Archives par mot-clé : Santa Monica

« The Doors » and Me

D’avoir un jour eu une longue conversation avec le patron du restau en face du 17 rue Beautreillis (4e), qui se souvenait de Jim (j’habitais à deux pas : rue Saint-Paul).

D’avoir pris à de nombreuses reprises le Blue Bus pour me rendre de chez moi à Santa Monica à l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA) où j’étais membre du groupe de recherche Human Complex Systems, et de savoir ainsi que le Blue Bus n’était pas – comme il a beaucoup été avancé – une hallucination psychédélique mais le bus bleu constituant le moyen d’accès direct à la plage pour les étudiants de UCLA.

D’avoir hanté les « cafés de la plage » favoris des Doors à Venice Beach, tout particulièrement à l’heure du déjeuner de 2007 à 2009, entre mon licenciement par Countrywide Financial, pour cause de décès dû à la crise des subprimes, et mon retour en France, alors que je vivais aux crochets du contribuable US, ou plutôt quand je récupérais une partie des charges dont je m’étais consciencieusement acquitté avant que le secteur du prêt immobilier ne rende l’âme belly up (intraduisible).

Partager :

Santa Monica, hier et aujourd’hui

Les deux vidéos ont été tournées au même endroit : « The Promenade » = 3d Street à Santa Monica, une artère commerçante piétonnière dans cette petite ville jouxtant Los Angeles en bordure d’Océan Pacifique (« Greater Los Angeles »).

La première vidéo, tout le monde la connaît.

La seconde vidéo a été tournée au même endroit hier.

P.S. J’ai habité Santa Monica de 2004 à 2009. C’était une période extrêmement heureuse de ma vie, mais je vous demande une faveur : ne dites pas dans vos commentaires, aussitôt que je mentionne la Californie dans mes billets (même si vous avez lu Mes vacances à Morro Bay 😉 ), que j’exprime ma nostalgie : c’est ma colère que j’essaie de communiquer aujourd’hui.

Partager :

LA SORTIE DE SANTA MONICA

Me promenant un jour dans mon nouveau quartier, tout au début de mon séjour à Santa Monica (j’y habiterai cinq ans), je suis passé devant une grosse villa qui ne se distinguait pas de ses voisines si ce n’est par quelques signes très discrets (on est très pudique en Amérique sur ces choses-là) indiquant qu’il s’agissait en réalité d’un crématorium.

Je me souviens m’être dit avec une certaine satisfaction : « C’est donc ici la sortie de Santa Monica ! »

Comme si mon inconscient avait eu le souci depuis mon arrivée, de découvrir où se trouvait la porte de sortie de Santa Monica.

La conscience se dit : « Je suis arrivé ici à pied, à cheval ou en voiture, plus un camion de déménagement, et c’est donc comme cela que j’en repartirai ! »

L’inconscient, qui n’est pas un benêt lui, sait que la plupart des habitants d’un lieu ne le quittent pas précédés d’une tapissière, et est content de savoir où se trouve la véritable sortie.

most-famous-places-in-california-santa-monica

Partager :