Archives par mot-clé : individualisme méthodologique

« De l’anthropologie à la guerre civile numérique » – X. L’homme est un robot sentant

Suite et fin de l’entretien du 5 mai 2016 avec Franck Cormerais et Jacques-Athanase Gilbert de la revue Études digitales, en complément de l’entretien intitulé De l’anthropologie à la guerre civile numérique.

X. L’homme est un robot sentant

Continuer la lecture de « De l’anthropologie à la guerre civile numérique » – X. L’homme est un robot sentant

Partager :
Email This Post Email This Post

Ars Industrialis reçoit Paul JORION et Geert LOVINK, le 21 mai 2016

Ars Industrialis et Bernard Stiegler invitent Paul Jorion et Geert Lovink, sur le thème : PENSER ET AGIR LA PUISSANCE EN FRANCE, EN EUROPE ET DANS L’INTERNATION au XXIè siècle

Dans la matinée, Bernard Stiegler interrogeait Frédéric Lordon.

Partager :
Email This Post Email This Post

QUAND UN ANTHROPOLOGUE S’INTERESSE A LA PENSEE ECONOMIQUE, par Alain Adriaens

Billet invité.

En 1977, Louis Dumont publiait Homo aequalis. La première partie du livre était consacrée à la pensée économique au XVIIIe siècle ; dans la seconde partie, l’auteur défendait une thèse paradoxale : que l’approche de Marx est « individualiste » (fondée sur la personne) plutôt que « holiste » (fondée sur le groupe social). Thèse paradoxale puisqu’elle s‘applique à quelqu’un qui a écrit (avec Engels) : « L’histoire de toute société jusqu’à nos jours est celle de la lutte des classes ». Une thèse paradoxale doit être prouvée magistralement, ce qui selon moi n’est pas le cas. Dumont reconnaît que Marx fait de la classe sociale le principal acteur de l’histoire, là où Hegel mettait lui la nation, mais le fait que Marx vise la disparition de l’État ne prouve pas à mon sens que son approche relève d’un « individualisme méthodologique ».

C’est à juste titre que Marx est considéré de nos jours comme l’un des pères de la sociologie : l’élément constitutif d’une société humaine est toujours pour lui un groupe, dont la nature a pu varier bien entendu : ce fut d’abord la famille, puis la « gens » (il reprend à son compte les vues de l’anthropologue américain Lewis H. Morgan), c’est ensuite la classe. Quiconque écrit : « Le bénéficiaire du majorat, le fils premier-né, appartient à la terre. Elle en hérite » (Manuscrits de 1844), ne peut être à mon sens un tenant de l’individualisme méthodologique. Dumont s’était assigné une tâche impossible : prouver que l’approche marxiste n’est pas holiste, et son échec était prévisible.

Dans son « billet invité », Alain Adriaens, préfère défendre la thèse de Dumont. Il prend également à son compte la thèse complémentaire d’une origine économique de l’individualisme, je prends là aussi le contrepied de Dumont puisque j’en ai offert dans Comment la vérité et la réalité furent inventées, une explication fondée sur une évolution des représentations liée à des changements démographiques et au développement scientifique – et antérieure de plus d’un siècle (2009 : La naissance du sujet, pp. 262-268).

Et bien non, je ne vais pas vous parler de Paul Jorion mais d’un autre anthropologue : Louis Dumont. Lui aussi s’est penché sur l’économie en partant de l’expérience acquise dans ses travaux d’anthropologue. Ce qu’il a écrit, il y a plus de 30 ans, était très en avance sur son temps et, ma foi, fort intéressant. Louis Dumont (1911-1998) a réalisé des travaux anthropologiques portant principalement sur les sociétés de l’Inde. Elève de Marcel Mauss au sein de l’Institut d’Ethnologie, il travailla ensuite au Musée national des arts et des traditions populaires où il mena ses activités de recherche. En 1948, il part pour l’Inde du sud. Il rédigera en 1957 sa thèse d’État « Une sous-caste de l’Inde du Sud ». Il enseigne ensuite à Oxford et devient directeur d’étude à l’École pratique des hautes études où il crée le Centre d’études indiennes et fonde la revue Contribution to Indian sociology tout en faisant de nombreux séjours en Inde. S’appuyant sur ses études des systèmes de castes, il soutient que la relation hiérarchique forte des sociétés indiennes est la manifestation d’une transcendance au cœur de la vie sociale, mettant en évidence le caractère extérieur de ce qui fonde une société.

Continuer la lecture de QUAND UN ANTHROPOLOGUE S’INTERESSE A LA PENSEE ECONOMIQUE, par Alain Adriaens

Partager :
Email This Post Email This Post

Les Échos, L’ENTREPRISE FINANCIÈRE NE S’OCCUPE NI DE MORALITÉ NI DE PHILANTHROPIE, le 10 mars 2010

Un entretien avec Muryel Jacque : « L’ENTREPRISE FINANCIÈRE NE S’OCCUPE NI DE MORALITÉ NI DE PHILANTHROPIE »

A quoi attribue-t-on aujourd’hui l’émergence et le développement des bulles financières ?

Jusqu’à très récemment, la théorie orthodoxe économique considérait que les bulles n’existaient pas. Et des études, même assez récentes – avant le début de la crise – continuaient à essayer de le prouver. L’idée, c’est qu’il n’était pas possible de distinguer un prix spéculatif d’un prix fondamental (c’est à dire, fondé sur l’addition des différents éléments constituant le prix). Seuls certains Keynésiens avaient développé d’autres théories, en particulier la théorie des bulles de l’économiste américain Hyman Minsky dans les années 80. Quand la crise a éclaté, il est devenu impossible de dire que les bulles n’existaient pas, puisque la bulle était en train de se dégonfler devant tout le monde… Les théories de Hyman Minsky ont alors été remises au goût du jour. Chez lui, toute économie est soit dans un processus de création de bulle ou d’éclatement de bulle, en raison même de certains défauts du système capitaliste.

Croyez-vous que la nature humaine est à l’origine de la crise, comme l’a estimé l’ancien président de la Réserve fédérale Alan Greenspan ?

C’est une autre erreur de la science économique, liée à un a priori appelé individualisme méthodologique, de penser que rien ne se passe au niveau économique dont on ne puisse rendre compte simplement en additionnant les comportements individuels. Or, dans cette crise, les acteurs individuels, en suivant simplement leur propre intérêt, n’avaient pas la possibilité d’agir à un niveau global. J’ai travaillé dans une de ces entreprises au centre de la tourmente, qui a fini par disparaître, Countrywide. Lorsque les dirigeants – que je n’essaie pas d’exonérer car ils ont eu une attitude égocentrique et égoïste – se sont aperçus que l’entreprise périclitait, ils ont progressivement retiré leurs investissements. Ils n’ont pas essayé d’agir au niveau global. Ceci dit, ils n’en avaient pas la possibilité. Il fallait une concertation à un niveau plus élevé. C’est au niveau du gouvernement, et du Congrès ou du Sénat, et non au niveau individuel des dirigeants, qu’on aurait pu agir. Or, l’illusion d’Alan Greenspan et des économistes a été de croire que seul l’individu aurait pu faire quelque chose, le niveau global n’existant pas pour eux.

Goldman Sachs est soupçonné d’avoir aidé la Grèce à maquiller ses comptes. Quel est, selon vous, le rôle joué par les grandes banques mondiales dans la dérive de certains états ?

Goldman Sachs a effectivement proposé un arrangement à la Grèce ; les prospectus à valeur légale de ces opérations sont accessibles sur internet. Mais la responsabilité de la banque n’est pas là. En fait, l’industrie financière a, par une action de lobby, permis que ce type d’opérations soit autorisé par la Communauté européenne. Ainsi, il peut uniquement être reproché à Goldman Sachs d’avoir mis de l’argent dans le groupe de pression pour influencer les politiques. Il s’agit d’une entreprise financière, elle ne s’occupe pas de moralité. Elle n’est pas non plus dans la philanthropie. Elle décide au jour le jour des opérations rentables : aider la Grèce en 2002 est rentable, et parier sur la chute de la Grèce en 2010 l’est également. La finance ne fait pas de sentiment, mais du profit pour ses dirigeants, ses actionnaires et pour ses traders qui touchent des commissions. Cependant, en période de crise, ce que j’appelle l’extraterritorialité morale de la finance devient beaucoup plus visible car elle fait la une des journaux. Dans les périodes d’euphorie, l’absence de moralité apparaît en page 19 et l’on n’en parle pas.

Continuer la lecture de Les Échos, L’ENTREPRISE FINANCIÈRE NE S’OCCUPE NI DE MORALITÉ NI DE PHILANTHROPIE, le 10 mars 2010

Partager :
Email This Post Email This Post