Archives par mot-clé : servage

De la vie d’artiste au Turc mécanique, par Max Berthy

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Graphiste freelance de la gomme et du crayon et autres pinceaux depuis 1973, j’avais sauté en 1985 sur la Pomme de Cupertino en me saignant pour ma première bête de course : un Mac SE.
Une drôle de boîte à chaussure munie d’une poignée, dépourvue de disque dur dont le Système d’exploitation était tout entier contenu dans une disquette de 650 Ko…

Continuer la lecture de De la vie d’artiste au Turc mécanique, par Max Berthy

Partager :

La démocratie est-elle enchaînée face à la finance ?

Ma communication au Colloque international LA DÉMOCRATIE ENRAYÉE ? à l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, le 31 mai 2013.

L’anthropologie sociale britannique dont j’ai eu l’honneur à une époque d’être l’un des représentants, et dont je défends toujours les valeurs méthodologiques faites d’une combinaison équilibrée de rigueur et de bon sens aristotélicien, demande que quand il est question des phénomènes relevant de l’humain, une explication, pour mériter ce nom, doit pouvoir rendre compte des faits observés aussi bien en termes de personnes, d’acteurs humains composant les sociétés auxquelles nous appartenons, qu’en termes d’institutions procurant à ces sociétés humaines le cadre au sein duquel elles peuvent fonctionner, en assurant autant que faire se peut le bonheur de leurs membres.

De même que le comportement des abeilles explique la structure hexagonale des alvéoles composant les rayons en raison de la manière dont elles les ont construits, assemblées en grand nombre et battant simultanément des ailes, et explique ensuite celle de la ruche toute entière, c’est celle-ci qui en vient à expliquer, par un effet en retour, ce que sont précisément les abeilles. L’activité des hommes, qu’elle soit routinière, d’ordre réflexe, ou bien délibérée, déterminée par un calcul mené à son aboutissement, explique la forme qu’ont prises les institutions humaines. Le comportement des êtres humains s’explique ici aussi, en retour, par la manière dont sont faites ces institutions. Le rapport entre les deux est dialectique : sous la forme d’une détermination réciproque où les individus vivent leurs institutions comme un sentiment qu’ils éprouvent, et ce sont ces sentiments qui, en réaction à la manière dont les institutions les modèlent, remontent ensuite, de l’individu à la structure, en s’agrégeant pour définir la dynamique qui exercera sur ces institutions une contrainte et les fera évoluer de manière à ce que s’efface toute pression inacceptable qui se sera exprimée comme insatisfaction éprouvée ou comme ressentiment, c’est-à-dire en tant que « sentiment ».

Continuer la lecture de La démocratie est-elle enchaînée face à la finance ?

Partager :

UNE SOCIETE AUX ORDRES, par Bertrand Rouziès-Léonardi

Billet invité

Les trois ordres. Aldobrandino de Sienne, Li Livres dou santé, France du Nord, vers 1285.

C’est durant le Moyen Âge, du VIIIe au XVe siècle, que s’élabore la notion de travail dans sa signification moderne d’« association de l’homme et de l’outil » (Jacques Le Goff). L’ancien français réserve cependant le mot travail au tourment en général (latin tripalium, « instrument de torture), plutôt celui qu’on inflige, d’ailleurs, que celui qu’on endure, et appelle notre travail labor, labeur, pénibilité incluse, ce labeur-là étant surtout celui du retourneur de glèbe. On distingue alors trois types dans la classe des travailleurs : le type du laborator proprement dit, le paysan, celui qui peine (l’écrasante majorité de la population), le type de l’artifex, l’artisan, celui qui exerce un métier (ars), l’operarius, le type de l’ouvrier, celui qui crée une œuvre (opus). Le travail, jamais tout à fait délesté de son substrat pénitentiel, étayé en partie par l’étymologie [1], est réhabilité au XIe siècle par Adalbéron, évêque de Laon, dans son Poème au roi Robert, qui décompose la société en trois ordres fonctionnels ou ordines (voir les fonctions tripartites indo-européennes étudiées par Georges Dumézil) : celui des oratores (ceux qui prient), celui des pugnatores ou bellatores (ceux qui combattent), celui des laboratores (ceux qui travaillent). Pénétrés que nous sommes de l’idéal républicain, qui nous fait voir la société féodale comme un régime d’abus de pouvoir, un regnum impitoyable aux plus faibles, nous nous représentons les échanges symboliques entre les trois ordres sous l’aspect d’un triangle dont l’angle sommital serait occupé par les oratores et les bellatores, forcément d’infâmes exploiteurs, et la base, par les laboratores, un ramas d’esclaves et de demi-esclaves cassés en deux sur leurs outils. Ce triangle illustre une rupture de contrat qui s’est effectivement produite (pas partout ni automatiquement), la faute aux tribulations antiques de la dette [2], mais qui s’est peu à peu résorbée par la suite, pour revenir aux formes contractuelles initiales, le roi s’instituant en recours en cas de litige.

Continuer la lecture de UNE SOCIETE AUX ORDRES, par Bertrand Rouziès-Léonardi

Partager :