Archives de catégorie : Environnement

Même vainqueur, Macron n’a-t-il pas d’ores et déjà perdu la partie ?, par Régis Pasquet

Habitué depuis son enfance aux louanges sur son intelligence et aux lauriers tressés par tous pour ses réussites scolaires, Macron est beaucoup trop sûr de lui. Pourtant, il devrait faire preuve de modestie et se demander s’il comprend vraiment tout. Peut-il comprendre le monde en constante mutation si, dans son entourage, nul ne l’informe ni ne le met en garde contre les influences néfastes. Comme pour chacun de nous la question est : croit-il ce qu’il sait ?

Comment Macron peut nous protéger du capitalisme qui a fini par ‘’ foutre ‘’ le feu à la planète ?
Continuer la lecture de Même vainqueur, Macron n’a-t-il pas d’ores et déjà perdu la partie ?, par Régis Pasquet

Partager :

Vie quotidienne – Un voisin me met en demeure d’abattre les quatre arbres de mon jardin Suite #2

Vous êtes une demi-douzaine maintenant à avoir consulté l’exploit d’huissier qui m’est parvenu le 19 et à m’avoir fait parvenir vos observations et questions restantes.

Je résume vos remarques :

1° Les faits mentionnés ne sont pas avérés (un relevé de cadastre complété d’une photo aérienne le montrent).
2° Les lois n’ont pas été enfreintes (les arbres sont trentenaires, à bonne distance de bordure de propriété et bien entretenus – élagués en novembre chaque année).
3° Les autres règlements invoqués n’existent pas et les peines associées à ces règlements imaginaires n’existent nécessairement pas non plus (se vérifie aisément sur le PLU : Plan Local d’Urbanisme. Ville de Vannes. 30 juin 2017, modifié 19 avril 2021).
4° La mention de sanctions associées à des règlements imaginaires dans le courrier d’un avocat constitue en soi des menaces.
5° La communication de ces menaces par exploit d’huissier constitue de l’intimidation.

Merci à tous ceux qui, dans des courriels et dans vos 200+ commentaires m’ont permis de faire ce résumé. Deux points restent à éclaircir : les menaces et l’intimidation mentionnées aux points 4 et 5 constituent-ils des délits ?

Partager :

Vie quotidienne – Un voisin me met en demeure d’abattre les quatre arbres de mon jardin Suite #1

Parmi les initiatives plus au moins explosives que m’ont recommandées mes petits camarades de l’Assemblée Statutaire de Greenpeace-France, j’ai retenu le grand pique-nique festif de printemps aux couleurs du mouvement et une coordination de mes efforts avec le Groupe national de surveillance des arbres, dont il existe une antenne de par chez moi et que j’ai contacté tout à l’heure.

J’ai reçu l’exploit d’huissier dont voici la dernière page. Si vous souhaitez consulter le document complet, signalez-le moi, je vous le ferai parvenir.

GNSA – Groupe National de Surveillance des Arbres

Partager :

Faut-il avoir un arbre de Noël véritable coupé dans une pépinière renouvelée ou avoir un faux (de fabrication chinoise) pouvant servir pendant de longues années et donc évitant la « surconsommation » ?

Le débat fait rage (sur le mode humoristique) au sein de l’Assemblée statutaire de Greenpeace. Je n’ai pas hésité à faire connaître mon opinion.


Continuer la lecture de Faut-il avoir un arbre de Noël véritable coupé dans une pépinière renouvelée ou avoir un faux (de fabrication chinoise) pouvant servir pendant de longues années et donc évitant la « surconsommation » ?

Partager :

Trends-Tendances – COP26 : Comment Aristote nous joue des tours, le 25 novembre 2021

COP26 : Comment Aristote nous joue des tours

Dans l’une de ses chroniques du Guardian, George Monbiot résumait ainsi la récente COP26 :

« De puissants gouvernements tentèrent de définir un compromis entre nos perspectives de survie et les intérêts du secteur de l’énergie d’origine fossile ».

Réaliser un compromis entre les positions de deux parties est l’approche consensuelle dans un « jeu à somme nulle » : où les intérêts des deux joueurs sont opposés, ce que je gagne tu perds, ce que je perds, tu gagnes. Le compromis s’obtient en réunissant les parties adverses autour d’une table et en atteignant par la négociation une position qui soit acceptable par les deux, même s’il ne s’agit pour aucune d’elles de la solution idéale. 
Continuer la lecture de Trends-Tendances – COP26 : Comment Aristote nous joue des tours, le 25 novembre 2021

Partager :

GRAVITY : Les Russes participeraient-ils en secret, en urgence, au test in situ de la faisabilité d’un éventuel bouclier orbital de fortune anti-rayonnements solaires ?, par Philippe Soubeyrand

En procédant à un tir de missile anti-satellite le lundi 15 novembre dernier, soit seulement deux jours après la déclaration du pacte de Glasgow pour le climat, la Russie aurait-elle provoqué, en apparence seulement, une réaction internationale sans précédent dans toute l’Histoire de la conquête spatiale, la Russie ne pouvant en effet ignorer les risques potentiels d’une telle opération ; l’équipage russe de l’ISS se mettant lui aussi, provisoirement à l’abri à bord de sa capsule SOYUZ ; sachant en outre que les États-Unis, l’Inde et la Chine ont également procédé à des destructions de satellites par le passé ?!

Et si oui, pourquoi ?!

Chacun se souvient du contexte orbital proposé dans l’excellent film du réalisateur mexicain, Alfonso Cuarón, intitulé, Gravity, et sorti en 2013. Il est donc inutile de revenir dessus…
Continuer la lecture de GRAVITY : Les Russes participeraient-ils en secret, en urgence, au test in situ de la faisabilité d’un éventuel bouclier orbital de fortune anti-rayonnements solaires ?, par Philippe Soubeyrand

Partager :

Appel de Politis – COP26. Votre inaction est un crime !

L’appel de Politis pour le climat : « Votre inaction est un crime ! »

À l’heure où les gouvernements entament de nouvelles négociations sur le climat, la rédaction de Politis s’engage. L’appel que nous lançons, rejoint par 225 personnalités, traduit une colère qui grandit. Il porte la voix de celles et ceux qui refusent la résignation et tenteront encore de se faire entendre dans la rue, le 6 novembre, lors de la grande marche pour la justice climatique. Joignez votre voix à la nôtre, en signant cet appel.

Signez notre appel
Continuer la lecture de Appel de Politis – COP26. Votre inaction est un crime !

Partager :

Veille effondrement #87 – Le peuple de l’herbe, par Arkao

Les insectes sont en voie de raréfaction selon certaines études. Sans remettre en cause les résultats globaux, de fortes disparités régionales sont remarquables et sources d’optimisme. Si les grandes plaines vouées à l’agro-industrie tiennent le palmarès de l’effondrement de la biodiversité, il reste dans ce pays des espaces où l’équilibre entre les champs, les herbages, les forêts et les zones humides reste préservé. Les insectes « disparaissent », soit, mais encore faudrait-il s’y intéresser. Quand prend-on la peine d’y prêter attention ? Quand d’agaçants moustiques nous empêchent de dormir, quand des mouches viennent nous chatouiller la peau alors qu’on voudrait lire un livre tranquille à l’ombre d’un arbre, quand des guêpes s’invitent à table, allant du verre de bière à la tranche de melon, quand le vrombissement sourd d’un imposant frelon vient semer la panique chez les convives. Finalement, qui s’intéresse aux milliers d’autres espèces qui nous entourent ? Continuer la lecture de Veille effondrement #87 – Le peuple de l’herbe, par Arkao

Partager :

Veille effondrement #20 – Il y a 2 sortes de gens

Je suis encore furieux de ce commentaire ici sur le blog du style « Vous les boomers n’avez rien fait ! ». J’avais répondu brutalement à l’auteur que chaque génération contient son lot de gens qui se décarcassent et son lot de saboteurs. Bien sûr, s’il avait fait partie à la génération présente des gens qui se décarcassent, il aurait été au courant.

Oui, il y a deux sortes de gens : ceux qui se battent pour que ça change et en face, dans le meilleur des cas, ceux qui par le poids de leur indifférence rassemblée constituent une énorme force d’inertie, et dans le pire des cas sont soit de véritables « marchands de doute », soit les mercenaires que ceux-ci ont recrutés et qui vont tenter de nous convaincre que le réchauffement climatique n’existe pas, pas plus en tout cas que le « complot communiste » (je viens de regarder les nouvelles US) du Covid-19.

Oui, il y a deux sortes de gens, je le rappelle chaque fois qu’on me pose la question : « A-t-on tiré les leçons de la crise des subprimes ? ». Absolument ! on a tiré les leçons, on a les a mises sur papier, on les a bien expliquées, mais en face, il y avait le monde des affaires qui pensait que ces leçons étaient déplaisamment anti-business. J’ai fait partie, vous le savez, d’un « Haut comité pour l’avenir du secteur financier en Belgique ». Quand notre rapport a été publié, la presse a dit : « Le ton ‘de gauche’ du rapport est quand même tout à fait étonnant… ». J’ai dit : « Merci, Messieurs-Dames, à 1 contre 7, ce n’était pas joué d’avance ! ». Quelle différence cela a-t-il fait, ce « ton de gauche » ? Cela a fait qu’au lieu que le ministre soutienne l’une des 17 mesures que nous préconisions, la rapport soit simplement mis dans un tiroir *.

Mais voyez où nous en sommes : pendant tout le temps que j’ai écrit ce billet je me suis reproché de ne pas travailler plutôt à l’article que je rédige en ce moment : « An unconscious path to general Artificial Intelligence: a roadmap », comment donner aux robots une intelligence « universelle », comme on dit une « clé universelle », plutôt que spécialisée comme aujourd’hui. J’y retourne séance tenante : je me suis toujours soucié de l’avenir.

N.B. IPCC = GIEC.

* J’ai retrouvé ceci, qui illustre très bien ce que je dis (même Ecolo s’insurge contre un peu plus de justice sociale) :

L’Écho, La Messe est finie, par DOMINIQUE LIESSE, le 28 janvier 2016

Le rapport d’experts sur le secteur financier

Le rapport sur l’avenir du secteur financier belge a le mérite d’exister. Rédigé par un groupe d’experts de haut vol, il a le mérite de faire état d’une réalité économique. Mais ce rapport, commandé par le ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA), aura-t-il le mérite de faire changer les choses? Rien n’est moins sûr.

Présenté hier en commission des Finances, le rapport s’est heurté aux réflexes politiques. Toucher à la fiscalité de l’épargne? « La population veille à ses intérêts, a lancé Peter Dedecker (N-VA). Comment concilier la théorie économique et cela? Les électeurs vont nous juger là-dessus. »

Le rapport des experts sur le secteur financier s’est heurté aux réflexes politiques.

Plafonner le montant de l’emprunt hypothécaire à environ 85% de la valeur du bien? « Mais, c’est un frein à l’accès à la propriété! », clament en chœur plusieurs députés.

Réduire la pression régulatoire nationale sur les banques pour plus de compétitivité? « C’est un paradoxe: vous voulez développer de nouveaux services financiers pour un secteur plus résilient, mais vous plaidez pour moins de gold plating (régulation nationale plus sévère que les exigences européennes NDLR) », déclare Georges Gilkinet (Ecolo).

Et pourtant, une après-midi durant, Luc Coene (ex-gouverneur de la BNB), Geert Noels (économiste) et Paul Jorion (professeur universitaire) ont expliqué la situation: une épargne avantagée fiscalement qui fuit et profite donc à l’étranger par le biais d’entités des banques étrangères. Mais des risques, qui eux, pèsent sur l’épargnant belge!

Un secteur immobilier important qui n’est pas sans risque d’emballement. « Le marché avale tout avantage fiscal et l’intègre avec des suppléments de prix. En plafonnant l’emprunt hypothécaire, nous tentons de protéger le consommateur des aléas du marché. »

Le ministre, lui-même, aurait déclaré aux experts: « Vous ne me rendez pas la vie plus facile avec ce rapport. » Il aurait même déjà ajouté que la révision de la fiscalité du carnet d’épargne n’était pas une priorité du gouvernement.

La messe semble donc être dite!

Partager :

60 ans d’échec de l’alarme scientifique : l’ethos scientifique est-il rationnel ?, par Terence

L’affaire de la fuite dans les médias du brouillon du rapport du GIEC sur le climat pourrait être l’illustration d’une des principales causes de l’échec le plus patent de l’histoire de la communauté scientifique : ne pas être parvenus à sonner une alarme écologique effective pour l’humanité, suffisamment tôt et clairement pour engendrer une prise de conscience et une mobilisation générales. Pour qu’un message passe d’un émetteur à un récepteur, il faut établir un canal de communication, coder et décoder le message en neutralisant les bruits parasites. Et quand bien même un message est correctement émis et reçu, il n’appartient qu’au récepteur d’agir en conséquence. Il serait donc injuste d’attribuer à la seule communauté scientifique l’échec des alarmes répétées depuis plus d’un demi siècle, vu l’adversité et l’autisme auxquels ils ont dû faire face. Néanmoins, tant que cet échec demeure et malgré une apparence trompeuse de « prise de conscience », il reste pertinent de proposer une critique radicale des pratiques de la communauté scientifique par rapport à l’urgence écologique. Continuer la lecture de 60 ans d’échec de l’alarme scientifique : l’ethos scientifique est-il rationnel ?, par Terence

Partager :

Moi qui pensais que Waterworld et Mad Max étaient de la science fiction…, par Terence

© Hervey

Pour les gens qui s’intéressent à la collapsologie, nous sommes passés de la théorie et de la prospective au journalisme et à la statistique. Le réel est ce qui résiste, les faits sont têtus. Il suffit de prolonger ce que nous observons pour en tirer les conclusions qui s’imposent. Après, il reste encore une foule de différents scénarios, même si les pires semblent les plus probables, vu notre historique.

En voyant les températures à Vancouver au Canada, qui connaît certes des été chauds (mais pas à Vancouver), je rebondis un peu sur la dernière vidéo de Paul sur son blog, qui se demandait :

    • – si tout ne s’était pas joué dès 1780 (Lumières volet « domination et maîtrise de la nature par la raison instrumentale », début de la révolution industrielle, début de l’exploitation des combustibles fossiles) ;

Continuer la lecture de Moi qui pensais que Waterworld et Mad Max étaient de la science fiction…, par Terence

Partager :