Archives de catégorie : Musique

Les débuts de la musique électronique *

1961 : Le musitron (une clavioline) de Max Crook accompagnant Del Shannon dans Runaway

1964 : The Animals, avec Alan Price à l’orgue électronique (un Vox Continental)

1951 : Et le premier d’entre tous, eh oui : Charles Trenet accompagné à l’ondioline dans L’âme des poètes

* Originellement publié le 22 décembre 2013, mais meilleure vidéo de Del Shannon.

Partager :

De la musique avant toute chose

L’un d’entre vous me rappelle que j’ai promis à une époque, de la musique tous les jours. C’est vrai, mais je me laisse distraire. Bien sûr, j’ai laissé entendre au fil des ans que je n’écoutais que de la Country & Western. Ce n’est pas vrai : c’était pour me donner un genre. Ainsi, voici ce que j’écoute en réalité en boucle depuis hier soir : un chanteur en résonance avec l’esprit du temps : ne se prenant pas trop au sérieux, mais cependant suffisamment.

Genoa Per Noi

M. Hemingway

Gelato Al Limon

Bonus :
Continuer la lecture de De la musique avant toute chose

Partager :

Que répondre à Zemmour ?

La question m’est posée à l’instant. Pas besoin de me creuser la tête : la réponse a déjà été offerte par beaucoup plus poète que je ne le serai jamais.

La ballade des gens qui sont nés quelque part
Georges Brassens

C’est vrai qu’ils sont plaisants tous ces petits villages
Tous ces bourgs, ces hameaux, ces lieux-dits, ces cités
Avec leurs châteaux forts, leurs églises, leurs plages
Ils n’ont qu’un seul point faible et c’est d’être habités
Et c’est d’être habités par des gens qui regardent
Le reste avec mépris du haut de leurs remparts
La race des chauvins, des porteurs de cocardes
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
Continuer la lecture de Que répondre à Zemmour ?

Partager :

Don’t Look Up ! – Mais que dit donc la jolie chanson ?

Regarde vers le haut, ce qu’il essaie vraiment de te dire,
c’est sors la tête de ton trou de cul

Écoute ces putains de scientifiques qualifiés
On a vraiment tout fait foirer, cette fois-ci c’est complètement foiré

C’est si proche que j’en ressens sacrément la chaleur.
Et tu te conduis comme si tout baignait dans l’huile

Mais c’est probablement en train de se passer en direct
Fais la fête ou pleure ou prie, mets en tout cas le paquet

Pour te tirer de cette merde qu’on a créée
Parce qu’il se peut très bien que demain n’arrive jamais

Partager :