Archives par mot-clé : Donald Trump

Bourses US : la trêve n’aura été que de courte durée

En clôture

Pourtant la Federal Reserve, la banque centrale US, aura fait ce qu’elle a pu en abaissant aujourd’hui le taux au jour le jour de 50 points de base, soit ½%. Hélas rien n’y a fait. Jerome H. Powell, le président de la Fed a expliqué qu’il tentait par cette baisse de contrer les effets « du virus et les mesures prises pour tenter de le contenir ». Le malheureux n’a pas eu l’air de se rendre compte qu’il précipitait ainsi le mouvement qui le pousse vers la sortie en mentionnant le « canular-d’une-épidémie-de-coronavirus-véhiculé-par-la presse-communiste-pour- remettre-en-question-l’élection-de-Donald-Trump » ! 😀

P.S. Quand est-ce que je vous prévenais contre tout soulagement prématuré ? Ah oui ! c’était ce matin.

Partager :

C’est aujourd’hui Super Mardi

La campagne d’Elizabeth Warren

Super Tuesday déterminera plus de 1.000 délégués aux primaires sur les près de 4.000 qui décideront qui sera le candidat Démocrate à la présidentielle du 3 novembre.

Sanders est en tête mais Biden a réalisé une belle performance en Caroline du Sud. Warren est à la traîne. Bloomberg est l’outsider. Les bookmakers donnent Biden à 49 contre 44 pour Sanders.

Qu’un « socialiste » ait de sérieuses chances d’arriver premier révèle ce que Trump est parvenu à faire dans son pays : d’éventuels miracles !
Continuer la lecture de C’est aujourd’hui Super Mardi

Partager :

Un (gaspation !) « Socialiste » succédera-t-il à Trump ?

Je ne vous apprendrai rien si je vous dis que les périodes de crise se caractérisent par des fluctuations de vaste amplitude où l’on passe aisément d’un extrême à l’autre.

Mais là, on serait quand même sacrément surpris. À moins que la recette ne soit là : « Donnez-nous un Trump, qu’on aie vraiment envie du socialisme ensuite ! »

Partager :

Et comment va Trump ?

Trump va bien – toujours égal à lui-même. Au point que William Barr, son ministre de la Justice, en plus de son toutou, s’énerve : les tweets de Trump « rendent impossible que je fasse mon boulot ».

Si Trump énerve même ses toutous, c’est quand même mauvais signe.  Trump répond qu’il a bien le droit d’interférer dans le fonctionnement de la justice puisqu’il est le président (c’est vrai : si on ne pouvait même pas faire ça quand on est président !). [Je vous raconterai une autre fois de quoi il s’agit : de la peine de Roger Stone – mais comme il s’agit là selon moi {vous êtes au courant} d’une histoire d’espionnage, cela mérite un billet distinct].

Nouvelle réjouissante quand même, l’adversaire probable de Trump à la présidentielle [eh oui, je crois secrètement {même si c’est la mort dans l’âme} que les Démocrates préféreront un vrai milliardaire à un socialiste variété Front populaire], Mike Bloomberg, a choisi de répondre à Trump autrement que ses collègues Démocrates (pratiquant depuis 2016 l’indignation BCBG), en adoptant son style à lui de l’insulte grossière :

Beaucoup de gens à New York se marrent derrière ton dos et te considèrent comme un clown aboyeur de carnaval. Ils savent que tu as hérité d’une fortune et que tu l’as dilapidée dans des deals stupides par ton incompétence.

Ouille ! Bloomberg (ou quelqu’un dans son équipe) connaît les hantises de Trump (certaines depuis qu’il est gosse) :

1° qu’on rie derrière son dos
2° … en raillant sa stupidité
3° et qu’on révèle que lui – le soi-disant self-made-man – a aujourd’hui moins d’argent que ce que son père lui avait légué [par évasion fiscale et autres combines foireuses essentiellement].

Partager :

Parti Démocrate : 6 semaines plus tard…

Ce sont des captures d’écran de RealClear Politics, un site spécialisé dans l’agrégation de sondages.

1er Janvier 12 février
Biden 28,3 % Sanders 23,6 %
Sanders 19,1 % Biden 19,2 %
Warren 15,1 % Bloomberg 14,2 %
Buttigieg 8,3 % Warren 12,4 %
Bloomberg 4,8 % Buttigieg 10,6 %

Six semaines plus tard, Biden plonge (plombé pour avoir fait capoter la stratégie Démocrate d’impeachment avec sa casserole ukrainienne) ; Sanders fait mieux que se maintenir ; Bloomberg grimpe (il arrose le câble de clips présentant Trump comme le « génie stable » qu’il est en vérité), un exemple :

Qui les Démocrates préféreront-ils à l’arrivée, Bernie Sanders, le socialiste variété Front populaire, ou Mike Bloomerg, un vrai milliardaire ?

(Ne comptez plus sur moi pour faire des pronostics en matière de politique américaine : chat échaudé craint l’eau froide !)

Partager :

États-Unis : La rosée et l’écume

La tribune libre  ce soir de Marie « Masha » Yovanovitch, ancienne ambassadrice des États-Unis en Ukraine, évincée à la suite des manigances de l’extrême-droite US (fièrement entraînée par le président), nous rappelle que les immigrants se partagent en deux camps : celles et ceux qui rêvent à la pensée d’un nouvel idéal auquel elles ou ils s’identifient (Fiona Hill, le père d’Alexander Vindman, les parents de Yovanovitch), et ceux dont les yeux miroitent à la pensée d’une myriade de nouveaux pigeons à plumer (Friedrich Trump Sr., grand-père du président, taulier maquereau de son état).

Partager :

The Washington Post : George Conway : Je crois le président, et en lui, le 5 février 2020

George Conway: I believe the president, and in the president

© The Washington Post

George Conway est avocat. Il est par ailleurs l’époux de Kellyanne Conway, conseillère à la Maison-Blanche.

Je crois le président, et en lui.

Je crois que le Sénat a raison d’acquitter le président. Je crois qu’un procès équitable est un procès sans témoins, et que le procès était donc équitable. Je crois que la Chambre a été injuste parce qu’elle a rassemblé des preuves contre lui. Je crois que si le président fait quelque chose qui, selon lui, va lui permettre d’être réélu, c’est dans l’intérêt du public et ne peut pas être le genre de chose qui entraîne une mise en accusation.

Continuer la lecture de The Washington Post : George Conway : Je crois le président, et en lui, le 5 février 2020

Partager :