Archives de catégorie : Qui étions-nous ?

Qui étions-nous ? Les rives du Vincin (II) Indigènes et intrus

Plus avant, à mi-promenade vers Conleau, le paysage porte encore la trace de l’incendie qui l’a ravagé il y a quatre ou cinq ans. La plupart des pins qui se trouvaient là ont brûlé. Quelques troncs partiellement calcinés subsistent, témoignant du sinistre.

20160515_134241

Continuer la lecture de Qui étions-nous ? Les rives du Vincin (II) Indigènes et intrus

Partager :

Qui étions-nous ? Défense et illustration du genre humain, le feuilleton

Sauf Comment la vérité et la réalité furent inventées (2009) et Le prix (2010), qui étaient des montages d’articles publiés dans des revues scientifiques (quelqu’un se souvient de ce que c’était ?), tous les livres que j’ai publiés depuis le 28 février 2007, date de naissance du blog, ont d’abord paru ici en feuilleton. Ce sera également le cas de Qui étions-nous ? Défense et illustration du genre humain.

Continuer la lecture de Qui étions-nous ? Défense et illustration du genre humain, le feuilleton

Partager :

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 28 AVRIL 2016 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 28 avril 2016. Merci à Cyril Touboulic !

Bonjour, nous sommes le jeudi 28 avril 2016, et, comme vous le voyez, une fois de plus dans une chambre d’hôtel. J’espère que dans les semaines qui viennent j’aurai l’occasion à nouveau de faire une vidéo de chez moi. En soi, évidemment, le fait que je ne sois pas chez moi est une bonne nouvelle, ça veut dire qu’on veut me faire parler, en particulier de ce nouveau livre : Le dernier qui s’en va éteint la lumière.

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 28 AVRIL 2016 – Retranscription

Partager :

« Qui étions-nous ? Défense et illustration du genre humain ». Illustration N°1

Mon prochain livre s’appellera Qui étions-nous ? Défense et illustration du genre humain (à paraître chez Fayard en 2017). La vidéo ci-dessous fait partie de l’illustration.

P.S. Aujourd’hui à 0h00 le Boléro de Ravel est tombé dans le domaine public ! Vous, moi, nous tous, pouvons désormais l’écouter pour pas un rond !

Partager :