Archives par mot-clé : insectes

Veille effondrement #87 – Le peuple de l’herbe, par Arkao

Les insectes sont en voie de raréfaction selon certaines études. Sans remettre en cause les résultats globaux, de fortes disparités régionales sont remarquables et sources d’optimisme. Si les grandes plaines vouées à l’agro-industrie tiennent le palmarès de l’effondrement de la biodiversité, il reste dans ce pays des espaces où l’équilibre entre les champs, les herbages, les forêts et les zones humides reste préservé. Les insectes « disparaissent », soit, mais encore faudrait-il s’y intéresser. Quand prend-on la peine d’y prêter attention ? Quand d’agaçants moustiques nous empêchent de dormir, quand des mouches viennent nous chatouiller la peau alors qu’on voudrait lire un livre tranquille à l’ombre d’un arbre, quand des guêpes s’invitent à table, allant du verre de bière à la tranche de melon, quand le vrombissement sourd d’un imposant frelon vient semer la panique chez les convives. Finalement, qui s’intéresse aux milliers d’autres espèces qui nous entourent ? Continuer la lecture de Veille effondrement #87 – Le peuple de l’herbe, par Arkao

Partager :

Basile, l’ami méditerranéen

Mon cher Basile Phasme,

Ou peut-être devrais-je dire « Bacille » ? il y a deux explications possibles à votre présence sur le mur de mon jardin : peut-être avez-vous lu le billet où j’offrais un havre aux dissidents de votre genre ? ou alors, c’est le réchauffement climatique !

Quoi qu’il en soit, bienvenue en Bretagne, cher ami méditerranéen !

Bacille 2

Continuer la lecture de Basile, l’ami méditerranéen

Partager :

Épitaphe pour les insectes, par rienderien

Billet invité. À propos de Mes respects, petit être !.

Quand vient se poser sur la page numérotée 255 du premier volume de A Treatise on Money de John Maynard Keynes, ouvert là devant lui, un petit insecte vert, Paul Jorion en est tout tourneboulé au point de lui présenter ses respects, en empathie eu égard à la destruction massive de ces espèces volantes, que nos drones tentent laborieusement d’imiter.

De ce monde qui disparaît, je me souviens quand enfant nous passions dans les prés et que jaillissaient dans nos jambes des milliers d’insectes.

Ce temps où faire quelques km en voiture couvrait le pare-brise d’insectes éclatés qu’il fallait gratter pour retrouver la visibilité.

Continuer la lecture de Épitaphe pour les insectes, par rienderien

Partager :

Mes respects, petit être !

Tu viens d’apparaître sur la page numérotée 255 du premier volume de A Treatise on Money de John Maynard Keynes, ouvert là devant moi.

Je ne sais pas qui tu es et je n’ai jamais vu personne de ton espèce, mais tout vert que tu sois, tu es indubitablement un hémiptère. Je sais seulement que tu fais partie d’une gent maudite et en voie d’extermination du fait de mes congénères à moi.

Tu es un dissident et donc chez moi, le bienvenu.

Si tu le peux, épargne les deux ou trois ouvrages du XVIIIe siècle qui sont là sur mes rayons. Mais si tu as très faim, ne te gêne pas : ta survie importe bien davantage que nos vieilles idées à nous, tes persécuteurs !

Partager :