Archives par mot-clé : Donald Trump

Victoire des multinationales par K.O. sur l’establishment ?, par Thomas Saupique


Arnold Schwarzenegger fut d’abord un banal migrant autrichien. A force d’efforts il deviendra d’abord Mister Universe puis acteur hollywoodien. Mais comme Reagan en son temps, ce ne fut pas tout. Il surprendra par son désir de devenir politicien. Lorsque l’on connait l’ingratitude de la fonction, il fut désigné sans surprise facilement par ses pairs et ses fans, gouverneur de la Californie deux mandats durant. Considéré comme un républicain modéré, affirmant être conservateur sur les questions fiscales mais progressiste concernant les question sociales, Schwarzenegger est toujours actif sur les réseau sociaux, lui qui, s’il était né sur le sol américain, aurait certainement convolé vers une présidence des Etats-Unis, parfaisant cette image de « l’American Dream”. Arnold donc, a publié une video récemment sur Twitter qui a accumulé déjà plus de 38M de vues. Evoquant l’histoire de la Nuit de cristal (1938), il rapproche ce tragique évènement de l’insurrection menée le 6 janvier contre les représentants siégeants alors au Capitole, en rappelant qu’une identique abondante propagande mensongère fut le carburant de ces 2 expressions historiques différentes de violences populaires. Au delà de son indignation face à l’attitude des certains élus de son parti Républicain, Schwarzenegger reprend dans sa video une métaphore qui a le mérite de parler d’elle même. Il compare la démocratie à une épée que le ferronnier plongerait dans l’âtre brulante, martèlerait coup à coup puis tremperait dans l’eau glacée pour la rendre toujours plus robuste, tranchante, indestructible. Cet épisode marquant de l’histoire du début du XXI ème siècle des Etats-Unis auquel nous venons d’assister donnera-t-il raison à ce fervent défenseur de l’idéal américain ? En somme, la démocratie va-elle ressortir plus forte d’un tel épisode ? Je pense personnellement que oui, sur le moyen terme. Mais je pense aussi que cette violence est symptomatique de la transition difficile a opérer entre une phase néo-libérale finissante du capitalisme où la règle d’or était le recherche à tout prix du profit. Et une phase montante dite “responsabilisante” ou « consciente » encouragée par un duo inédit Biden / Harris.     

Continuer la lecture de Victoire des multinationales par K.O. sur l’establishment ?, par Thomas Saupique

Partager :

Risque de guerre civile aux États-Unis – 13/1/21 00h15

Dans les plus récents bulletins du New York Times :

Les chefs d’état-major des armées ont adressé mardi un message inhabituel à l’ensemble des forces armées américaines, leur rappelant que leur mission est de soutenir et de défendre la Constitution, et de rejeter tout extrémisme.

« Comme nous l’avons fait tout au long de notre histoire, l’armée américaine obéira aux ordres légitimes des dirigeants civils, soutiendra les autorités civiles pour protéger les vies et les biens, assurera la sécurité publique conformément à la loi, et restera pleinement engagée à protéger et à défendre la Constitution des États-Unis contre tous ses ennemis, étrangers et nationaux », a déclaré la note interne d’une page signée par les huit responsables militaires.

Le sénateur Mitch McConnell du Kentucky, le leader de la majorité républicaine [au Sénat], a déclaré à ses collaborateurs que le président Trump a commis selon lui des délits justifiant son impeachment [sa destitution] et qu’il est heureux que les Démocrates s’apprêtent à le destituer, estimant qu’il sera plus facile ainsi de l’exclure du parti, rapportent des personnes de son entourage familières de sa ligne de pensée.

« Bien des faits s’éclaireront dans les jours et les semaines à venir, mais ce que nous savons d’ores et déjà suffit », a déclaré Mme Liz Cheney [N°3 du Parti républicain], héritière d’une famille politique républicaine bien connue [elle est la fille de l’ancien Vice-président Dick Cheney]. « Le président des États-Unis a convoqué cette meute, l’a mobilisée et a déclenché cette agression. Tout ce qui s’en est suivi est de sa faute. Rien de tout cela ne serait arrivé sans le Président. »

Elle a ajouté : « Le président aurait pu intervenir immédiatement et énergiquement pour faire cesser la violence, or il s’en est abstenu ».

Partager :

Risque de guerre civile aux États-Unis – 12/1/21 17h55

En route vers la Grande Muraille qu’il fait construire à la frontière mexicaine, M. Trump a déclaré que « Le peuple américain est en proie à une immense colère (a tremendous anger) », du fait de la menace d’un second impeachment (destitution) le visant, une continuation de la « chasse aux sorcières » dont il est la victime depuis plus de quatre ans.

Interrogé à propos de son incitation à l’émeute mercredi de la semaine dernière (6 décembre), qui précéda immédiatement la prise d’assaut du Capitole à Washington par ses auditeurs, le Président a déclaré que « les gens ont pensé que ce que j’ai dit était parfaitement approprié […] si vous regardez ce que d’autres personnes ont dit : des politiciens de haut rang, à propos des émeutes cet été, ces horribles émeutes à Portland [Oregon] et à Seattle [état de Washington] et différents autres endroits, c’est là qu’était le véritable problème ». Le Président renvoyait là aux manifestations Black Lives Matter qui avaient suivi le meurtre de George Floyd.

Partager :