Archives par mot-clé : David Bowie

Tiens, par curiosité… de 11 à 20

Les airs que j’écoute le plus ces jours-ci en travaillant, de 11 à 20 (nombre de lectures dans la bibliothèque). De 1 à 10, c’était hier.

Quand je découvre ce hit-parade spontané (constitué par simple sédimentation au fil des jours), je me rends compte qu’il n’y a pas que les mélodies (pas trop distrayantes : pas de hard rock en écrivant !) qui me ramènent à elles : je découvre beaucoup de vers à résonances personnelles que je ressuscite donc de cette manière en fond sonore (“American Tune”, c’est notre bonheur à une époque, n’est-ce pas K… ?). Ça doit être ça en fait mon attirance pour le Country & Western : ces petits et ces grands drames déversés à la tonne, où il n’y a qu’à se baisser pour recomposer sa propre histoire…

Continuer la lecture de Tiens, par curiosité… de 11 à 20

Partager :

Jacques Brel (1929 – 1978)

C’était l’époque cafardeuse où je ne savais pas quand je reverrais la petite dernière. Elle avait trois ans. Une nuit j’ai rêvé que j’arrivais dans une maison où je savais qu’elle dormait. Un homme est entré dans la pièce où j’attendais et je le reconnais : c’est Jacques Brel et il me dit avec une infinie bonté qui dissipe toute mon inquiétude : « Elle dort ! Tout va bien. Faut pas s’en faire ! ».

Je l’ai vu une fois : en 1968 au Théâtre de la Monnaie à Bruxelles, il était Don Quichotte dans « L’Homme de la Manche ». Dario Moréno était Sancho Pança, et pas moins bête de scène !

Paradoxalement sans doute, de son point de vue, Jacques Brel offrit aux gosses de ma génération, pour qui « être Belge » signifiait « n’être de nulle part », l’hymne national qui leur manquait, des vers sans mièvrerie auxquels s’identifier : « Avec un ciel si gris qu’un canal s’est pendu ». J’ai écrit « hymne national » mais il faudrait dire « hymne régional » : je parlais un jour à des Lillois qui s’indignèrent : « Non, il a écrit ça pour nous ! ‘Avec Frida la blonde quand elle devient Margot’, c’est nous ça ! » Il composait en réalité pour la race entière, comme l’ont compris Nina Simone récitant comme une prière « Ne me quitte pas », ou David Bowie interprétant, en vrai Ziggy Stardust, « Dans le port d’Amsterdam ».

Partager :