Archives de catégorie : La vie de tous les jours

Le mystère de la « bière artisanale »

Ouvert aux commentaires.

Quand je suis au volant (comme de lundi à hier entre Vannes et Bordeaux, en passant par La Rochelle), je ne peux pas me consacrer à mes activités favorites de lire et d’écrire et suis obligé de m’abandonner à des pensées futiles qui peuvent vagabonder loin de celles qui me sont habituelles (comme la chute cataclysmique de Trump ou l’extinction de l’humanité), et je vous ai ainsi proposé récemment l’énigme des panneaux de signalisation indiquant « Toutes directions » et qu’il ne faut surtout pas croire au risque de se retrouver immanquablement à Paris.

Le mystère avait été résolu par vous : « Toutes directions a été inventé par des ingénieurs pour éloigner les automobilistes du centre des villes ».

Continuer la lecture de Le mystère de la « bière artisanale »
15Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Terra Nova, Une anthropologie de la finance, à Bordeaux, demain 23 janvier 2019

Pour cette première conférence de l’année 2019, nous recevons Monsieur Paul Jorion, anthropologue belge de formation, autour d’un thème qu’il connaît bien : la finance.

Paul Jorion est l’un des premiers intellectuels à avoir annoncé l’approche de la crise des subprimes dès 2005. Au cours d’un parcours professionnel des plus atypiques, l’essayiste a participé à de nombreuses publications sur la théorie économique, le capitalisme ou encore la régulation des marchés financiers. Son œuvre est marquée par la mise en garde de l’extinction prochaine de l’humanité si le modèle capitaliste reste appliqué tel quel.

Continuer la lecture de Terra Nova, Une anthropologie de la finance, à Bordeaux, demain 23 janvier 2019
16Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Covoiturage à Bordeaux, le mercredi 23 janvier

À propos de ma conférence à Bordeaux mercredi, les organisateurs me proposent la formule suivante pour me rendre du lieu de mon hébergement, l’hôtel Ibis Styles Bordeaux Meriadeck, Rue Joseph Abria, au lieu de ma conférence :

Pour le trajet entre votre hôtel et Sciences Po Bordeaux, voici l’itinéraire en transports en commun : – Depuis l’arrêt de tramway « Gaviniès », prendre le tram A et s’arrêter à l’arrêt « Hotel de Ville », – Depuis l’arrêt « Hotel de Ville », prendre le tram B et s’arrêter à l’arrêt « Montaigne-Montesquieu ». Le trajet dure 40 minutes. […] Nous vous proposons de nous rencontrer dès 16h45.

Si l’une ou l’un d’entre vous envisage de faire un parcours similaire, soyez gentille (gentil) de me le signaler. J’ouvre ce billet aux commentaires dans ce but.

P.S. Le problème de covoiturage ayant été réglé grâce à vous, organisons maintenant le repas. La conférence finit à 20h, essayons d’être nombreux : Aquitaine (Blog de PJ + Place Publique) !

5Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Motion de censure au parlement britannique

Intervention remarquable de Tom Watson, N°2 du Parti travailliste. Exprimant son admiration pour la ténacité de Theresa May, sa capacité à rebondir devant l’échec – en dépit de son absence d’empathie, il souligne que des sentiments amicaux parce qu’admiratifs ne doivent pas être confondus avec l’approbation de quelqu’un qui a en réalité échoué.

Michael Gove, ministre de l’Environnement, très en verve, très conscient que Watson a marqué des points, établit un catalogue des succès économiques des Conservateurs, avant de s’en prendre à Jeremy Corbyn, le dirigeant travailliste, soulignant ses ambiguïtés dans son opposition à Poutine, concluant qu’il serait incapable de défendre la nation.

May survit : The government has won by 325 votes to 306 – a majority of 19. Une victoire mais très éloignée d’un triomphe.

6Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

M. Macron et les mots qui fâchent

Le Président de la République a dit aujourd’hui, vous avez dû voir ça :

« Les gens en situation de difficulté, on va davantage les responsabiliser car il y en a qui font bien et il y en a qui déconnent. »

Les protestations ont fusé sur un mot qui fâche, et c’est vrai, il y a là un mot qui me fâche moi aussi, c’est ce mot « responsabiliser » utilisé de nos jours comme un euphémisme, là où on n’ose pas employer franchement le mot dont il s’agit en réalité, qui est « entuber ».

308Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail