Archives par mot-clé : Ronald Coase

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 7 AOÛT 2015 – (retranscription)

Retranscription de Le temps qu’il fait le 7 août 2015. Merci à Olivier Brouwer !

Bonjour, nous sommes le vendredi 7 août 2015. Et sur le blog, et dans les vidéos que je fais, on parle, ces semaines récentes, on parle un peu moins de la Grèce qu’on ne l’a fait ces mois derniers. C’est parce qu’il y a une activité plus lente : il y a des négociations.

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 7 AOÛT 2015 – (retranscription)

Partager :

Les affaires, c’est dans tous les cas de figure, un bras de fer !

jorion

Les lecteurs du blog qui m’écrivent, soit pour me blâmer, soit pour me féliciter, d’avoir écrit un livre à paraître à la gloire de Keynes-l’économiste, auront une désagréable surprise : Keynes apparaît sous ma plume comme un économiste de plus à s’être révélé incapable de lire les rapports de force au sein des mécanismes économiques. Marx l’a fait bien entendu, mais a malencontreusement voulu en exonérer la formation des prix. C’est Aristote seul qui, en son temps, a fait du rapport de force entre acheteur et vendeur l’essence-même du prix. Keynes a lui malencontreusement extrapolé ses cogitations de boursicoteur et de spéculateur en modèles de la formation du prix ou du taux d’intérêt, oubliant qu’il y a quelqu’un en face qui voudra que le prix ou le taux lui soit plus favorable que celui qu’escompte Maynard en tant qu’acheteur ou vendeur, en tant qu’emprunteur ou prêteur. « Maynard ! T’es pas tout seul ! T’as oublié qu’il s’agit dans les affaires et dans tous les cas de figure, d’un bras de fer ! »

Continuer la lecture de Les affaires, c’est dans tous les cas de figure, un bras de fer !

Partager :

Trends – Tendances, « … Chez ces gens-là, Monsieur, on ne cause pas : on compte », jeudi 4 juin 2015

Nous devons à Ronald Harry Coase (1910–2013), Prix Nobel d’économie en 1991, l’idée que si nous voulons résoudre les problèmes écologiques causés par le sans-gêne de notre espèce à la surface du globe, il faut privatiser le peu de biens communs qu’il nous reste encore : en poursuivant leur intérêt, les entreprises se chargeront de remettre les choses en ordre, bien mieux que la bonne volonté brouillonne des États cherchant à résoudre les problèmes qui se posent à coups d’interdictions, lesquelles finissent par faire plus de tort que de bien, les conséquences non-maîtrisées des meilleures intentions du monde étant en nombre potentiellement infini.

Continuer la lecture de Trends – Tendances, « … Chez ces gens-là, Monsieur, on ne cause pas : on compte », jeudi 4 juin 2015

Partager :

Le Monde / L’Écho, Envisager les choses d’un point de vue commercial uniquement, le mardi 9 juin 2015

Envisager les choses d’un point de vue commercial uniquement 

Un extra-terrestre écrira-t-il un jour, parlant de nous, qu’une espèce s’était retrouvée confrontée à son extinction, qu’elle en fut pleinement consciente mais se découvrit tragiquement mal outillée pour faire face à une telle échéance, ses dirigeants considérant que le défi pharaonique dressé devant elle ne pouvait être relevé qu’en envisageant la question d’un point de vue purement commercial ?

Continuer la lecture de Le Monde / L’Écho, Envisager les choses d’un point de vue commercial uniquement, le mardi 9 juin 2015

Partager :