le promoteur. C’est même plutôt optimiste par rapport à ce qu’on connaît : quand le vaccin apparaît tout s’arrange du jour au lendemain.

Seule différence avec la réalité : Contagion, il y a dix ans, ne se cachait pas d’être un film d’horreur.

Partager :

Crises financières : pourquoi l’inéluctable retour du même ?

Un exercice intéressant aura lieu demain : je serai interrogé par la revue Savoir/Agir sur mon article intitulé La compréhension des crises financières et de leur répétition qui parut en juin 2008 dans le numéro 4 de la revue (pages 11–18). Je vous en avais proposé ici le texte complet, le 20 juin 2008.

“Juin 2008, pour la publication de l’article ?”, me direz-vous, “n’est-ce pas en septembre, trois mois plus tard, que la crise a eu lieu ?” Si ! Les prophètes, voyez-vous, c’est comme ça ! Et jugez vous-même si, avec trois mois d’avance, il y avait quoi que ce soit qui manquait.

Le pdf, c’est ici. Texte complet : Continuer la lecture de Crises financières : pourquoi l’inéluctable retour du même ?

Partager :

La transmission des savoirs, par Jacques Borie

Je suis à la page 47 de votre livre “La transmission des savoirs” [avec Geneviève Delbos – 1985]. J’ai lu aussi “Se débarrasser du capitalisme est une question de survie”,  et “Le dernier qui s’en va éteint la lumière”.

Nous sommes en 2021 et rien n’a changé dans le monde.

Les romanciers et les anthropologues pondent des livres pour une minorité de petits intellectuels avec des sursauts de militantismes pour se rassurer qu’ils sont en vie, comme moi. Pendant ce temps la la Méditerranée roule ses galets et la société anonyme tient TOUT, comme le château féodal depuis 2000 ans.

Rien n’a changé dans le rapport IGNORANCE / CONNAISSANCE entre la masse passive et une minorité agissante possédante ; possédante d’action dont “la survie” dépend du maintien dans l’ignorance  de la Masse équipée de téléphone portable, de voiture automobile et de cannabis pour les jeunes.
Continuer la lecture de La transmission des savoirs, par Jacques Borie

Partager :

Paul Jorion, psychanalyste – six mois plus tard

Le 3 décembre dernier, il y a un peu moins de six mois, je faisais ici le point de mon activité de psychanalyste dans un billet. J’y écrivais entre autres :

Cet entretien préalable – non facturé – peut se faire de nos jours en distanciel par Skype, Zoom, etc. Les séances de psychanalyse à proprement parler se font elles, selon la coutume, en présentiel.

Une demande liée à une urgence m’a conduit à mener ces derniers mois une analyse en distanciel, sans inconvénient aucun.

Je me suis interrogé sur cela, qui pourrait apparaître comme une bizarrerie. À la réflexion, je n’aurais pas dû être surpris : les conditions mises à l’analyse dans le cabinet de l’analyste reproduisent … ce que le distanciel instaure automatiquement : l’analyste hors du champ visuel de l’analysant (pour faire obstacle à tout jeu de séduction). Il suffit pour cela que l’analysant ayant elle ou lui sa caméra ouverte, je n’allume pas la mienne, et tout se passe … comme si nous étions à Vienne en 1900.
Continuer la lecture de Paul Jorion, psychanalyste – six mois plus tard

Partager :

Covid-19 : Des confinements à l’efficacité déclinante, par a113

courbe pourpre : les entrées en soins intensifs
courbe bleue : la dynamique de ces entrées

ce, depuis fin Mars 2020->hier

les traits noirs représentent la pente de la baisse des entrées liée à “l’efficacité” des différents confinements et montrent l’inefficacité du confinement en cours ++++ (qui plus est, depuis 48h la pente est quasi nulle, mais pas assez de recul pour le “certifier”)

Partager :

Que font les mathématiciens ? le 18 avril 2021 – Retranscription

Retranscription de Que font les mathématiciens ? le 18 avril 2021. Bonjour, nous sommes le dimanche 18 avril 2021 et je…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :