AVIS AUX BRUXELLOIS !, le samedi 20 février 2016 à 18h

Devant le succès de la formule (… et ce n’est pas un vain mot), nous nous réunirons une fois de plus le samedi 20 février à partir de 17h30 au café Le Vicomte, 1 rue du Bourgmestre, au coin de la chaussée de Boondael à Ixelles, à un bloc (« pâté de maisons ») du boulevard général Jacques. Le fameux « spaghetti Vicomte » sera disponible à 19h30 pour ceux qui souhaiteront bénéficier de ce plat délicieux (avec ou sans viande !)

Partager

APPEL DE JANVIER 2016

L’appel mensuel de 1 500 € a été atteint le dimanche 31 janvier à 18h26. Merci à vous pour votre mécénat citoyen que vous nous renouvelez sans faillir depuis sept ans !

Je reçois souvent des mails me disant : « Personne ne parle de ceci ! » et je réponds alors à la personne, soit « Il s’agit d’un canard de la toile complotiste, ignorez ! », soit « Regardez mieux : Le Blog de Paul Jorion en parle et en a déjà parlé ! »

Et nous ne manquons pas de nouvelles ambitions : guettez Le temps qu’il fait d’aujourd’hui pour une annonce inattendue mais qui fera très plaisir à la plupart d’entre vous !

Partager

DES PROMESSES À NE PAS TENIR, par François Leclerc

Billet invité.

Sans en percevoir encore toutes les implications, nous sommes de plain-pied dans la société de contrôle et de surveillance, comme l’a révélé Edward Snowden. Ce qui a été justement traduit par Julian Assange comme signifiant la fin de toute vie privée. En dépit de protestations qui n’ont eu qu’un temps et sont restées sans effet, ces incursions se poursuivent et s’approfondissent, créant autant de faits accomplis.

Continuer la lecture de DES PROMESSES À NE PAS TENIR, par François Leclerc

Partager

APPEL DE DÉCEMBRE 2015

L’objectif 1 500 € a été atteint le 29 décembre à 10h02.

Créé en février 2007, le blog s’est concentré tout d’abord sur les questions financières qui constituaient alors l’urgence. Depuis, il a rendu compte de l’urgence partout où celle-ci se manifeste. Il s’agit aujourd’hui aussi de la robotisation, de la « singularité », de l’environnement, du désordre climatique, de l’hyper-surveillance, de la dérive sécuritaire, et de l’irrésistible remontée des vieux démons. Espérons que d’autres nous rejoignent sur ces terrains de l’urgence. Quoi qu’il en soit, nous serons toujours là.

Merci pour votre mécénat citoyen !

Partager

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 4 DÉCEMBRE 2015 – (retranscription)

Retranscription de Le temps qu’il fait le 4 décembre 2015. Merci à Olivier Brouwer !

Caricature 2010

Bonjour, nous sommes le vendredi 4 décembre 2015. Et hier, j’ai rédigé un billet qui s’appelait : « Passer à la suite », où je faisais deux constatations.

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 4 DÉCEMBRE 2015 – (retranscription)

Partager

LES RÉFUGIÉS CES INTRUS, par François Leclerc

Billet invité.

Une ligne de défense s’organise afin de contenir les réfugiés, en attendant que les Turcs bouclent leur frontière maritime avec la Grèce. Les Bulgares poursuivent l’installation d’une clôture munie de caméras et de détecteurs de mouvement le long de leur frontière avec la Turquie, et le gouvernement grec s’est finalement résolu à confier à l’agence européenne Frontex « l’identification et l’enregistrement » des réfugiés à la frontière avec la Macédoine, devant la menace d’être suspendu de Schengen.

Continuer la lecture de LES RÉFUGIÉS CES INTRUS, par François Leclerc

Partager

L’EUROPE SE DÉLITE, par François Leclerc

Billet invité.

La succession de la crise de l’euro et de celle de Schengen, ces deux piliers de la construction européenne, fait des ravages de tous ordres, et ce n’est que le commencement. Le nez sur les obstacles qu’ils rencontrent, ou parfois créent eux-mêmes, les dirigeants européens improvisent dans le désordre et ne maîtrisent pas grand-chose, ne semblant même pas avoir le souci de reprendre l’initiative, comme dépassés. Quel spectacle !

Continuer la lecture de L’EUROPE SE DÉLITE, par François Leclerc

Partager

Jorion jette l’éponge… Quel con, ce Jorion !, par Olivier Hofman

Billet invité. P. J. : Pas très aimable, le Olivier Hofman : « Qu’est-il à apprécier chez un type qui ne s’est jamais battu réellement… », « ce mec qui n’a jamais voulu vaincre que sans périls… », mais il me donne une idée : raconter l’histoire de ma vie, pour l’obliger à revoir ses jugements à l’emporte-pièce ! 😀

Bonjour,

Et hop ! Il l’annonce sur son blog ce matin, Paul Jorion jette l’éponge… Raisons : il n’a pas su sauver le monde, expliquer ce qui se passe est vain, il va donc nous expliquer comment vivre après l’effondrement… Quel con, ce Jorion ! Et là, je suis furax !

Continuer la lecture de Jorion jette l’éponge… Quel con, ce Jorion !, par Olivier Hofman

Partager

Passer à la suite

J’ai reproduit tout à l’heure sur le blog un commentaire de Joan Robinson relatif à son mentor :

Le principal problème de Keynes était qu’il était un idéaliste. Il pensait qu’aussitôt que les gens auraient compris sa théorie, auraient compris comment le système capitaliste fonctionne véritablement, ils se comporteraient de manière raisonnable et géreraient le système de telle sorte que des effets positifs en résultent, et en particulier un niveau d’emploi élevé et stable. […] Keynes était un innocent qui croyait qu’une théorie intelligente prévaut sur une autre qui est stupide. Mais il va de soi que dans le monde réel l’impact d’une politique ne découle pas d’une compréhension intelligente de l’économie mais du jeu des intérêts particuliers et du désir de défendre le capitalisme contre les courants de pensée radicale de chaque époque.

J’ai fait de cette citation le centre de l’épilogue de mon Penser tout haut l’économie avec Keynes (2015), dont la question qui l’ouvre est : « Quel pourrait être l’impact d’un livre comme celui-ci ? »

Ce sont bien entendu un « idéalisme » et une « innocence » comparables à ceux de Keynes qui m’ont conduits à lancer mon blog le 28 février 2007. J’imaginais qu’expliquer « comment cela marche vraiment » aurait un impact sur la manière dont les choses se dérouleraient par la suite. Je souscrivais au credo de Keynes : « obtenir des résultats en disant la vérité violemment et brutalement, cela finira par marcher, même si c’est avec lenteur ».

Le blog aura neuf ans en février prochain et ces neuf années m’ont convaincu de la vanité du projet. Je conclus ma chronique à paraître la semaine prochaine dans Le Monde et dans L’Écho par ces mots : « Hegel a attiré notre attention sur le fait que nous, peuples et gouvernements, n’apprenons rien de l’histoire. La raison en est désormais connue : c’est que cela contreviendrait aux intérêts de la Banque. »

Le pire que l’on pût imaginer en septembre 2008 si aucun enseignement n’était tiré, c’était la guerre, or elle est à nos portes, si ce n’est déjà dans nos demeures. Et la démocratie, mise au rancart à une vitesse qui même moi me surprend.

J’ai écrit sur ce qu’il faudrait réformer dans la finance et dans l’économie et comme rien ne se passait j’ai entrepris la rédaction d’un ouvrage sur l’effondrement devenu du coup inéluctable, intitulé Le dernier qui s’en va éteint la lumière, à paraître en 2016. J’y écris :

Bien sûr, le risque existe que ce soient seulement les robots qui sachent un jour que ce sont nos « z’élites » qui auront empêché que l’on sauve l’espèce en amorçant le Grand Tournant tant qu’il en était encore temps. Il sera évidemment rapporté dans les livres que les robots écriront et qu’ils liront eux-mêmes, qu’il y avait bien quelques Cassandre isolé(e)s, rencontrant un succès d’estime, pour gueuler jusqu’au bout parce qu’ils s’opposaient à ce que cela se termine de cette manière minable, et pour une raison qu’ils peinaient à justifier à l’aide d’arguments robustes et rationnels, mais qui était une sorte d’attachement sentimental au genre humain : parce que les gens qu’ils aimaient bien en faisaient partie tout comme eux-mêmes. C’est tout.

J’y écris aussi :

Si j’échoue ici : si je convainc seulement ma lectrice ou mon lecteur que l’aventure est terminée, j’espère lui avoir au moins apporté au passage la consolation : avoir rassemblé des éléments qui lui auront permis, à titre personnel, de faire le deuil de l’espèce humaine, une aventure qui, quoi qu’on en pense au bilan, aura marqué l’histoire de l’univers. Il y a tant de planètes en effet où il ne se passe rien de fort intéressant.

J’estime avoir fait ce que j’ai pu, même si cela devait s’avérer rétrospectivement, insignifiant. La fonction du blog à mes yeux était d’amorcer et de faciliter un Grand Tournant. Dans cette fonction, il a échoué : l’effondrement a lieu sous nos yeux et l’intérêt qu’il pourrait y avoir à continuer d’en faire la chronique quotidienne, me semble loin d’être évident.

L’extinction est probable mais comme le rappelle la sagesse populaire : « le pire n’est jamais sûr », et comme notre espèce a toujours été au mieux de sa forme quand il s’agissait de rebâtir sur des décombres, je vais consacrer le temps qu’il me reste à penser l’après-effondrement. Je vous tiendrai au courant, par un moyen ou un autre.

Partager

L’empêchement de soi pour la paix est à l’origine de notre humanité, par Stéphane-Samuel Pourtalès

Billet invité.

Les fantômes dans nos cerveaux s’éloignent, lorsque nous nous remémorons ce que nous avons tous entendu dans notre enfance. Tous, sur la planète, terroristes compris : « Tu es plus fort que ton petit frère. Il t’embête, mais tu ne dois pas frapper ton petit frère ». S’empêcher : c’est là l’origine de la première éducation, sous toutes les latitudes. C’est une des origines de notre vieille humanité, qui se réinvente à chaque génération. S’empêcher, sans dogme à cet âge, pas pour une religion ou une prescription moralisante. Simplement pour que la communauté humaine puisse exister. Exactement le contraire de ce qui semble régir le monde, la sarabande orgiaque des bouffeurs de planète, des bouffeurs de sang et des bouffons des « lois » capitalistes.

Continuer la lecture de L’empêchement de soi pour la paix est à l’origine de notre humanité, par Stéphane-Samuel Pourtalès

Partager

Le Blog de PJ : Le blog où l’on parle des choses qui se passent vraiment !

Avez-vous remarqué que l’on parle sur le Blog de PJ des migrations qui changent en ce moment la face de l’Europe ? Que l’on y parle du Portugal ?

Ainsi que du soliton ? destruction irréversible de l’environnement, réchauffement climatique délirant, informatique dépassant de manière incontrôlée notre compréhension et notre maîtrise et mettant en place un État policier up to date, système financier et économique à bout de souffle et en bout de course ?

Heureux les historiens (robotiques, bien entendu) du XXIIe siècle, qui éplucheront Le Blog de PJ : Le blog où l’on parle des choses qui se passent vraiment !

Partager

Du 7 au 10 novembre, à Bruxelles et Nantes

Samedi 7 novembre à 18h, au Vicomte, les Amis du Blog de Paul Jorion se réunissent à Bruxelles

Dimanche 8 novembre à midi, à la Quincaillerie des Temps présents au 6 de la rue du Viaduc à Bruxelles

Lundi 9 novembre à 18h, à l’Université Libre de Bruxelles, Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains : « Qu’est-ce qui distingue une approche « anthropologique » de la finance ? »

Mardi 10 novembre à 20h, à l’École de gestion Audencia à Nantes : « Quel monde demain ? »

Partager

AVIS AUX BRUXELLOIS !, le samedi 7 novembre 2015 à 18h

Devant le succès de la formule (… et ce n’est pas un vain mot), nous nous réunirons une fois de plus le samedi 7 novembre à partir de 17h30 au café Le Vicomte, 1 rue du Bourgmestre, au coin de la chaussée de Boondael à Ixelles, à un bloc (« pâté de maisons ») du boulevard général Jacques. Le fameux « spaghetti Vicomte » sera disponible à 19h30 pour ceux qui souhaiteront bénéficier de ce plat délicieux (avec ou sans viande !)

Partager