Ça sert à quoi les maths, M’dame, ça sert à rien, les maths !, par Isabelle Joly

Billet invité.

La porte du tram s’ouvre et elles entrent en poussant un fauteuil roulant. Elles sont quatre copines, et leur amie, provisoirement handicapée. Celle-ci tient à la main une attelle, et garde une jambe tendue, très enflée. Je lui demande comment elle s’est fait mal. Elle me dit qu’elle est tombée.

Continuer la lecture de Ça sert à quoi les maths, M’dame, ça sert à rien, les maths !, par Isabelle Joly

Partager

Dans notre section « Poésie et capitalisme », par Roberto Boulant

Billet invité.

Le Parisien : États-Unis : privés de pause-toilettes, des employés portent des couches, sous-section couches-culottes, Rapport Oxfam : Pas de soulagement – Le refus des pauses-toilettes dans l’industrie du poulet.

Réflexion personnelle : les gens de Daesh sont des petits rigolos avec leur volonté d’en revenir à un moyen-âge fantasmé.

Partager

Le masque du dépassement de soi, par Isabelle Joly

Billet invité.

Il est assis au pied d’un immeuble. Il est légèrement essoufflé, il a l’air d’avoir un malaise, et pourtant un sourire légèrement béat flotte sur ses lèvres. La sueur perle sur son visage.

Continuer la lecture de Le masque du dépassement de soi, par Isabelle Joly

Partager

Tagamet et la poésie des mots d’Allah, par Isabelle Joly

Billet invité.

Elle a 80 ans, elle est Algérienne, ne sait pas lire, ni écrire en français. Elle veut apprendre car elle veut savoir se débrouiller pour ses papiers, elle ne veut plus solliciter ses enfants pour l’aider. Faire un chèque pour payer ses impôts, comprendre la paperasse administrative française, tout ça elle va y arriver.

Continuer la lecture de Tagamet et la poésie des mots d’Allah, par Isabelle Joly

Partager

Des fleurs pour Anne Frank et Algernon, par Isabelle Joly

Billet invité.

Dormir est une de mes respirations nécessaires. Est-ce parce que mes rêves sont plus beaux que votre réalité ? Très peu d’insomnies me ramènent à la dure confrontation à un monde promis à un holocauste nucléaire, climatique, financier… Je n’ai pas le droit de me plaindre, ayant la chance d’être personnellement encore dans l’Arche de Noé, quand tant d’infortunés sont déjà enfermés dans la cale du Titanic en train de couler. Sur ordre des abominables privilégiés voyageant en première classe, l’équipage avait fermé les grilles pour leur interdire l’accès aux canots de sauvetage, qui n’avaient pas été prévus en nombre suffisant. Les concepteurs, sortant peut-être de l’Ena de l’époque, étaient persuadés que rien ne pouvait faire couler ce Titan des mers.

Continuer la lecture de Des fleurs pour Anne Frank et Algernon, par Isabelle Joly

Partager

Jeanne d’Arc n’est pas à confisquer : elle est la rébellion, pas l’ordre en place !

Le Monde : Emmanuel Macron attendu à Orléans pour un hommage à Jeanne d’Arc et à la République, le 8 mai 2016

Continuer la lecture de Jeanne d’Arc n’est pas à confisquer : elle est la rébellion, pas l’ordre en place !

Partager

Le coût social des inégalités ou Pour un bancor social, par Timiota

Billet invité.

Quel est le fluide mystérieux qui lie une société et qui induit un duo vertueux de respect et d’amélioration dans l’usage qui est fait des biens, publics ou privés ? Outre les mécanismes purement financiers qui font qu’on « ne prête qu’aux riches », l’inégalité s’auto-renforce dès que des différences de statut deviennent insurmontables à l’échelle des espoirs des uns ou du mépris des autres. En ce sens, ce fluide social partage certaines propriétés du prix, dont le niveau dépend du rapport des statuts dans la proposition aristotélicienne que Paul Jorion explique bien mieux que moi ici. Mais  on pourrait poursuivre : Au-delà d’un certain seuil, lorsqu’un cadre est créé où l’inégalité semble insoluble, on a un mécanisme analogue à celui du prix spéculatif, qui ne pense plus qu’une transaction analogue se reproduira : le fluide social est utilisé par son côté corrosif, et plus par son côté lubrifiant.

Continuer la lecture de Le coût social des inégalités ou Pour un bancor social, par Timiota

Partager

Vendre son corps, d’une façon ou d’une autre, par Charles Petitjean

Billet invité.

La prostituée et le salarié sur le marché du travail subissent tous deux la marchandisation de leur corps. La première en monnayant l’exploitation « jouissive » par le client  de  ses organes sexuels et de sa personnalité, le second en monnayant l’utilisation de sa force – physique, intellectuelle, morale – de travail par le patron et l’actionnaire.

Continuer la lecture de Vendre son corps, d’une façon ou d’une autre, par Charles Petitjean

Partager

La classe de Madame Dautreppe en 1952

Nous nous sommes réunis hier soir, nous les petits garçons (l’école mixte viendrait plus tard) de la classe de Madame Dautreppe en 1952, parce que 2016 sera pour la plupart d’entre nous (certains sont nés un peu plus tard, en 1947), l’année de nos 70 ans.

Continuer la lecture de La classe de Madame Dautreppe en 1952

Partager

Les périls nouveaux de l’ère numérique

D’une main, le conducteur du taxi qui me conduit à la gare ce matin entre les données de ma course dans un appareil électronique, de l’autre, il mange une banane, qu’il pèle au fur et à mesure. Heureusement, la rue est rectiligne.

Continuer la lecture de Les périls nouveaux de l’ère numérique

Partager