Archives par mot-clé : Chine

Les possédés et leurs mondes – Paul Jorion. Livre 6. « Anthropologue de l’économie, de la finance et des savoirs : comment interpréter les chiffres ? »

Rappel des épisodes N°1 à N°5 :
Continuer la lecture de Les possédés et leurs mondes – Paul Jorion. Livre 6. « Anthropologue de l’économie, de la finance et des savoirs : comment interpréter les chiffres ? »

Partager :

Chine / Occident : deux manières d’appréhender le monde, le 1er mai 2021 – Retranscription

Retranscription de Chine / Occident : deux manières d’appréhender le monde, le 1er mai 2021. Bonjour, nous sommes le samedi 1er…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Chine : le civisme inscrit dans la langue

Dans Moïse ou la Chine. Quand ne se déploie pas l’idée de Dieu de François Jullien paru ce mois-ci chez L’Observatoire.

Pages 131 et 132 :

… « normes comportementales » – c’est ainsi que je traduirai désormais le terme li, forcé que l’on est de déborder la notion de « rite » et de dé-catégoriser nos mots. […] Il est coutumier […], dans la pensée chinoise, de rapporter ce terme li à deux homonymes. D’une part, […] la « chaussure. Car de même que la chaussure encadre le pied et le maintient ferme, en lui servant à la fois de forme et d’appui, une telle norme comportementale encadre la conduite, dans sa démarche, et lui permet de ne pas déraper. […] D’autre part, […] li […] consonne avec le terme […] qui est devenu le plus abstrait de la pensée chinoise et signifie la « raison » des choses. Ce terme a d’abord désigné les fines lignes de veinure que le polissage fait apparaître dans un morceau de jade et selon lesquelles celui-ci peut se laisser le plus commodément fissurer et cliver ; puis, à partir de ce sens de linéaments structurants, en est venu à signifier la cohérence foncière à laquelle se conforme le procès du monde. D’homonyme devenant synonyme, la norme comportementale s’apparente ainsi au principe le plus subtil de la pensée.

P.S. Je m’amuse que des réflexions de Jullien autour du Livre (ou « Classique ») des Documents, un texte de diverses époques, mais d’il y a ± trois mille ans en tout cas, reprises par moi sous forme de citations, puissent être qualifiées par certains commentateurs de mon blog de « propagande chinoise » 😀 .

Partager :

Pour comprendre l’attitude des dirigeants chinois

Dans Moïse ou la Chine. Quand ne se déploie pas l’idée de Dieu de François Jullien paru ce mois-ci chez L’Observatoire.

Pages 125 et 126 :

Il est dit dans le Livre (ou « Classique ») des Documents (« Shao gao » ± 1.000 av. J-C) que le souverain, « si profondément atteint de la vertu de respect », « prie le Ciel pour un mandat durant toujours ». Or on voit là que c’est de l’exercice même de la vertu de respect attentif, dans le gestion du monde que procède la « prière » du souverain pour un mandat que le Ciel ne pourra toujours que continuer de lui accorder tant qu’il n’aura pas démérité. Un commentateur lui-même le souligne : « […] La prière dont il est ici question est la mise en œuvre continue de la vertu, c’est-à-dire qu’elle est prière sans prier ». Prière sans prier, se réalisant dans la vie même, c’est-à-dire dans sa rectitude, et dispensant de la parole.

Partager :

Notre handicap par rapport à la Chine ne date pas d’hier

Dans Moïse ou la Chine. Quand ne se déploie pas l’idée de Dieu * de François Jullien paru ce mois-ci chez L’Observatoire.

Pages 93 et 94 :

… du côté chinois, il n’est pas dressé de Scène originaire engageant d’emblée un questionnement sans fin [P.J. Dieu crée Adam et Ève pour leur reprocher aussitôt un million de trucs – pourquoi, dans son infinie bonté, ne leur a-t-il pas épargné ces avanies ?] Par suite, ne se voit pas développer de réflexion existentielle ouvrant à la diversité des interprétations [P.J. Mais, bon dieu, pourquoi ?]. Un dispositif relationnel, fonctionnel, se trouve d’ores et déjà impliqué, au niveau du monde comme de l’humanité, d’où dérive le principe d’un bon gouvernement [P.J. Les Chinois comprennent spontanément qu’ils naissent au sein d’un merdier et que la priorité c’est de se retrousser les manches pour ramener un peu d’ordre dans tout ça]. Continuer la lecture de Notre handicap par rapport à la Chine ne date pas d’hier

Partager :

Piqûre de rappel : Notre foi dans le miracle nous empêche de gérer la pandémie, par Jean-Baptiste Auxiètre et Paul Jorion – le 5 avril 2021

Ce billet a paru le 5 avril de cette année : il y a huit mois et 23 jours, ou si vous préférez, il y a 267 jours.

N’oubliez jamais que le Blog de PJ vous offre un moyen pratique et peu coûteux de vous projeter dans l’avenir.

Notre culture déiste majoritairement chrétienne et pour certains, musulmane, est la cause du biais de pensée faisant obstacle à une véritable gestion de la pandémie. Notre disposition d’esprit est d’attendre le miracle : médicament-miracle ou immunité-miracle. Peut-être pas indéfiniment mais, la preuve est faite, au moins un certain nombre d’années. Notre erreur est là.
Continuer la lecture de Piqûre de rappel : Notre foi dans le miracle nous empêche de gérer la pandémie, par Jean-Baptiste Auxiètre et Paul Jorion – le 5 avril 2021

Partager :

Quand la Chine se comporte comme les USA en 1947 avec le plan Marshall, par Thom Billabong

Ça y est, la Chine offre de soigner l’Afrique et de lui remettre sa dette.

Diplomatie vaccinale : la Chine promet à l’Afrique 1 milliard de doses et une annulation de dette (latribune.fr)

Elle se comporte donc exactement avec la générosité (bien comprise) des USA à la fin de la 2de guerre mondiale, quand ses surplus et sa machine à produire avaient besoin de marchés d’accueil solvables. Le plan Marshall visait entre autres cet objectif d’apporter rapidement des débouchés aux biens qui ne seraient désormais plus détruits dans les combats, tout en faisant un bien réel aux économies des pays ruinés par le conflit. Ce faisant, les USA pouvaient asseoir par la manne financière et la relance de la machine économique, un contre pouvoir puissant à l’idéologie soviétique, qui elle-même cherchait à émanciper les peuples du joug capitaliste.

C’était la quadrature parfaite : des ressources quasi-illimitées à ceux qui en avaient besoin, détournant ces derniers d’un autre « possible » porté par l’URSS, avec une des abandons de créances – les dettes des pays via le plan et durant le conflit – au fur et à mesure que la prospérité des uns augmentait celle des autres. Continuer la lecture de Quand la Chine se comporte comme les USA en 1947 avec le plan Marshall, par Thom Billabong

Partager :

Armes hypersoniques : du supplément et assez gadget, par Alexis Toulet

Shakespeare écrivait déjà sur les planeurs hypersoniques et le bombardement orbital. C’était dans sa fameuse pièce « Much ado about nothing » : Beaucoup de bruit pour rien 🙂

Donc, les Chinois disposeraient d’armes nucléaires imparables ? Et les Russes aussi ? Noooooon ! Quelle horreur ! Quel bouleversement stratégique !

Vous voulez dire… des armes comme leurs missiles balistiques intercontinentaux, en somme ? Ceux qui sont en service depuis des lustres 🙂 ?

Eh oui, tout cela ne change en rien l’équilibre stratégique, pour la bonne et simple raison qu’il était déjà assuré merci pour lui !
Continuer la lecture de Armes hypersoniques : du supplément et assez gadget, par Alexis Toulet

Partager :

États-Unis – Chine : un moment Spoutnik

On parle beaucoup depuis un an du général Mark Milley, chef d’État-Major des armées aux États-Unis. Il a été question de lui le 1er juin de l’année dernière quand, en tenue de combat, il a accompagné Trump dans une rodomontade : le nettoyage à coups de grenades lacrymogènes du Lafayette Square où étaient rassemblés des manifestants protestant la passivité des autorités dans l’affaire George Floyd, pour permettre au Président de se faire prendre en photo brandissant une bible devant une église. Dix jours plus tard, le 11 juin, devant les étudiants d’une académie militaire, Milley devait déclarer que sa présence au Lafayette Square avait été une erreur : une intrusion inacceptable du militaire dans les affaires civiles.

Plus récemment, le général Milley s’est distingué en étant critique vis-à-vis des conditions du retrait des troupes américaines d’Afghanistan, mais il est surtout apparu à la une de l’actualité en tant que vedette scoop du livre Peril de Bob Woodward (journaliste clé, avec son compère Carl Bernstein, de l’affaire du Watergate) et Robert Costa, ouvrage paru le 21 septembre où il est révélé que dans les jours qui suivirent le coup d’état raté de Trump le 6 janvier, Milley a pris l’initiative de pourparlers secrets avec les militaires chinois du plus haut rang pour les rassurer que Trump ne déclencherait pas une guerre avec la Chine comme une diversion de son échec à l’élection présidentielle. Réagissant au scepticisme des Chinois, Milley les aurait assurés qu’il en faisait une affaire personnelle et qu’il avait détourné de fait les pouvoirs du Président en tant que Commandant suprême des armées.

Milley fait la une des journaux ce matin en parlant de la mise en orbite et de son déclenchement par les Chinois le 27 juillet d’une arme nucléaire hypersonique (se déplaçant à 5 fois la vitesse du son) factice comme « très proche d’un moment spoutnik », le souvenir du 4 octobre 1957, quand les Américains se rendirent compte qu’un écart technologique majeur s’était creusé entre l’URSS et les États-Unis, à leur détriment. Quand, le 20 juillet 1969, les Américains mettront le pied sur la Lune, ce seront eux qui, ayant mobilisé des ressources considérables, auront recréé l’écart en leur faveur.

Partager :

E-Lucid – FINANCE et autres FLÉAUX : face à l’EFFONDREMENT, quel avenir pour l’HUMANITÉ ? – Retranscription

Paul JORION, dissident de la finance et « prophète » de la crise de 2008, nous dresse son bilan à l’heure où des crises de toute nature s’enchainent et se multiplient dangereusement.
De la finance devenue folle, aux catastrophes climatiques à venir, l’humanité a-t-elle encore une chance de sortir du déni, pour créer un avenir meilleur ?

L’article, avec la documentation : c’est ici.

La retranscription par Romain Vitorge (merci à lui !) se trouve ici :
Continuer la lecture de E-Lucid – FINANCE et autres FLÉAUX : face à l’EFFONDREMENT, quel avenir pour l’HUMANITÉ ? – Retranscription

Partager :

Trends-Tendances : La Chine fait trembler les marchés financiers

La Chine fait trembler les marchés

À propos de la très sérieuse crise de liquidités qui affecte Evergrande, le second promoteur immobilier chinois en taille, un commentateur a utilisé l’excellente image d’une explosion contrôlée. Une explosion du type de celles planifiées effectivement en Chine ces jours-ci pour effacer le cancer de tours inoccupées et à la construction inachevée depuis dix ans et dont la surface totale d’habitation permettrait de loger 90 millions de personnes.

Pourquoi cette gabegie à laquelle il faut maintenant remédier ? Parce que la construction était la locomotive qui tractait le train chinois en représentant 30% du PIB jusque’à récemment. Un rappel : 10,4% de croissance annuelle pour la Chine sur la période 2000 à 2009, et 7,68% les 10 dernières années. Autre mesure du poids de l’immobilier dans l’économie chinoise : une baisse de 60% du prix du minerai de fer sur le marché international des matières premières depuis le changement de politique. 
Continuer la lecture de Trends-Tendances : La Chine fait trembler les marchés financiers

Partager :

Message reçu de Chine

中国医生 (Chinese Doctors)

Cher Paul,

Quelqu’un vient de mettre sur YT ce film tres efficace que j’avais vu en salle à Wuhan en juillet. C’était une expérience particulière de le voir avec des spectateurs de cette ville qui un an auparavant avaient vécu ces mêmes événements. Pas mal de larmes partagées évidemment.

Peut-être ce qui est insupportable pour certains est que la Chine protège ses habitants coûte que coûte alors que nous n’y arrivons toujours pas. Ce nouveau McCarthyisme est bien dangereux et nous emmène droit dans un conflit qui n’est pas le notre.

Amitiés,

S.

Partager :

Evergrande : la Chine a sa propre crise du crédit immobilier

Vous avez encore pas mal de traites sur la maison, mais le prix de l’immobilier chute. Un voisin contracte aujourd’hui un prêt sur une maison identique à la vôtre et fera des versements mensuels d’un montant bien moins élevé que vous. Aïe !

Pourquoi le prix des maisons baisse-t-il ? Parce que vous vivez dans un pays dirigé par un Parti communiste qui a jugé que l’immobilier était devenu inabordable pour les gens ordinaires.

Ça n’arrange pas bien sûr les gros promoteurs immobiliers qui sont endettés en fonction … des anciens prix. Et certains parmi eux ont oublié qu’ils vivaient dans un pays dirigé par un Parti communiste : ils ont cru qu’ils étaient dans un pays capitaliste comme les autres où ils pouvaient faire comme on fait là-bas : se garnir les poches avant d’annoncer le défaut de paiement. Et voilà qu’on promet à six dirigeants qu’ils seront « sévèrement punis ». Dans un pays où tout le monde comprend que ça veut dire « peine de mort ». Ah zut ! ça peut coûter cher d’avoir pensé distraitement que « la Chine est devenue un pays capitaliste comme les autres ».

Tout ça, c’est loin, me direz-vous. Pas vraiment : vous vous souvenez des subprimes, c’était loin aussi, mais il n’y a plus qu’un grand marché des capitaux mondial. Evergrande doit 300 milliards de dollars. Et ils sont loin d’être les seuls promoteurs en Chine.

Le CAC à l’heure où j’écris : -2,20%. Ah ! ces Chinois ! déjà qu’ils nous font nous fâcher avec les Rosbifs de tous les coins du monde !

Partager :