Archives par mot-clé : temps

LE CONCEPT DU « BON TEMPS », par Jean-Luce Morlie

Billet invité.

Le pivot de la pensée d’Attali dans La voie humaine (2004) est de donner de l’épaisseur au temps, aussi son projet me paraît-il offrir des mesures très concrètes pour la résolution de l’hubris moderne. Attali écrit : « La seule façon d’en sortir, pour le salarié » est de … « trouver assez de plaisir dans un travail pour qu’il constitue en soi sa propre rémunération ». Comme le souligne par ailleurs Jeanne Favret-Saada, l’éducation aux limites est inhérente à l’élevage des petits d’hommes dans toutes les formes de société, mais la forme moderne du « désir illimité » diffère, je le crois, de ce qu’il fut dans d’autres sociétés, cela parce que notre désir de repousser toujours plus les limites est engendré par l’insatisfaction générée par nos modes de vie au présent. Ce sera mieux, plus beau et plus fort encore demain, puisque malgré tous nos efforts, chaque aujourd’hui alors même que toujours plus remplis, ne laisse qu’un goût de cendre.

Parallèlement, le thème de l’homme dépassé par l’hubris machinique (l’effet skynet de Paul Jorion) peut être abordé de façon dynamique, semblable à la décroissance, soit, décroître lorsque cela paraît nécessaire et croître, lorsque cette possibilité est utile : « battre en retraite », fixer des limites à l’invention de l’espèce humaine scellerait son destin de cloporte. – La question n’est pas tant la limite de la complexité, mais la maîtrise de la complexité et dont la limitation de la complexité, la simplification, n’est qu’une voie d’approche –

Continuer la lecture de LE CONCEPT DU « BON TEMPS », par Jean-Luce Morlie

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

MISE EN DEMEURE, par Un Belge

Billet invité.

Hier, dans un échange de mails avec une amie, j’ai utilisé les mots « mise en demeure ». Rien d’agressif de ma part : nous écrivions un texte à quatre mains et ces mots ont surgi au milieu d’une phrase. Je voulais dire « injonction à prendre enfin nos responsabilités », et c’est « mise en demeure » qui est sorti. Mon amie s’est arrêtée sur l’expression, qui renvoyait pour elle à de mauvais souvenirs très concrets. Je me suis arrêté aussi, intrigué par l’apparition dans mon vocabulaire de cette expression d’huissier de justice. Décidément, me suis-je dit, la crise fait des ravages, jusque dans ma façon d’écrire.

Le soir même, intrigué, j’ai ressorti mon Dictionnaire Historique de la Langue Française. Je savais que dans ce cas précis, « demeure » ne signifie pas « maison », mais « le fait de demeurer, de rester un certain temps là où on se trouve ». Par exemple, « Il y a péril en la demeure » ne signifie pas « Il est dangereux de rester dans cette maison », mais « Si rien ne change, on va douiller ». Dans le dictionnaire, j’apprends que l’expression «  Mettre en demeure » signifie exactement « Mettre dans une situation où l’on est responsable de son retard ».  Nous y voilà…

Continuer la lecture de MISE EN DEMEURE, par Un Belge

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail