Archives par mot-clé : Pablo Iglesias

LE FIL DE LA GRÈCE QUI EST TIRÉ, par François Leclerc

Billet invité.

La mise en œuvre du 3ème plan destiné à rouler la dette grecque est engagée sous des auspices incertaines. L’éclatement de Syriza domine la scène politique grecque, créant une forte inconnue lors des élections législatives qui devraient se tenir le 20 septembre prochain, ainsi qu’une instabilité gouvernementale potentielle pouvant contribuer à faire obstacle à sa réalisation.

Continuer la lecture de LE FIL DE LA GRÈCE QUI EST TIRÉ, par François Leclerc

8Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

UN LABORATOIRE AU RÉSULTAT INATTENDU, par François Leclerc

Billet invité.

Quel que soit le résultat de l’affrontement qui se poursuit, la Grèce ne s’est pas pliéE au jeu et n’a pas fait la démonstration qui était recherchée : son sort est en jeu, mais la politique européenne est remise en cause comme elle ne l’a jamais été. C’est tout du moins ce que les Italiens, Européens de la première heure, expriment clairement via leur gouvernement, disant tout haut ce que François Hollande préfère taire. Pier Carlo Padoan, le ministre des finances, a affirmé ce matin que la Grèce doit être aidée pour rester dans la zone euro mais aussi pour retrouver la croissance, succédant à Matteo Renzi qui avait auparavant élargi le débat.

Continuer la lecture de UN LABORATOIRE AU RÉSULTAT INATTENDU, par François Leclerc

37Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Fermez le ban, par Zébu

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Il y a un peu plus de 5 mois, on pouvait déceler, bien que de manière hypothétique, qu’une dynamique européenne pouvait se faire jour au travers d’un certain nombre de points d’accroches, de conflits potentiels ou de processus possibles.

5 mois plus tard, et sans que cela ne réduise non plus l’avenir en sens inverse, force est de constater que la dite dynamique européenne est rangée sur l’étagère des potentialités, celle déjà surchargée de toutes celles qui « auraient pu mais n’ont pas pu » depuis l’instauration d’un véritable régime de crise, laquelle suit désormais un régime de croisière : stable.

Stabilité est en effet le maître mot.

Continuer la lecture de Fermez le ban, par Zébu

52Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Pourquoi la gauche française s’est-elle fait voler le peuple ? L’entretien de Chantal Mouffe avec Pablo Iglesias, par Lazarillo de Tormes

Billet invité.

Un clip sous-titré de 6 minutes issu de l’interview récente de Chantal Mouffe par Pablo Iglesias en réponse au sentiment s’exprimant ici et là que Pablo Iglesias de Podemos n’intègre pas la France dans le scénario de conquête politique véhiculé dans son discours de Lisbonne. Au contraire, les cas de l’Italie et de la France sont des sujets d’intérêt – de frustration ? – pour un Iglesias qui, comme j’expliquais dans le billet sur ses tribulations new-yorquaises, a une vision de son engagement politique résolument post-national et de portée planétaire.

Dans cet extrait c’est donc le cas français qui est abordé dans la perspective de Chantal Mouffe. (Je me suis fait plaisir avec le « générique » 😉 : les cinéphiles reconnaîtront la bande originale du chef-d’oeuvre L’Arnaque de George Roy Hill avec Paul Newman et Robert Redford).

Continuer la lecture de Pourquoi la gauche française s’est-elle fait voler le peuple ? L’entretien de Chantal Mouffe avec Pablo Iglesias, par Lazarillo de Tormes

68Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Carnets de voyage de Pablo Iglesias à New-York, de Democracy Now ! à Wall Street, par Lazarillo de Tormes

Billet invité.

« Le hasard c’est Dieu qui se promène incognito » disait Albert Einstein. Dans ce billet il sera question des promenades de Pablo Iglesias dans la Grande Pomme. Ni les actes posés, ni les personnes rencontrées ne sont le fruit du mystère ou de l’aléa, à commencer par la dichotomie que symbolise New York, épicentre planétaire de la finance folle et berceau du mouvement Occupy. On peut imaginer, sachant ce qu’a représenté le mouvement 15M dans la genèse de Podemos, que cette occurrence ne soit pas anodine aux yeux d’Iglesias.

Pour une perspective plus large, il peut être pertinent de faire un crochet par La carte secrète d’Alexis Tsipras et de remettre sur le métier la question du rôle qu’assumeront États-Unis dans ce que l’on nomme communément sur ce blog « le grand tournant ». La question de savoir à quels États-Unis nous aurons affaire ces prochaines années se pose. Car si les options qui se profilent pour la présidentielle de 2016 semblent peu excitantes en matière d’innovation, nous vivons dans un monde qui bouge de plus en plus vite et force à des repositionnements constants.

Continuer la lecture de Carnets de voyage de Pablo Iglesias à New-York, de Democracy Now ! à Wall Street, par Lazarillo de Tormes

6Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

La démocratie en euro selon Keynes, Piketty appuie Podemos et Syriza, par Pierre Sarton du Jonchay

Billet invité.

Comment le projet économique pour les gens de Podemos est la seule chance de sauver la zone euro de sa déréliction libérale. Comment Syriza peut négocier un programme européen de démocratie financière dès dimanche prochain.

Le complot libéral européen

Thomas Piketty, l’auteur internationalement réputé du capital au XXIème siècle, a été interrogé par Pablo Iglesias Turrion récemment élu secrétaire général du mouvement de rénovation politique espagnole Podemos. A travers le problème du capital et de sa réalité historique sur la longue durée, Piketty rétablit la possibilité d’une causalité réciproque explicite entre l’économie réelle des sociétés humaines et la politique de la démocratie. L’économiste français tient sur la même ligne que Podemos un discours alternatif de l’unité européenne qui ne soit pas celui de la religion féroce. A la déréliction économique et politique assénée à l’Espagne dans une zone euro mise en faillite par les subprimes, Piketty et Podemos opposent la construction possible et nécessaire d’une démocratie de l’euro.

Continuer la lecture de La démocratie en euro selon Keynes, Piketty appuie Podemos et Syriza, par Pierre Sarton du Jonchay

30Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

NOS ÉDILES PRIS À LEUR PROPRE PIÈGE, par François Leclerc

Billet invité.

Ils se sont précipités pour réagir à la convocation des élections législatives, et on se demande bien pourquoi si ce n’est pour mieux souligner leur inquiétude. Sans attendre, Matteo Renzi a nié toute possibilité de contagion à l’Italie, coiffant au poteau le commissaire européen socialiste Pierre Moscovici qui n’a pas hésité à appeler les électeurs grecs à soutenir les réformes « favorables à la croissance », dans un bel effort de distorsion des enjeux. Puis le FMI a donné les grandes orgues, en annonçant la suspension de son aide jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement, et Wolfgang Schäuble a réitéré son injonction à ce que la Grèce poursuive les réformes engagées, on ne pouvait moins attendre.

En chutant, la bourse grecque a traditionnellement manifesté la crainte des milieux d’affaires, la hausse d’un point du taux obligataire grec n’ayant pas la même portée, vu que le gouvernement grec est de toute manière coupé des marchés financiers, vu également le faible volume des échanges sur le marché secondaire. Mais le calendrier qui se présente désormais recèle d’autres dangers : c’est à la fin février au plus tard qu’un accord devra être trouvé avec la Troïka afin de débloquer le dernier versement de 7,2 milliards d’euros de l’aide accordée, et les autorités européennes comptent sur cette échéance pour influencer les électeurs lors des élections du 25 janvier prochain, si la date est retenue, ou par défaut amener un gouvernement Syriza issu de celles-ci à résipiscence. Ce qui explique dans les deux cas son choix par Antonis Samaras.

Continuer la lecture de NOS ÉDILES PRIS À LEUR PROPRE PIÈGE, par François Leclerc

27Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail