Frédéric Lordon et l’Imperium. Chapitre 8, par Dominique Temple

Un essai invité en huit chapitres.

VIII – Idée et Affectivité

Comment peut-on espérer que la raison l’emporte sur les passions ? Spinoza répond : parce que l’idée l’emporte sur l’affect. On pourrait préciser, parce que la connaissance de la connaissance (que Spinoza appelle la connaissance du troisième genre) consume toute joie en sa réalisation.

Mais que faut-il donc entendre de ces propositions apparemment contradictoires de Spinoza ? Continuer la lecture de Frédéric Lordon et l’Imperium. Chapitre 8, par Dominique Temple

Partager

Frédéric Lordon et l’Imperium. Chapitre 7, par Dominique Temple

Un essai invité en huit chapitres.

VII – Liberté et Pouvoir

Peut-on aller plus loin avec Frédéric Lordon ? Spinoza dit :

« “Absolument parlant, agir par vertu, n’est en nous rien d’autre qu’agir, vivre, conserver son être (trois façons de dire la même chose) sous la conduite de la raison, et sur le fondement de l’utile propre” (Éth., IV, 24) ».

Et Frédéric Lordon : Continuer la lecture de Frédéric Lordon et l’Imperium. Chapitre 7, par Dominique Temple

Partager

Frédéric Lordon et l’Imperium. Chapitre 6, par Dominique Temple

Un essai invité en huit chapitres.

VI – Vengeance et Réciprocité négative

Pour relier la situation actuelle de l’humanité débordée par les passions et emportée dans le torrent de conflits inépuisables, et l’avènement d’une humanité heureuse grâce à la raison qui lui permettrait d’associer ses passions de façon complémentaire au bénéfice de tous, Frédéric Lordon et Baruch Spinoza en appellent à la réciprocité négative, dont ils accordent la puissance à la société, de sorte à pouvoir en faire un moyen décisif pour donner l’avantage à la raison sur les passions. Mais la vengeance n’est-elle qu’un instrument ? Nous voudrions ici préciser en quoi elle contribue directement à la genèse du Tiers, c’est-à-dire de l’imperium, car elle est en réalité une forme de réciprocité.

Continuer la lecture de Frédéric Lordon et l’Imperium. Chapitre 6, par Dominique Temple

Partager

Frédéric Lordon et l’Imperium. Chapitre 5, par Dominique Temple

Un essai invité en huit chapitres.

V – la Raison et le Tiers

Frédéric Lordon semble ignorer jusqu’ici que lorsqu’un système évolue dans une direction donnée sous l’emprise d’une passion particulière, il échappe progressivement à l’emprise du Tiers, c’est-à-dire à l’emprise de l’antagonisme qui le retenait à son contraire. Continuer la lecture de Frédéric Lordon et l’Imperium. Chapitre 5, par Dominique Temple

Partager

Frédéric Lordon et l’Imperium. Chapitre 4, par Dominique Temple

Un essai invité en huit chapitres.

IV – Détresse et Révélation

On a compris que l’imperium de la multitude manifeste un affect collectif dont le caractère absolu s’impose à tous et détermine une unité de comportement qui s’institutionnalise dans les corps constitués de la famille, de la commune, de la nation, et qui s’exprime sous forme de valeurs de référence emmagasinées dans la mémoire que l’intelligence peut à tout instant mobiliser lorsque les conditions deviennent propices à leur usage. Et l’on peut même dire que le sentiment familial ou le sentiment communal ou le sentiment national peut osciller entre deux extrêmes, dits métaphoriquement l’amour et la haine, l’un lié à l’autre puisque selon ce schéma si l’on aime les siens on est sensé détester les autres.

Continuer la lecture de Frédéric Lordon et l’Imperium. Chapitre 4, par Dominique Temple

Partager

Frédéric Lordon et l’Imperium. Chapitre 3, par Dominique Temple

Un essai invité en huit chapitres.

III – Ambivalence et Antagonisme

Résumons notre réserve : l’affect est Un, et s’il émergeait de la multitude par effet d’accumulation des affects individuels de peur, d’envie, de désir ou d’amour… pourquoi n’émergerait-il que de leur similitude et pourquoi pas de leur différenciation, plus précisément de la corrélation des différences (qui est une autre expression pour dire la divergence[1]) ou encore d’un juste milieu entre la divergence et la convergence, “Tiers” qui soit le produit de leur relativisation mutuelle au sein de la réciprocité ?

Continuer la lecture de Frédéric Lordon et l’Imperium. Chapitre 3, par Dominique Temple

Partager

Frédéric Lordon et l’Imperium. Chapitre 2, par Dominique Temple

Un essai invité en huit chapitres.

II – Binarisme affectif et Ambivalence

Lorsque l’on dit que “les hommes en réunion offrent un rassemblement de puissance collective qui aura tout pouvoir morphogénétique sur l’ensemble qu’ils forment”, à moins de définir la puissance comme excluant l’intérêt propre des uns ou des autres, ou encore de préciser que la puissance en question est la raison qui appartiendrait à tous a priori et dont la mise en commun érigerait la liberté commune, on peut et doit craindre que selon son organisation, comme on disait autrefois, la multitude donne naissance à des puissances de nature différente…[1].

Continuer la lecture de Frédéric Lordon et l’Imperium. Chapitre 2, par Dominique Temple

Partager

Frédéric Lordon et l’Imperium. Chapitre 1, par Dominique Temple

Un essai invité en huit chapitres.

La thèse de Frédéric Lordon bouleverse les données traditionnelles parce qu’elle étaye l’intuition des nouvelles générations, qu’au-delà des rapports de force auxquels les révolutionnaires des générations précédentes ont accordé le plus grand prix, l’affectivité témoigne au sein de son hermétisme d’une puissance supérieure.

Continuer la lecture de Frédéric Lordon et l’Imperium. Chapitre 1, par Dominique Temple

Partager

Frédéric Lordon, Marx et Spinoza, par Dominique Temple

Billet invité.

Dans son essai sur Marx et Spinoza (Capitalisme et servitude), Frédéric Lordon part du principe que tout être tend vers sa perfection, et que cet essor (conatus) est doué d’affects joyeux qui se transforment en affects tristes lorsqu’il est réduit à l’impuissance. Cette alternative est exploitée, constate-t-il, par ceux dont le conatus particulier est le plus fort. Mais puisque la raison forme des idées adéquates qui s’accompagnent d’affects joyeux, la multitude peut choisir la raison pour se libérer du pouvoir des minorités qui entendent faire prévaloir leurs passions prédatrices.

Continuer la lecture de Frédéric Lordon, Marx et Spinoza, par Dominique Temple

Partager

Le temps qu’il fait le 11 mars 2016

Dernier_Jorion

Loi Travail

Le Blog de PJ : Après la manif, le 9 mars 2016

Le dernier qui s’en va éteint la lumière, en libraire le 21 mars

Le Blog de PJ : Le philosophe H, le 25 mars 2007

Ray Bradbury, Fahrenheit 451, 1953

Partager

Corcuff contre Lordon. So what ?, par Cédric Chevalier

Billet invité. P. J. : Je publie volontiers ce billet bien que le lecteur perspicace notera que je sois moi-même égratigné par une critique aussi acerbe de l’intellectualisme. Ouvert aux commentaires.

Récemment, Philippe Corcuff a publié un billet critique, principalement négatif, à l’encontre de Frédéric Lordon et de sa production intellectuelle : S’émanciper du « Lordon-roi » ?.

Continuer la lecture de Corcuff contre Lordon. So what ?, par Cédric Chevalier

Partager

Guy Debord ou le portrait de la révolte, par Jacques-Ėmile Miriel

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Dans son propre Panégyrique de 1989, Guy Debord affirmait que sa si « mauvaise réputation » ne lui venait pas, en réalité, de son rôle pendant les événements de Mai 1968 : « Je crois plutôt, écrivait-il, que ce qui, chez moi, a déplu d’une manière très durable, c’est ce que j’ai fait en 1952. » Allusion directe à sa première manifestation artistique, un film de long métrage intitulé Hurlements en faveur de Sade, dont la projection à Paris le 30 juin 1952 devait entraîner un scandale retentissant. Debord évoquait ainsi cette œuvre dans un texte de 1993 : « L’écran était blanc sur les paroles, noir avec le silence, qui allait grandissant ; l’ultime plan-séquence noir durait à lui seul vingt-quatre minutes. »

Continuer la lecture de Guy Debord ou le portrait de la révolte, par Jacques-Ėmile Miriel

Partager

Le temps qu’il fait le 27 mars 2015

Sur DailyMotion, c’est ici.

Le geste d’Andreas Lubitz, co-pilote de l’A320 de Germanwings.

La mémoire personnelle : Principes des systèmes intelligents (1989 ; 2012)

Friedrich Nietzsche, La naissance de la tragédie (1872)

Partager

Académie Royale de Belgique, « Comment la vérité fut inventée par les philosophes grecs », à Namur le jeudi 12 mars à 17h

Je commenterai le passage suivant de La naissance de la tragédie (1872) de Nietzsche :

« Un phénomène merveilleux, qu’il appelle son « démon », nous permet de voir plus au fond de la nature de Socrate. Dans des circonstances exceptionnelles, lorsque l’extraordinaire lucidité de son intelligence paraissait l’abandonner, une voix divine se faisait entendre, et lui prêtait une assurance nouvelle. Lorsqu’elle parle, toujours cette voix dissuade. Dans cette nature tout anormale, la sagesse instinctive n’intervient que pour entraver ici et là le progrès de l’entendement conscient. Tandis que chez tous les hommes productifs, c’est l’instinct qui est la force positive, créatrice, et la raison consciente une fonction critique, dissuasive, chez Socrate, l’instinct se révèle critique, et la raison est créatrice, — véritable monstruosité per defectum ! Et, en effet, nous constatons ici un monstrueux défaut de toute disposition naturelle au mysticisme, de sorte que Socrate pourrait être considéré comme le non-mystique par excellence, chez qui, par une superfétation particulière, l’esprit logique eût été développé d’une façon aussi démesurée que l’est, chez le mystique, la sagesse instinctive. »

Partager

UNE LIBERTÉ TRÈS CONDITIONNELLE, par François Leclerc

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

« Les Grecs vont avoir des difficultés à expliquer l’accord à leurs électeurs », a commenté Wolfgang Schäuble », qui n’en semble pas mécontent, tandis que Yanis Varoufakis se félicite des « degrés de liberté » supplémentaires qu’il accorde. Dans les faits, le gouvernement grec reste coincé dans un étau financier et a obtenu comme principale concession la promesse d’une flexibilité sur les objectifs précédents d’excédent budgétaire de cette année.

Il va lui falloir attendre pour bénéficier du versement de la dernière tranche de l’aide financière qui était en suspens, sans filet de sécurité. La principale préoccupation étant de contenir les retraits des banques grecques, la BCE ayant fait savoir que des mesures de contrôle de capitaux étaient désormais hors de question. La reprise des facilités de prêt de la BCE aux banques précédemment supprimées – qui permettront aux banques de financer le gouvernement en achetant des bons du Trésor – n’allant pas nécessairement être immédiate et pouvant être plafonnée.

Continuer la lecture de UNE LIBERTÉ TRÈS CONDITIONNELLE, par François Leclerc

Partager

Réponse à Pierre Sarton du Jonchay, par Dominique Temple

Billet invité, en réponse au dernier billet de Pierre Sarton du Jonchay

Vous écrivez dans un texte synthétique et d’une grande clarté : « Pour élaborer une solution au problème logique qui se pose à l’humain d’aujourd’hui, je retourne à la disposition causaliste de la réalité synthétisée par Aristote depuis 23 siècles. La causalité aristotélicienne décompose la formulation de toute explication du réel en matière, forme, fin et effet…

Je suis votre raisonnement parce qu’Aristote en effet envisage la perspective d’un être vivant et que le vivant connaît que ce qui s’oppose à sa vie et qui est donc de nature physique de sorte que la connaissance est naturellement arrimée à la logique de la physique : telle est la causalité avec laquelle etc.

(Mais Aristote n’ignore pas que si l’homme était mourant, il aurait d’autres pensées qui obéiraient à une autre logique, non plus celle de la physique mais celle de la… vie !)

Continuer la lecture de Réponse à Pierre Sarton du Jonchay, par Dominique Temple

Partager

La route sera longue

Le temps où sera établie la primauté de l’intelligence est sans doute encore immensément éloigné de nous, mais la distance qui nous en sépare n’est sans doute pas infinie. Et comme la primauté de l’intelligence poursuivra vraisemblablement les mêmes buts que ceux que votre Dieu doit vous faire atteindre : la fraternité humaine et la diminution de la souffrance, nous sommes en droit de dire que notre antagonisme n’est que temporaire et nullement irréductible. Bien entendu, nous les poursuivrons dans les limites humaines et autant que la réalité extérieure, l’Aναγχη le permettra. Ainsi nous espérons une même chose, mais vous êtes plus impatients, plus exigeants, et – pourquoi ne pas le dire ? – plus égoïstes que moi et mes pareils. Vous voulez que la félicité commence aussitôt après la mort, vous lui demandez de réaliser l’impossible et vous ne voulez pas renoncer aux prétentions qu’élève l’individu. De ces désirs, notre Dieu Λογοσ réalisera ce que la nature extérieure permettra, mais seulement peu à peu, dans un avenir imprévisible et pour d’autres enfants des hommes. À nous, qui souffrons gravement de la vie, il ne promet aucun dédommagement.

Sigmund Freud, L’avenir d’une illusion, 1927

Partager

Le mystère du fantomatique « chapitre 5 » (V) Tour de passe-passe involontaire ou délibéré ?

Le mystère du fantomatique « chapitre 5 » (I) Une trouvaille
Le mystère du fantomatique « chapitre 5 » (II) Keynes pressé par son agenda politique ?
Le mystère du fantomatique « chapitre 5 » (III) « Le taux d’intérêt tend à être égal au rendement marginal du capital »
Le mystère du fantomatique « chapitre 5 » (IV) Le rendement du capital provient du travail appliqué aux ressources naturelles

La révolution, Keynes l’écarte, et la raison qu’il donne, c’est le lourd prix humain à payer, dont on sait qu’il sera très élevé alors que le résultat est par nature incertain. L’un de ses étudiants écrit dans les notes qu’il prend lors d’un de ses cours en 1933 : « La tentation existe pour nous de guérir les maux qui découlent de notre incompréhension en recourant à une destruction encore plus massive sous la forme d’une révolution » (Skidelsky 1992 : 502).

Keynes restera attaché toute sa vie à la position qu’il exprime déjà dans l’essai qu’il consacre à Edmund Burke (1729-1797), alors qu’il n’est encore qu’un étudiant de 21 ans, passage que j’ai déjà eu l’occasion de citer :

Notre capacité à prédire est si faible qu’il est rarement avisé de sacrifier un mal actuel pour un hypothétique avantage futur […] il ne suffit pas que l’état de fait que nous cherchons à promouvoir soit meilleur que celui qui le précède, il faut encore qu’il soit à ce point préférable qu’il compense aussi les tragédies qui accompagnent la transition (Skidelsky 1983 : 155-156).

Continuer la lecture de Le mystère du fantomatique « chapitre 5 » (V) Tour de passe-passe involontaire ou délibéré ?

Partager

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 8 AOÛT 2014

Sur Dailymotion, c’est ici.

La vidéo de la semaine dernière : Le temps qu’il fait le 1er août 2014

… et sa transcription

Annie Le Brun : Soudain un bloc d’abîme, Sade (Jean-Jacques Pauvert 1986 ; Folio)

Principes des systèmes intelligents (1989 : 2012)

« Le secret de la chambre chinoise »L’Homme, 150, 1999 : 177-202.

Le surmoi

Sigmund Freud : Malaise dans la civilisation (1929)

Les « esprits animaux » de Keynes

« Le temps qu’il fait » le 22 février 2013 au Théâtre du Rond-Point

Comment la vérité et la réalité furent inventées (2009)

Le prix (2010)

 

Partager