Archives par mot-clé : structuralisme

Rousseau et Lévi-Strauss – Texte sauvé des eaux…

Je vais le relire et je verrai si cela mérite d’apparaître ici en feuilleton.

Voici en tout cas le début.

L’HOMME, L’ESPÈCE, LA NATURE et L’HISTOIRE

Une étude structurale de la pensée de Jean-Jacques ROUSSEAU

« Tu chercheras l’âge auquel tu désirois que ton Espèce se fût arrêtée. » J. J. Rousseau III 133

C’est de Rousseau aujourd’hui qu’il fallait parler. Le grand psychosomatique s’éloigne et ses interrogations où nous reconnaissons cependant les nôtres nous paraissent fort âgées.

Tant il est moins simple de vivre en 1972.

Continuer la lecture de Rousseau et Lévi-Strauss – Texte sauvé des eaux…

Partager :

Les grands courants en anthropologie (cours en préparation)

L’anthropologie comme science de l’homme apparaît dans le sillage de

1° ces relations dont les Grecs et les Romains ensuite étaient friands sur les peuples « barbares » à leurs portes ;

2° les récits de voyageurs, du temps de Marco Polo en Chine (XIIIe -XIVe siècles), au XVIIIe siècle.

Linné au XVIIIe siècle avait situé l’homme parmi les autres espèces, ouvrant ainsi la voie à une classification des humains selon leurs « variétés », lesquelles étaient appelées « races ». Blumenbach en fit le premier inventaire à la toute fin du XVIIIe siècle.

Continuer la lecture de Les grands courants en anthropologie (cours en préparation)

Partager :

Vidéo – Sir Edmund Leach et moi ou « Comment résoudre des casse-tête sans convaincre personne »

Ouvert aux commentaires. Paul Jorion, « Matrilateral cross-cousin marriage in Australia », Social Science Information, Vol. 32 N°1 March 1993

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Ars Industrialis reçoit Paul JORION et Geert LOVINK, le 21 mai 2016

Ars Industrialis et Bernard Stiegler invitent Paul Jorion et Geert Lovink, sur le thème : PENSER ET AGIR LA PUISSANCE EN FRANCE, EN EUROPE ET DANS L’INTERNATION au XXIè siècle

Dans la matinée, Bernard Stiegler interrogeait Frédéric Lordon.

Partager :