Archives par mot-clé : querelle des futurs contingents

Journée d’étude « Science-fiction, religion, théologie », « Prédestination et futurs contingents chez Philip K. Dick », le 21 avril 2021

Le 21 avril aura lieu à l’Université catholique de Lille, une journée d’étude « Science-fiction, religion, théologie ». Vous trouverez ici l’appel à communications.

Voici un résumé de ce que j’y dirai.

« Prédestination et futurs contingents chez Philip K. Dick »

Parmi les auteurs classiques de science-fiction, l’Américain Philip K. Dick (1928-1982) est l’un des très rares à mentionner expressément la théologie parmi les thèmes qu’il entend couvrir, et le seul à ma connaissance à avoir consacré un roman exclusivement à des thèmes théologiques : La transmigration de Timothy Archer (1982), même si, exceptionnellement dans son œuvre, ce texte ne relève pas à proprement parler du genre science-fiction puisqu’il s’agit d’une transposition à peine voilée de la vie de l’évêque épiscopalien James Pike [1913-1969], accusé d’hérésie de son vivant, et qui fut à une époque le propre beau-père du romancier. Le fait cependant que ce roman ait été écrit alors que Dick se savait en fin de vie a conduit la plupart des commentateurs à le considérer comme son testament spirituel. La transmigration de Timothy Archer ne fait par ailleurs que rassembler en un texte unique des thèmes que l’on retrouve en de nombreux endroits de l’œuvre de Dick, tels que 

Continuer la lecture de Journée d’étude « Science-fiction, religion, théologie », « Prédestination et futurs contingents chez Philip K. Dick », le 21 avril 2021

Partager :

Que peut-on savoir du réel ?, le 23 décembre 2020 – Retranscription

Retranscription de Que peut-on savoir du réel ?, le 23 décembre 2020. Bonjour, nous sommes le 23 décembre 2020 et…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Lille, École Psychanalytique des Hauts-de-France, “Les robots appellent ‘capteurs’ leur inconscient”, le 23 novembre 2019 – Retranscription

Ouvert aux commentaires. https://www.pauljorion.com/blog/wp-content/uploads/Inconscient-Robot-PJorion.mp3 N.B. Je cite un Scolastique en disant “Grégoire de Rimini”, au lieu de “Guillaume de Sherwood”.

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

CRISE FINANCIÈRE ET LOGIQUE DE LA PRÉDISPOSITION

Ce texte a été présenté le 5 septembre 2009 au colloque “Parier sur l’incertitude”, organisé à Bruxelles par Dominique Deprins.

La représentation de l’incertitude en finance a joué un rôle essentiel dans le déclenchement-même de la crise qui débuta en 2007 et dont les différentes phases ne cessent d’évoluer, chacune apportant son nouveau lot de mauvaises surprises. Contrairement à ce qui a pu se passer lors de crises précédentes, et en particulier dans le cas de la chute de la compagnie Enron, spécialisée dans le commerce de l’énergie, et qui fut l’un des épisodes les plus hauts en couleur de la crise des startups, la fraude n’a pas joué cette fois-ci un rôle majeur dans l’origine de la crise. Il en va tout autrement de la modélisation des produits financiers et de la qualité des modèles économiques, qui ont elles joué un rôle déterminant, tout particulièrement pour ce qui touche à leur prétention importune à parler de l’avenir avec certitude.

Avant d’aller plus loin, je voudrais situer plus précisément ma propre implication dans les faits dont je vais parler : je ne suis ni mathématicien ni économiste de formation, mais anthropologue et sociologue, j’ai appris la finance sur le tas au cours des dix-huit années d’une carrière d’ingénieur financier menée d’abord en Europe, puis aux États-Unis, durant laquelle j’ai créé des modèles financiers utilisés pour la plupart dans l’industrie du crédit ; à la fin de ma carrière, j’étais un spécialiste reconnu de la validation des modèles financiers.

Continuer la lecture de CRISE FINANCIÈRE ET LOGIQUE DE LA PRÉDISPOSITION

Partager :