Archives de catégorie : Europe

Deux remarques de Henry Kissinger, sur Trump et sur la Chine

Ouvert aux commentaires.

Dans le Financial Times en date d’hier, Edward Luce, chroniqueur en chef du quotidien pour ce qui touche aux États-Unis, publie un entretien intitulé Henry Kissinger: ‘We are in a very, very grave period’.

Je vous rappelle que Kissinger fut à différentes époques le ministre des Affaires étrangères (Secretary of State) de Richard Nixon et son principal conseiller en matière de Défense.

Continuer la lecture de Deux remarques de Henry Kissinger, sur Trump et sur la Chine

11Shares

Le Monde / L’Écho – Le Royaume-Uni victime du Brexit, le 2 juillet 2018

Ouvert aux commentaires.

Le Monde : Le Brexit et « la débâcle du Royaume-Uni »
L’Écho : Le Royaume-Uni victime du Brexit

Nous nous sommes fait à l’accession au pouvoir de régimes autoritaires en Hongrie et en Pologne en nous rassurant que ces nations ne sont que les marches de l’Europe. Malgré son immédiate dérive xénophobe, le gouvernement populiste en Italie est instantanément devenu la nouvelle norme : les marchés sont pragmatiques bien davantage qu’omniscients.

Mais c’est au cœur du noyau idéologique de l’Occident : aux États-Unis et au Royaume-Uni, que la décomposition s’opère ces jours-ci avec la plus grande vigueur et à un rythme allant en s’accélérant. Si les citoyens les plus éclairés de ces deux nations décrivent la voie où elles sont engagées de « tragi-comédie », de « farce tragique », nous qui les observons en extériorité y lisons une authentique tragédie. Notre propre sort est hélas bien trop lié à elles sur les plans commercial et militaire pour que nous sortions indemnes de leur décadence.

Continuer la lecture de Le Monde / L’Écho – Le Royaume-Uni victime du Brexit, le 2 juillet 2018

16Shares

« Exigez que votre parti ou mouvement reprenne les mesures préconisées par Paul Jorion pour remettre l’Europe sur les rails », par Pierre-Yves Dambrine

Mesdames, Messieurs, les députés, cheffes et chefs de parti, de mouvement, si vous avez encore un peu de bon sens, et d’humanité, exigez que votre parti ou mouvement reprenne les mesures préconisées par Paul Jorion pour remettre sur les rails cette Europe que nous chérissons et qui malheureusement part à vau-l’eau et disparaîtra un beau matin parce que nous n’aurons rien tenté de sérieux pour la sauver.

C’est important pour l’Europe, mais ce serait aussi faire œuvre utile pour l’humanité toute entière.

C’est le message que délivre Paul Jorion dans ce texte programmatique qui a valeur aussi de manifeste.

Continuer la lecture de « Exigez que votre parti ou mouvement reprenne les mesures préconisées par Paul Jorion pour remettre l’Europe sur les rails », par Pierre-Yves Dambrine

13Shares

Élections européennes : Un programme pour l’Europe

Si l’on veut devenir député européen, ll faut un programme pour l’Europe *. Heureusement comme j’ai de tout dans ma grande boîte à malices, j’ai cela aussi ! Mais il faut étoffer ! Je compte sur vous et pour cela, j’ouvre la discussion.

* … même si très peu de de députés européens semblent partager mon avis.

Vers un nouveau monde (La Renaissance du livre 2017)

Le monde tel qu’il est

  1. Le projet européen

Continuer la lecture de Élections européennes : Un programme pour l’Europe

18Shares

Écorama, « La prochaine crise sera celle de la disparition de l’euro ! » alerte Paul Jorion, le 6 juin 2018

Retranscription de « La prochaine crise sera celle de la disparition de l’euro ! » alerte Paul Jorion, le 6 juin 2018. Merci à Catherine Cappuyns ! Ouvert aux commentaires.

David Jacquot – Et notre invité ce vendredi dans La Grande interview en direct sur Boursorama, c’est Paul Jorion. Bonjour, Paul Jorion.

Paul Jorion – Bonjour.

DJ – Merci d’être là. Anthropologue, essayiste, et ancien trader. On a toujours plaisir à vous avoir. Ça marche bien d’ailleurs, les gens vous apprécient parce qu’il y a de l’audience quand vous passez, hein ?

PJ – Tout à fait.

Continuer la lecture de Écorama, « La prochaine crise sera celle de la disparition de l’euro ! » alerte Paul Jorion, le 6 juin 2018

24Shares

Et si on sauvait l’Europe ? par George Soros

Un sommaire par M. O. d’une communication de George Soros, bête noire de l’OMF (Ordre Mondial Fachosphérique). Ouvert aux commentaires.

Le 29 mai 2018 George Soros tenait un discours au Conseil Européen des Relations Internationales (ECFR) dans lequel il soulignait que l’objectif d’une union renforcée, semblait mise bien mal en point par certains pays membres et qu’une Europe à plusieurs vitesses semblait prendre le pas sur une Europe « multi-pistes ». Comment ce projet politique qui a soutenu la paix et la prospérité dans l’Europe d’après guerre a pu en arriver là ?

Continuer la lecture de Et si on sauvait l’Europe ? par George Soros

11Shares

Brexit – Nos lecteurs nous demandent – Petit récapitulatif

M. O. une lectrice belge du Blog m’écrit à l’heure du déjeuner :

Monsieur Jorion, pourriez-vous nous expliquer pourquoi Boris Jonhson est tellement engagé pour le Brexit ? Je subodore 😉 mais j’aimerais avoir confirmation.

Chère M.O., je ne peux malheureusement mieux faire que de vous citer un extrait de ma vidéo Le temps qu’il fait le 9 juin 2017 :

« Je reprends l’histoire un petit peu au début : il y a M. David Cameron qui est Premier ministre en Grande-Bretagne et appartient au Parti conservateur, et il y a des gens autour de lui, à l’intérieur de son parti, qui sont des emmerdeurs. Et comme cela a été très bien mis en évidence dans un article du Financial Times, tout ça c’est des querelles entre « old boys » : tout ça c’est des querelles entre étudiants à Eton et puis ensuite à Oxford. Continuer la lecture de Brexit – Nos lecteurs nous demandent – Petit récapitulatif

13Shares

États-Unis : De Néron à Caligula…

Vous m’entendez moins tempêter contre M. Donald Trump ces jours derniers et vous vous inquiétez peut-être pour ma santé. Je vous rassure, c’est que le monde entier a pris le relais, et pas que des gens votant comme moi.

Les ministres des Finances du G7 *, ou du « G6 + 1 », comme l’a appelé non sans amertume M. Bruno Le Maire, Ministre français des finances, ont évoqué « l’impact négatif des mesures commerciales unilatérales prises par les États-Unis », tandis que M. Bill Morneau, Ministre canadien des finances déclarait que « Malheureusement, les actes des États-Unis cette semaine risquent de saper les valeurs mêmes qui nous ont traditionnellement rassemblés ».

Continuer la lecture de États-Unis : De Néron à Caligula…

11Shares

RTBF, « DÉBATS PREMIÈRE » – « L’ITALIE DOIT-ELLE SORTIR DE L’EURO ? », LE 30 MAI 2018 – Retranscription

Retranscription de mon intervention dans l’émission « L’Italie doit-elle sortir de l’euro ? ». Merci à Catherine Cappuyns ! Ouvert aux commentaires.

Bertrand Henne – On va commencer par vous, Paul Jorion : est-ce que pour vous l’Italie aurait intérêt à sortir de la zone euro ? Ce débat existe en Italie. Il existe d’ailleurs ailleurs en Europe mais enfin en Italie c’est vraiment une question importante. Quel regard portez-vous là-dessus ?

Paul Jorion – Mon regard, c’est qu’il faut prendre les choses autrement. Il faut penser, il faut se demander pourquoi l’euro a tant de problèmes et essayer de réparer l’euro parce que le problème en fait il est là. On tombe à tout moment dans des querelles, de savoir si c’est les immigrés qui ont fait ceci ou ça, ou si c’est plutôt les Allemands ou c’est plutôt les Italiens. Continuer la lecture de RTBF, « DÉBATS PREMIÈRE » – « L’ITALIE DOIT-ELLE SORTIR DE L’EURO ? », LE 30 MAI 2018 – Retranscription

11Shares

rtbf, « Débats Première » – « L’Italie doit-elle sortir de l’euro ? », André SAPIR et Paul JORION, mercredi 30 mai de 12h30 à 13h

« Débats Première » présentée par Bertrand HENNE ce mercredi 30 mai, en direct de 12h30 à 13h, autour de la question « L’Italie doit elle sortir de l’euro ? »

En studio :

André SAPIR, économiste et professeur à la Solvay Brussels School à l’ULB

 En duplex de Paris :

Paul JORION, anthropologue, professeur associé à l’Université Catholique de Lille

 

13Shares

Une dynamique est enclenchée en Italie

La colère des Italiens aura des conséquences majeures pour l’Europe.

P.S. Vous trouverez demain mardi 29 un entretien que j’ai accordé sur l’Italie au groupe EBRA (L’Alsace, Le Bien public, Le Dauphiné libéré, Dernières Nouvelles d’Alsace, L’Est républicain, Le Journal de Saône-et-Loire, Le Progrès, Le Républicain lorrain et Vosges Matin).

Je devrais également débattre de l’Italie sur rtbf mercredi 30 dans l’émission « Débats Première » de 12h30 à 13h.

25Shares

Italie : Giuseppe Conte renonce à former un gouvernement

Ouvert aux commentaires.

Moi, ici, il y a neuf jours, le 18 mai :

Donc, ce n’est pas évident ! Maintenant on va voir si Mattarella accepte ce gouvernement, s’il ne dit pas simplement : « Eh bien, écoutez, ce n’est pas ce que Bruxelles veut, donc on ne peut pas le faire, et de toute façon les marchés seront contre nous et je pourrais appeler à de nouvelles élections qui pourraient essayer de faire revenir d’autres – des partis traditionnels – au pouvoir ». Encore que là, je crois qu’il vaut mieux qu’il n’essaie pas parce qu’on a l’impression que les gens sont suffisamment montés maintenant pour qu’ils votent encore davantage (rires) pour la Lega et Cinque Stelle la prochaine fois.

Le Monde, ce soir :

Continuer la lecture de Italie : Giuseppe Conte renonce à former un gouvernement

19Shares

La Croix : L’Europe doit penser en termes d’après-Trump, le 15 mai 2018

Ouvert aux commentaires.

L’Europe doit penser en termes d’après-Trump

L’Europe aurait tort d’imaginer que les États-Unis sont véritablement devenus tels qu’ils apparaissent au regard aujourd’hui, présentant le visage de Donald Trump.

La configuration ayant conduit à l’élection du président américain était exceptionnelle, les électeurs ayant une image extrêmement négative des deux candidats en présence. À la veille du vote en novembre 2016, 59% des électeurs avaient de Trump une opinion défavorable, le chiffre étant identique pour sa concurrente Hillary Clinton. La spécificité de ce scrutin fut la très forte impopularité des deux candidats à la présidence.

Continuer la lecture de La Croix : L’Europe doit penser en termes d’après-Trump, le 15 mai 2018

0Shares