L’actualité de la crise : DANS L’ARRIÈRE BOUTIQUE, par Francois Leclerc

Billet invité

Le président de la BCE affectait hier la sérénité d’usage lors de sa conférence de presse. Mario Draghi a présenté un tableau encourageant de la situation financière des banques, faisant état « de signes hésitants d’une stabilisation de l’activité [économique] à de bas niveaux », et « de signes évidents [que l’argent] circule dans économie », sans dans les deux cas préciser lesquels.

Il a également relevé « des progrès vraiment extraordinaires » accomplis en matière de consolidation budgétaire, puis délivré un satisfecit à la BCE, dont les prêts « donnent à toutes les banques une assurance contre le risque de se retrouver sans liquidités et leur donnent du temps » pour se recapitaliser. Tout va donc pour le mieux ou presque.

Patatras, on apprenait ce matin que le montant des dépôts nocturnes des banques avait atteint un nouveau record : 489 milliards d’euros ! Troublante coïncidence, ce montant est identique aux prêts a trois ans de la BCE aux établissements bancaires, dont on se demande à quoi il sert dans ces conditions. Mario Draghi a expliqué lors de sa conférence de presse que ces dépôts ne provenaient pas nécessairement des 523 établissements qui se sont présentés aux guichets de la BCE. Mais de qui alors ? Et quelle est l’utilisation des fonds prêtés par la BCE, si ce ne sont pas les mêmes, comme l’a également expliqué Mario Draghi ? Que de mystères insondables, décidément !

Fréderic Oudéa, le PDG de la Société Générale, venait rajouter un coup de froid ce matin en déclarant aux Échos que les banques « n’ont pas vocation à investir dans la dette souveraine à long terme ». Prenant à contre-pied les défenseurs de la thèse selon laquelle les banques allaient progressivement revenir sur ce marché. Il n’a pour autant pas exclu, faut-il remarquer, l’achat de titres à court terme, ce qui pourrait accréditer la réalisation d’un scénario à la japonaise. La Bank of Japan finance depuis des lustres l’achat par les banques de la dette souveraine du pays, qu’elle accepte ensuite en collatéral de ces prêts. Ce qui évite de l’acheter directement ! Ce scénario pourrait expliquer le soudain afflux d’offres, hier, lors de l’émission italienne de titres à courte maturité qui a été présentée comme un miracle. Ainsi que la baisse des taux sur des émissions à trois ans aujourd’hui. Les banques amasseraient du collatéral en prévision de la nouvelle opération de prêt à trois ans de la BCE, le 29 février prochain. Et puis, il faut relativiser : l’émission d’aujourd’hui a permis de recueillir 4,7 milliards sur 450 milliards d’euros de besoins de refinancement de l’Italie cette année…

Une relative détente est donc enregistrée sur le marché obligataire, ce qui n’est pas le cas à propos des négociations portant sur la restructuration de la dette grecque, affolant à nouveau les esprits en raison de la possibilité d’un défaut qui refait surface. Les rumeurs invérifiables se multiplient sur les points d’achoppement des négociations, mais il semble se confirmer que le tir risque d’être trop court et de ne pas atteindre la cible : la quantité de titres de dettes échangés au bout du compte ainsi que le taux des nouveaux titres émis en remplacement des actuels sont tous deux décisifs quant au résultat final de l’opération. Or, les objectifs de réduction de la dette semblent loin d’être atteints à ce stade des négociations, un accord ne suffit pas en soi.

Cela laisse pendante la nécessité d’augmenter encore de plusieurs crans les mesures de rigueur budgétaire grecques (avec une efficacité douteuse), ou d’accroitre le montant des prêts consentis par l’Union européenne et le FMI, qui tire vigoureusement la sonnette d’alarme. Une dernière solution serait d’adopter avec effet rétroactif une clause d’action collective inexistante, obligeant les minoritaires après un vote parmi les créanciers à obtempérer, ce qui ne serait pas du meilleur effet et poserait autant de problèmes que cela en résoudrait. Cette nouvelle négociation au finish contribue en attendant à maintenir l’insécurité en zone euro.

Quand on ne parle pas de la Grèce, il y a toujours le choix de se reporter sur l’Espagne et l’Italie, en attendant que le schéma grec ne se répète à leur échelle au Portugal et en Irlande, dans au plus tard un an tel que cela est parti. Le Corriere della Serra a publié ce matin l’information selon laquelle Angela Merkel avait lors de leur récente rencontre conseillé à Mario Monti de se réfugier sous l’aile protectrice du FMI. Mais celui-ci résiste farouchement à une telle démarche qui ne ferait que souligner la position restant intenable de l’Italie et pourrait l’accentuer.

En avant vers le prochain round de réunions de l’Eurogroupe, de l’Ecofin et du Conseil européen, sous la direction éclairée de nos dirigeants bien-aimés !

Partager :

107 réflexions sur « L’actualité de la crise : DANS L’ARRIÈRE BOUTIQUE, par Francois Leclerc »

    1. Le 13 janvier 2012, comme le 14 juillet 1789, mettre au journal de la crise (vue de la France) : rien à signAAAler ?

    2. Je ne sais quelle idée vous vous faites de Shumann, mais elle me semble, a priori, légèrement éloignée de la réalité… Que diriez vous de faire quelques recherches sur cet homme et ses réseaux? Autant Delors était de bonne foi je crois, autant lui…

  1. @ François
    Vous dites « mais il semble se confirmer que le tir risque d’être trop court et de ne pas atteindre la cible » ,en 14 avant une attaque l’artillerie faisait un tir de barrage sur les lignes ennemies, lorsque le tir était trop court c’était sa propre infanterie qui dégustait , c’est peut être encore le cas aujourd’hui .
    Merci pour votre travail à vous et à toute l’équipe et merci aux @ qui n’ont donné le titre d’un livre sur la période 14.18 « Les carnets de guerre de Louis BARTHAS  » un livre exceptionnel

    1. je suis un ami proche de Pierre petit fils de Louis Barthas.Chez les Barthas , l’humanisme est central.C’est pourquoi, je vous invite à découvrir en tant qu’amateur le travail qu’ils font avec la troupe théâtrale La Tripe du Boeuf.Ils régalent les villages et aussi les enfants à travers les écoles de théâtre qu’ils animent. site : http://www.tripeduboeuf.net/.
      Je vous laisse apprecier

      1. J’ai lu 100 fois le livre de Louis Barthas, cet homme humble pétri d’humanisme, moi qui ne m’intéresse habituellement pas à ce sujet.

        Il m’en reste des quantités d’images fortes (les soldats épuisés de marches forcées et le capitaine qui fait chercher du bois mort pour son bain chaud, les quelques hommes des tranchées allemands, qui sympathisent de loin, à heures fixes aux mêmes endroits, avec les français de la tranchée d’en face et que des supérieurs demandent de tirer comme des lapins, des permissionnaires amaigris, qu’on empêche donc de monter dans des trains !, les élégants et élégantes de Châlons-sur-Marne qui déambulent comme si de rien n’était, tandis que retentit le canon à quelques kms, témoignage d’atrocités…).

        Il serait trompeur de croire que le monde actuel est pire. Simplement, ceux du monde « d’avant » voient les poutres dans les yeux des actuels car ils n’y ont pas été aliénés, mais ceux actuels pourraient pointer celles des précédents. Quelle chance, elles sont passées !

        Amicalement,

        Delphin

        A Ardéchoix : Sur le sujet, non, Barthas « affadit » les autres.

    2. @ Ardéchoix

      Des écrivains-combattants qui s’éloignent du trio classique Barbusse/Dorgelès/Genevois:
      Trois bons romans à base autobiographique:
      Gabriel Chevallier: La peur (éd Le Dilettante). Plus connu comme auteur de Clochemerle.
      Henri Poulaille: Pain de soldat (éd Grasset-les cahiers rouges)
      Léon Werth: Clavel soldat (éd Viviane Hamy).
      Classé par ordre alphabétique, les trois sont excellents.
      Bonne lecture

      1. et bien sur la « bible » des tanchées de CRU (pas carmen !) : « TEMOINS  » qui se permet de porter un jugement sur la véracité historique de tous les livres de tranchés .

  2. ALERTE – S&P va dégrader plusieurs pays européens dont la France.

    PARIS – Plusieurs pays européens dont la France vont être dégradés par l’agence de notation financière Standard & Poor’s, qui pourrait annoncer cette décision dès vendredi, selon une source européenne.

    Standard & Poor’s menace depuis début décembre d’abaisser la note de 15 pays de la zone euro, dont la France, notée AAA, la note maximale, et qui pourrait perdre un ou deux crans. La Bourse de Paris a connu un accès de faiblesse vendredi en début d’après-midi à cause de ces informations.

    http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___SP_va_degrader_plusieurs_pays_europeens_dont_la_France_130120121601.asp

  3. La note de la France dégradée par Standard & Poor’s, selon une source gouvernementale
    L’agence de notation Standard & Poor’s a dégradé la note AAA de la France, vendredi, ainsi que celle de plusieurs pays européens, selon une source gouvernementale citée anonymement par l’AFP.

    Bye bye Sarko…

    1. Le Luxembourg conserve son triple A.
      La bonne blague !!
      Luxembourg, Jersey, Les Iles Caïmans, Singapour, Andorre, et Monaco conservent leur triple A.
      Ouf !!
      Quel gag, quelle honte …

  4. ça y est le triple A est perdu !

    Qui plus est un vendredi 13 !

    ça ne manque pas d’humour, les agences !

    Et Sarkozy est mort (politiquement) !

  5. Ca y est : S&P a dégradé la note de la France :
    http://www.lesechos.fr/economie-politique/infos-generales/france/afp_00416163-la-france-degradee-par-standard-poor-s-274892.php
    En avant vers le prochain round de réunions de l’Eurogroupe, de l’Ecofin et du Conseil européen, sous la direction éclairée de nos dirigeants bien-aimés !
    Comme c’est bien dit !
    Bonne année à toute l’équipe et longue vie à ce blog qui nous fait suivre le feuilleton du capitalisme à l’agonie telle un soap opéra : 2012 verra-t-il enfin la fin de ce monde absurde ?

  6. Eh bien puisque tout va bien, les sommets européens dont les succés qui ont sauvé l’Europe…Ca y est nous voici au bout du tunnel, nous pourrons reélire Merkel et Sarkosy pour leur fastueux travail et Super Mario! Haaaa Quel hombre!

    http://www.investmenttools.com/futures/bdi_baltic_dry_index.htm

    Et vlan: Depuis l’agitation de décembre, que dalle, l’économie plonge…
    Le BDI qui se retrouve les niveaux du krak de 2008….

    2009: 1 réal brésilien=0,31 euro
    2012: 1 réal brésilien=0,44 euro

    Dévaluation effective de l’euro: 30%

    Tout va bien, l’euro est en bonne santé, 30% en 3 ans et c’est pas terminé…
    Encore 3 ans et ça nous fera du 50%. C’est tout bon! Encore du Merkosy et on aura du 30%.
    Aveque ça on sera compétitif avec la Chine, qui si elle suit la chute de l’euro fera retourner à la misère les nouveaux riches chinois. Hé oui! C’est fini de rigoler avec la finance, les petits rigolos maos qui croient tout comprendre au capitalisme!
    Bravo les rentiers, de toute manière avec vos stupides politiques, quoi vous fassiez, vous l’avez dans l’os, une quenelle de première…
    Pas la peine de torturer les grecs, sauf si ça soulage vos désirs sadiques de vengeance…

  7. Les Echos ce matin : la bourse de Paris rassurée par la levée de fond italien et la remontée des bancaires presque + 2%
    Cet après midi :16H30, -1,2%
    La Bourse de Paris dans le rouge, rumeurs de dégradations dans la zone euro .

    Nous sommes décidément au royaume des bigorneaux, qui comme le souligne Wikipédia :« Du fait de son importance économique, ce nom est compris et utilisé partout »
    Un certain nombre d’espèces de la famille des muricidés portent le nom de bigorneaux perceurs. Il s’agit d’animaux prédateurs.
    Certains représentants de la famille… sont régulièrement appelés « bigorneaux de chien » sur le littoral atlantique français,…Cette appellation est probablement liée au fait qu’ils sont méprisés.

    Cette logique de bigorneau mononeuronal ne mérite en effet que du mépris.

    pourtant ces petites bêtes cuites, avec un p’tit coup de Muscadet!…………..
    🙂

  8. C’est pas vendredi 13?Je suppose que l’on va ressortir Fillon pour les mauvaisess nouvelles?Il va nous dire qu’être dégradé d’un seul niveau c’est un bon résultat et une marque de confiance des marchés.Qu’avec les socialistes cela serait la guerre, la peste et le statut ‘junk’ chez S&P…..(rires)

  9. Oui, mais les principales fabriques d’andouilles conservent leurs notations AAAAA.

    De mon côté, individuellement, je fais le maximum pour conserver cette même note. Je vais même voter au prochaines élections, c’est dire …

  10. Beaucoup de bruits pour rien. On se demande pourquoi S&P a attendu aussi longtemps. Évidemment un mauvais point pour l’actuel occupant de l’Élysée, souvenons-nous des propos du jeune Baroin et de Dame Pécresse.

  11. La situation politique va être influencée par l’aggravation venir de la Grande Crise…
    Un scenario terrible est possible.
    Après Fukushima la candidate des Verts (inaudible) va pourtant vers les 2% ; l’extrême gauche est inexistante (mais il faut voir ses analyses…). Hier soir j’ai vu Mélenchon,; il a raison de souligner la pauvreté des propositions socialistes qui sont bien trop « subtiles » et faites par des énarques (par ex. sur le quotient familial…au lieu de tout simplement ajouter des tranches comme il le propose).
    Les propositions de Piketty seraient à prendre comme un tout mais il faut du courage politique.
    Donc en résumé un nouveau 21 avril se profile MAIS si Bayrou arrive à légèrement devancer Hollande (ce qui semble bien parti…) – mais pas Sarko – on peut avoir une configuration Sarko/Le Pen.
    Et là ça risque d’être terrible :Les 82% qui ont dû voter pour Chirac ont obtenu Raffarin… cette fois-ci ça risque d’être différent. Désolé Dissy mais ça pourrait ne pas être « bye bye Sarko » mais hello Marine.
    Attali a raison dans son dernier billet : il faut que les candidats démocrates réagissent. Et surtout Paul a raison depuis trop longtemps : il faut affronter vraiment la haute finance avec une union de tous comme pendant la Résistance. Sinon 2012 sera sinistre.

    1. Bah…si c’est Sarko versus ML, alors ça sera Sarkobis avec au pire un score inférieur à celui de Chirac 2002.

      La bourse remontera un chouia quelques jours, des du PS et du Modem deviendront ministres comme en 2007 etc…

    2. Personnellement,
      A la date d’aujourd’hui, je ne crois pas à Sarko au second tour mais plutôt à une percée de Bayrou qui va capter les déçus de Sarko et d’Hollande, un vote par défaut pour essayer le centre. Bayrou/Le Pen au 2nd tour avec des législatives qui vont sortir un 1er ministre de droite ou de gauche. Ca va nous mettre dans une situation qui fera émerger les votes extrèmes. Et comme a dit Mélenchon hier soir devant les journaleux incrédules : ca se finira entre MLP et moi… Reste à savoir quand et dans quelles conditions.

      1. Je ne crois pas du tout à Bayrou…il s’effondrera tout comme Sarkozy…

        Il y a fort à parier que Hollande sera au second tour, d’une part parce que la gauche ne veut pas laisser passer l’occasion. Quitte à un durcissement vers la gauche du discours de Hollande. Ensuite, Bayrou ne raconte que de la m****. Il nous dit fièrement qu’en 2007 il était le seul à pointer le problème de la dette. Mais en réalité, il n’a fait que décrire des symptômes tel un enfant de 6e qui dit que ça monte ou ça descend en voyant une courbe. Mais son diagnostic était bidon et ses solutions encore plus nulles. Il prenait en exemple des pays qui avaient un niveau d’endettement plus bas sans comprendre pourquoi il l’était. Ça va sauter aux yeux…

        En parlant de l’émission d’hier, Mélenchon a fait 800 000 téléspectateurs de plus que Bayrou, cela montre bien qu’il n’intéresse fondamentalement personne. Il se fera étriller au premier débat qu’il fera avec Le Pen ou Mélenchon.

        Le second tour Hollande-Le Pen dans une situation médiane, en prévoyant pour l’économie, un scénario mauvais. Si l’on opte pour le scénario du pire en économie (défaut de la Grèce, chutes de grosses banques…), ce sera Le Pen-Mélenchon…

    3. désolé de vous contredire, mais votre analyse n’est pas bonne.
      Le résultat (si l’on nous laisse la possibilité de voter), sera Mélenchon ou la peine FN.

      1. Mélenchon à 6 %, avec la marge d’erreur, je mets 3 points de plus optimistes, ça fait 9 que j’arrondis à 10 parce que c’est vous, et puis ? Il reviendra en 2017 et renflouera les caisses de son parti.
        D’ici là…

    4. Je vais faire mon anti-Bayrou, mais il me semble qu’il est Monti et Papandréou à la fois…franchement un second tour Le Pen-Bayrou…je pourrai faire la grasse matinée le dimanche 6 mai.

      1. Quand même, ça m’est arrivé de le croiser en marchant sur ses terres béarnaises, de voyager à côté de lui dans l’avion entre Pau et Paris, et je dois dire que je le trouve pas très malin… J’ai rencontre plusieurs fois Lassalle ou Emmanuelli dans des circonstances analogues, ils sont bien plus intéressants et bien mieux informés ! Non vraiment, même béarnais, Bayrou n’est pas très malin !

    5. l’extrême gauche est inexistante (mais il faut voir ses analyses…)

      Détrompez-vous. Elle ne cherche pas à exister en occupant les places grassement payées dans le système, mais fait la même analyse que vous, et y consacre le meilleur de ses efforts, en France comme ailleurs:

      Paul a raison depuis trop longtemps : il faut affronter vraiment la haute finance avec une union de tous comme pendant la Résistance. Sinon 2012 sera sinistre.

      Cette résistance pour imposer la démocratie réelle,
      la Grèce le montre, prendra des années.

      Sinon, c’est effectivement plus que sinistre, la barbarie.
      Patience, détermination, rassemblement dans les combats quotidien,
      jusqu’aux affrontements généralisés à l’échelle de l’Europe.

  12. Pour ma part, je m’inquiète des conséquences en chaîne que va provoquer cette baisse de notation. Quand est-il des CDS ou de tout autre produits dérivées s’appuyant sur la dette souveraine française comme collatéral?

    N’y a-t-il pas la un risque équivalent à la chute de la Lehman Brother?

    Je me souviens d’un post pas bien rassurant de Paul Jorion sur la possibilité d’une double falaise de crédit dans les banques française. A l’époque cela m’avait fait pensé au procédé de la diagonalisation de Cantor et à l’utilisation des expressions auto-référentielles en logique…

  13. Bon, cette fois, faut foutre les gens des antennes françaises des agence de notation dans leurs avions direction New York et Londres, annoncer qu’on quitte l’Afghanisthan dans le mois, et qu’on met l’OTAN sous surveillance. Ce sont des pays alliés, ça ?

    Mais quelque chose me dit qu’on va plutôt parler des Roms, des étrangers, ou des chômeurs dans les jours qui viennent.

  14. Vendredi 13 janvier 2012 :

    Les banques suspendent les négociations sur la dette de la Grèce.

    Les banques ont annoncé vendredi qu’elles suspendaient leurs négociations avec Athènes sur les modalités de la restructuration de la dette publique de la Grèce, et laissé entendre qu’elles pourraient revenir sur leur engagement à en effacer volontairement une grande partie.

    L’Institut de la finance internationale (IIF) écrit dans un communiqué que, « en dépit des efforts des dirigeants grecs », la proposition des banques d’abandonner 50% de la dette de l’Etat grec en leur possession, « n’a pas abouti à une réponse ferme et constructive de la part de toutes les parties ».

    « Dans ces conditions, les discussions avec la Grèce sont suspendues pour permettre une réflexion sur les bénéfices d’une approche volontaire » ajoute ce texte publié au nom de l’Américain Charles Dallara, directeur général de l’IIF, et du Français Jean Lemierre.

    La notion « d’approche volontaire » fait référence à l’accord qui avait été conclu fin octobre entre les créanciers privés de la Grèce et les dirigeants de la zone euro. Les premiers s’étaient alors engagés à renoncer d’eux-mêmes à recouvrer environ 100 milliards d’euros sur leurs créances afin d’éviter une faillite désordonnée du pays.

    Quelques minutes après l’annonce des banques, une source proche des négociations a dit à l’AFP à Athènes que celles-ci traversaient un état de tension « extrême », et que les parties impliquées devaient « prendre conscience de la très grave situation » pour « éviter le pire ».

    http://www.boursorama.com/actualites/les-banques-suspendent-les-negociations-sur-la-dette-de-la-grece-a7680ce899f296e29006dddc42fdc63a

    1. il ne reste plus qu’à attendre le déclenchement des CDS puisque finalement la décote n’est pas si volontaire que ça…
      le ridicule ne tue pas…

  15. Le Petit Nicolas va pas être content. Au lieu de l’écouter, les banquiers vont tranquillement faire leur pelote à la BCE.

    A part ces officiels aux manettes, d’une constance remarquable dans la décision lucide et courageuse, on peut constater que certains journalistes se montrent également à la hauteur, pour avoir noté avec une perspicacité digne d’éloges que Mario Draghi, à la différence de celui qu’il a remplacé, ne fait absolument pas de politique.

    En témoignent deux déclarations du benjamin :

    Il serait bon, d’après lui, que :

    le pacte budgétaire sur lequel 26 des 27 pays de l’Union européenne se sont engagés, « puisse être adopté à la fin de ce mois, pas en mars

    .

    La Grèce doit

    agir à nouveau sur le plan budgétaire, mettre en œuvre ses réformes structurelles, avancer sur le front de la consolidation.

    Il est quand même agréable, dans ce monde de brutes, de pouvoir se reposer l’esprit en sachant que nous sommes dirigés par des capitaines aussi remarquables que dévoués à l’intérêt général.

  16. Les dieux se sont transformés en pervers
    Minc disait sur TF1 « Il faut faire la rigueur pour rassurer les marchés » il y a un an

    « Si c’est vrai, faire cela la semaine ou les marchés européens se normalisaient, comme l’a fait remarquer Mario Draghi, le président de la banque centrale européenne, on n’a plus affaire à des pompiers pyromanes, mais à des pervers graves », accuse Alain Minc, visiteur du soir de Nicolas Sarkozy.
    Un autre conseiller du président s’emporte. « L’erreur a été de ne pas avoir pulvérisé les agences après la crise des subprimes, début 2009 », s’afflige-t-il, avant de se reprendre: « Dans la tempête, il faut garder son sang-froid et que chacun fasse ce qui lui semble raisonnable de faire. »
    L’invocation du AAA de la France fut invoquée notamment pour justifier la réforme des retraites, qui permettait de réduire la dette latente de la France. M. Sarkozy l’a utilisée cet été pour justifier sa volonté d’inscrire la règle d’or, qui encadre la réduction des déficits publics, dans la constitution.

    source

  17. Trois évènements concomitants :
    – L’IIF décide de suspendre les négociations sur la dette grecque (GGGB1YR:IND 396.63700)
    – S&P (rumeur à cette heure) dégrade la note de la France et de quelques autres pays européens
    – Le plafond de la dette US doit à nouveau être renégocié

    Euh… Les deux premiers évènements ne seraient-ils qu’une mascarade pour le dernier ?
    Moi ce que j’en dis, hein…
    Bon, bref, les banque françaises vont avoir plus de difficultés à emprunter sur l’EURIBOR, mais il y a le sauveur: ECB… Avec des dépôts records en O/N.

    Dans un autre registre:
    J’ai constaté que la BNP ne délivre plus, aux DABs, que des billets estampés X (donc imprimés en Allemagne, coupures de 50), alors que par exemple La Banque Postale délivre une majorité de billets estampés U (France) et E (Slovaquie) (coupures de 10 et 20).
    Déjà l’EUR à deux vitesses?

    1. Je pense que c’est plutôt une histoire de lots. Moi j’ai eu des billets U au distrib de la BNP pas plus tard qu’aujourd’hui !

  18. Aujourd’hui la perte du triple A, mais la triple dose de c*** toujours présente sur les ondes :

    Chevènement, Atali, etc.

    Pourquoi ? Parce qu’ils ne sortent pas du cadre :

    L’innovation est l’antienne sensée tout résoudre, permettant d’éviter le protectionnisme.. Tout le monde est sensé entrer en compétition avec l’Allemagne.

    « Nous sommes la mer des Sargasse » du monde, avec une croissance zéro.

    Si le niveau des débats commence comme ça…

  19. Les réactions sont toutes, ce soir consternantes, intégralement !

    Eli Cohen, Arthuis, etc, sur Fr inter

    Il faut des politiques courageuses, c’est sans doute le coup de fouet nécessaire pour nous réveillez d’une illusion collective, etc.

    Le psychodrame.

    1. Les girouettes ne réagissent qu’au vent. Elles n’ont pas d’idéologie.
      Allegre, quant à lui, vient d’annoncer qu’il voterait pour Sarkozy, s’il votait.. on ne sait pas. Ces politiques sont à mi-temps. Entre les deux, ils pantouflent dans le privé, et vous croyez encore à la démocratie. La peuple vire chou blanc et vote blanc chou. Les campagnes électorales ont été payées par les mêmes intérêts.

    2. @ Antonio:
      C’est vous qui réduisez: le sac idéologique est bien plus grand.
      Il va des nomenclatures PC aux politiciens les plus à droite,
      en passant par toute la gamme flan de gauche,
      qui sifflent des airs différents dans l’opposition,
      mais servent tous le capital quand ils arrivent aux « affaires ».

    1. C’est une bonne question Alain,je vous remercie de me l’avoir posé.
      Prosaïquement,je vous réponds ,profitez des soldes puis serrez vous la ceinture.

  20. Paul Magnette n’est pas le seul à trouver la Commission européenne trop libérale.

    La polémique suite aux propos tenus jeudi à la RTBF par Paul Magnette sur une Commission européenne ultra-libérale a eu le mérite d’ouvrir le débat sur le rôle de l’exécutif européen. Après les critiques, plusieurs voix s’élèvent allant dans le sens du ministre PS.

    Deux jours plus tôt, une autre voix, celle de l’ancien sénateur Open Vld Paul De Grauwe s’élevait pour faire la même critique. Le professeur à la London School of Economics écrivait dans une carte blanche publiée dans De Morgen « qu’il était hallucinant de voir le Premier ministre belge se faire convoquer par un bureaucrate européen afin de donner des explications sur le budget de la Belgique, avant de promettre d’être plus sage ».

    http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_paul-magnette-n-est-pas-le-seul-a-trouver-la-commission-europeenne-trop-liberale?id=7381643

    1. Je me fais l’avocat du diable (étant encore un petit peu pro-européen, dans l’espoir qu’on puisse s’en sortir par le haut, quand les gens voteront intelligemment).

      La commission applique la politique que les gouvernements démocratiquement élus lui ont demandé d’appliquer.Les traités sont adoptés à l’unanimité. Le Parlement européen démocratiquement élu entérine ou rejette ses directives.

      Donc, s’il est bien sûr que les technocrates européens sont majoritairement imbibés des idées dominantes, il demeure vrai que les électeurs européens n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes. Il n’y a pas eu de coup d’Etat européen.

      La politique est effectivement libérale, mais c’est ce pour quoi votent les citoyens, quand bien même certains d’entre eux manifestent de temps en temps à Bruxelles en réclamant une Europe sociale. Je ne fait que constater une réalité qui ne me plaît pas.

      1. Ils veulent juste du pain et des jeux, du crédit et de la conso, tes peuples qu’est ce que tu crois qu’on peut faire avec ça nada, et renada avec le droite gauche gauche droite, t’as toujours les mêmes qui reviennent et qui cumulent et ça sur des générations, c’est pire que l’aristocratie, car c’est toujours l’aristocratie entre les bourbons et les orléanistes, voilà avec ça on va nul part.

      2. A propos……..c’est QUAND les prochaines élections européennes….??

        M’est avis que le carnaval qu’on nous propose habituellement dans la présentation des programmes et candidats sera , cette fois , si nous nous en mêlons intelligemment , d’une toute autre couleur…!

  21. Vendredi 13 janvier 2012 :

    Grèce : taux des obligations à un an : 396,637 %.
    Grèce : taux des obligations à 2 ans : 163,237 %.
    Grèce : taux des obligations à 5 ans : 51,697 %.
    Grèce : taux des obligations à 10 ans : 34,364 %.

    Le ministre de l’Economie François Baroin a confirmé sur France 2 que la France avait perdu son triple A auprès de Standard & Poor’s, avec une note abaissée d’un cran, à AA+. « Ce n’est pas une bonne nouvelle mais ce n’est pas une catastrophe, a-t-il estimé sur France 2. »

    « Aujourd’hui, la France est une valeur sûre, elle peut rembourser sa dette, et les nouvelles concernant notre déficit sont meilleures que prévu », avait affirmé plus tôt Valérie Pécresse.

    Pour sa part, le conseiller spécial du président français Henri Guaino s’est évertué, à cent jours de la présidentielle, à défendre le chef de l’Etat, qui sera candidat selon toute vraisemblance, et à replacer l’abaissement de la note de la dette à long terme de la France dans le contexte de la crise de la zone euro.

    « Vous voyez bien que toute la zone euro est en crise, a-t-il fait valoir. Le mauvais coup qui pourrait être porté contre la France, c’est que la zone euro explose », a-t-il ajouté.

    http://www.romandie.com/news/n/_Perte_du_triple_A_Sarkozy_reunit_ses_principaux_ministres130120122001.asp

    1. La Grèce est dans de beaux draps…avec la perte du triple A de la France, le FESF est compromis et ne peut plus jouer son rôle de rehausseur de crédit.
      La Grèce devrait travailler à une restructuration complète de sa dette, à sa sortie de la zone euro et à la création d’une nouvelle monnaie d’échange dévalué de 80% par rapport à l’euro.

      L’Italie avec son BBB+ est dans une situation difficile. Avec 3% d’excédent primaire, l’idée d’un moratoire sur les intérêts devrait vite être mis sur la table.

      La France, l’Autriche et l’Allemagne vont également restructurer leur dette après avoir nationalisé leurs banques suite au déclenchement des CDS sur les obligations des PIGS, de l’Italie et de la Hongrie.

      Il y aura des soubresauts dans la zone euro : le Luxembourg va probablement être pointé du doigt en tant que paradis fiscal et territoire accueillant des chambres de compensation. Une tutelle franco-allemande sur le Luxembourg ne me semble plus tout à fait farfelu, si le couple franco-allemand survit à la crise de la dette. L’Italie y sera fortement associé dans ce cas.

      Le RU va se fâcher avec la zone euro, en particulier la France, dont une partie significative de la dette est détenue par la perfide Albion.

  22. commentaires et plaisanteries, pas une seule proposition tangible . . .
    je prends date !
    ___________________________________________
    http://www.jean-luc-melenchon.fr/2012/01/13/la-guerre-de-la-finance-est-declaree/

    Communiqué du 13/01/2012
    La guerre de la finance est déclarée

    L’agence de notation Standard & Poor’s déclare la guerre de la finance contre la France. Il faut résister. Se coucher devant la finance aiguise son appétit. La capitulation grecque l’a prouvé. Il faut rendre les coups. La Banque Centrale doit annoncer immédiatement qu’elle prêtera à la France à un taux très bas. Faute de quoi il faut suspendre les versement français au budget de l’Union européenne et couvrir les prochaines tranches avec un emprunt forcé sur les banques françaises qui viennent d’être gavées par la BCE. La guerre entre la finance et le peuple est déclarée. Chacun doit choisir son camp, sans tergiverser.

    __________________________________________

    1. Sauf erreur, je crois que ce n’est pas si simple, il me semble que La mitte a du faire machine arrière en 1983 pour pratiquement les mains raisons, donc le merlu il me semble bien réchauffé et pas plus à la page que les autres.

    2. Toujours le vieux truc des politiciens du système:
      ne s’en prendre qu’à la « finance », pour exonérer le capitalisme.
      Comme si le capital financier venait de nulle part,
      et pas de l’exploitation du travail….

      1. C’est sur Charles A, si on attends les trosko dans la résistance, on va les attendre longtemps. Et ça aussi c’est de la vieille histoire: à l’époque où Marc Bloch était torturé par la gestapo, les troskos pour la plupart se posait des questions.

        Votre problème au NPA, c’est que visiblement vous êtes redevenu une secte.

    3. …oui, de Gaulle aurait fait un coup d’éclat comme ça ; primat éternel du politique !
      Il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre (cf. la contre-attaque valeureuse des 15 & 16 mai 1940 à Montcornet)

  23. La dégradation de la France me semble plutôt bénigne comparée à celles de l’Italie et de l’Espagne qui se retrouvent avec des notes plus très éloignées de nos amis hongrois et grecs. Je peux me tromper, je suis tout cela d’un œil très amateur.
    Dans tous les cas, les articles de ce blog sont très intéressants même si parfois un peu ardus. Bonne continuation et mes meilleurs vœux à tous (sic) pour cette nouvelle année.

  24. Ils sont coquins, chez S&P! nous faire le coup un vendredi 13!
    bon; avis aux notateurs: votre double AA+, on s’en fiche, vu qu’on finira par ne pas rembourser, de l’ordre de 30% de décote, alors…

  25. Une question :
    Apparemment, à les entendre, le gouvernement savait qu’on le perdrait en janvier ce triple A. On peut donc supposer que les banquiers savaient également. Doit on voir un lien entre la perte du triple A aujourd’hui et les dépots records depuis 3 semaines à la BCE? Les banquiers prêts pour le gavage?

    1. les triples O c’est déjà les trois agences bidons qui notaient les subprimes et les banques islandaises et ENRON triple AAA

  26. Ils sont débiles et vendus ces politiques avec ce triple cinéma où les subprimes tritisés étaient du triple AAA, comme les obligations des banques islandaises d’ailleurs, que vaut une notation aussi mal faite ??? ça me fait mourir de rire et de rage à quel point on nous prend vraiment pour des cons. Y a pas à dire les banques anglo saxonnes d’affaires ou d’escroqueries, vous choisirez ce qui convient le mieux, se sont bien refaite de la monnaie crée par leur soin en trop sur le compte des peuples d’europe, comme blanchiment y pas mieux, eh oui on règle leur note !!!! in God we trust….et quand ils en auront fini avec l’europe, ils iront ailleurs…comme les sauterelles ….

    1. A mon sens, tout est fait et, en l’absence de réaction politique des pleutres qui nous gouvernent, bien fait, pour camoufler et retarder l’immense effondrement inéluctable de l’anglosphère pollitique et financière.

  27. Standard and Poor’s abaisse de deux crans la note du Portugal, de l’Espagne et de l’Italie.

    23H03 – L’agence d’évaluation financière Standard and Poor’s (S&P) a abaissé vendredi de deux crans la note du Portugal, de BBB- à BB, la reléguant ainsi dans la catégorie des investissements spéculatifs. La perspective de la note reste négative, ce qui signifie que l’agence envisage de la dégrader de nouveau à moyen terme, affirme S&P dans un communiqué.

    http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___SP_relegue_la_note_du_Portugal_en_categorie_speculative130120122301.asp

  28. 23h10 – L’agence de notation financière Standard and Poor’s (S&P) a fait basculer Chypre dans la catégorie spéculative en abaissant la note de sa dette long-terme de deux crans à BB+, selon un communiqué sur les pays de la zone euro publié vendredi. La perspective est négative, ce qui signifie que l’agence risque de baisser encore la note en 2012 ou 2013.

    http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___Chypre_bascule_en_categorie_speculative_pour_SP130120122301.asp

Les commentaires sont fermés.