Archives par mot-clé : Frédéric Oudéa

POURQUOI LA RÉGULATION BANCAIRE A-T-ELLE SI PEU PROGRESSÉ EN FRANCE ?, par François Leclerc

Billet invité, paru ce jour sur Atlantico.

300 amendements ont été déposés en commission des finances sur le projet de loi portant sur la séparation des activités bancaires qui sera examiné par l’Assemblée à partir du 12 février. C’est peu dire que celui-ci suscite une forte réaction et que de nombreux députés du parti socialiste, pour ne pas parler de ceux du Front de Gauche et des Verts, le considèrent insuffisant et veulent le durcir. C’est en soi un événement.

Soucieux de cantonner la fronde, à défaut d’en faire autant de la spéculation, le gouvernement a annoncé être ouvert à la discussion et s’est réservé des marges de manœuvre. La Fédération des banques françaises a de son côté donné l’occasion au ministre de faire preuve de fermeté à peu de frais.

La discussion ne fait que commencer, mais les députés risquent de tomber dans le piège de débats techniques où ils n’auront pas le dernier mot et pour lesquels ils ne sont pas toujours armés. Car une question préjudicielle devrait être posée : à quoi cela sert d’essayer de cantonner les activités spéculatives et pourquoi ne pas simplement les interdire ?

François Hollande avait déclaré lors de son discours du Bourget en janvier 2012 que son « véritable adversaire, c’est la finance ». Pourtant, les règles ont peu changé en France depuis son arrivée. Une situation qui contraste avec les Américains ou les Britanniques.

Continuer la lecture de POURQUOI LA RÉGULATION BANCAIRE A-T-ELLE SI PEU PROGRESSÉ EN FRANCE ?, par François Leclerc

Partager :

L’actualité de la crise : DANS L’ARRIÈRE BOUTIQUE, par Francois Leclerc

Billet invité

Le président de la BCE affectait hier la sérénité d’usage lors de sa conférence de presse. Mario Draghi a présenté un tableau encourageant de la situation financière des banques, faisant état « de signes hésitants d’une stabilisation de l’activité [économique] à de bas niveaux », et « de signes évidents [que l’argent] circule dans économie », sans dans les deux cas préciser lesquels.

Il a également relevé « des progrès vraiment extraordinaires » accomplis en matière de consolidation budgétaire, puis délivré un satisfecit à la BCE, dont les prêts « donnent à toutes les banques une assurance contre le risque de se retrouver sans liquidités et leur donnent du temps » pour se recapitaliser. Tout va donc pour le mieux ou presque.

Continuer la lecture de L’actualité de la crise : DANS L’ARRIÈRE BOUTIQUE, par Francois Leclerc

Partager :