Archives de catégorie : La vie de tous les jours

« Le monde nous surprend, dans le bon sens », le 6 juin 2020 – Retranscription

Retranscription de Le monde nous surprend, dans le bon sens, le 6 juin 2020. Bonjour, nous sommes le dimanche 6…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Vie quotidienne – Le geste

J’ai le sentiment que l’on voit de plus en plus souvent (je peux me tromper) des personnes faire ce geste lors d’un exposé. Mais que représente ce geste qui, à ma connaissance, n’a pas de signification précise  (tenir un ballon ou un autre objet) ?

Il est possible qu’il s’agisse d’un simple mimétisme : on le fait parce qu’on a vu d’autres le faire, ou s’agit-il de quelque chose qu’on vous enseigne (des coachs en communication) ?

Éclairez-moi !

Partager :

Thinkerview

En septembre de l’année dernière j’avais eu l’occasion de dire ceci comme un « P.S. » à la fin d’une vidéo :

Thinkerview. Vous connaissez cette chaîne. Il y a des gens que je connais bien qui sont passés là. Ce sont des interviews qui ont l’air bien faites d’un point de vue technique et vous m’envoyez des mails, il y en a au moins un par semaine : « Pourquoi vous ne passez pas à Thinkerview ? ». Je dis : « Je ne sais pas. Je n’ai jamais été en contact avec les gens de Thinkerview. Je ne sais pas pourquoi, moi, ils ne m’invitent pas ».

Et j’ajoutais que certains de mes correspondants me disaient : « Je me fais fort de vous faire inviter ! », à la suite de quoi je n’entendais plus jamais parler d’eux.

Pour préparer l’entretien que j’aurai mercredi avec Bernard Stiegler, j’ai regardé hier l’émission qu’il a faite pour Thinkerview, et c’est ça qui me conduit à revenir sur cette affaire pour vous dire : il n’y a ni complot, ni cadavre dans un placard, etc. pour expliquer qu’on ne m’invite pas sur cette chaîne. Ni même un mystère.

Mise à jour (le 1er juin à 12h36) : Le responsable de Thinkerview m’a appelé pour m’inviter. Je donne malheureusement cours cet après-midi là. Nous nous reparlerons la semaine prochaine.

Partager :

Vie quotidienne – Les saints de glace

Ouvert aux commentaires.

Combien de temps avais-je consacré dans ma vie jusqu’ici aux saints de glace (Mamert, Pancrace et Servais) ? Zéro minute et zéro seconde.

Et c’est là donc l’un des avantages d’une période comme celle-ci : de nous laisser le temps de voir et celui de constater.

Wikipédia nous laisse entendre que les saints de glace sont une sorte de superstition répandue parmi les jardiniers et, oui : c’est vrai, en mai, il peut faire chaud dans la journée et encore froid durant la nuit, etc.

Pourtant, chères amies et chers amis, les saints de glace : Mamert, Pancrace et Servais, nous les avons bien ressentis dans nos chairs ces jours derniers !

Alors, les savantes et savants parmi nous, expliquez donc aux autres s’il vous plaît !

Partager :

Buddy Holly (1936 – 1959)

Ouvert aux commentaires.

Parmi les tout grands de la première génération du rock’n roll, Little Richard est mort hier à l’âge de 87 ans, alors que Buddy Holly (variété « tex-mex » du rock’n roll) est lui mort à 22 ans. Le sort est injuste. Buddy Holly n’en a pas moins laissé sa marque sur ceux qui sont venus après lui (je mets en bonus les hommages de deux groupes, et pas des moindres).

Bonus : Continuer la lecture de Buddy Holly (1936 – 1959)

Partager :

Vie quotidienne – « Distanciation sociale »

Ouvert aux commentaires.

La question qui m’est posée :

Doit-on parler de distanciation sociale ou distanciation physique ?

Ma réponse :

Tout ça, c’est de l’anglais traduit littéralement en français par des gens qui (comme d’habitude hélas) ne comprennent pas l’anglais.

Pourquoi confie-t-on le soin de traduire l’anglais aux gens qui ne le comprennent pas ? C’est la règle générale, mais j’ignore la réponse. Peut-être parce qu’il y a des personnes en position d’autorité qui décident de la formation de nouvelles expressions. Et étant en position d’autorité, elles sont plus disposées que d’autres à prétendre – ou imaginer simplement – qu’elles comprennent une langue qu’en réalité, elles ne comprennent pas.

« Social distanciation » = consigne de maintien de distance pour des raisons liées à la vie en société. Voilà comment traduire cela en français. Mais comme – et c’est le cas le plus souvent – le français a besoin de beaucoup plus de mots que l’anglais pour exprimer la même chose, le plus simple est sans doute de dire … « distanciation sociale », en se disant que (avec un tout petit effort d’imagination) … tout le monde comprendra !

Mise à jour (le 9 mai à 17h25) : Ayant lu tous vos commentaires, j’opte pour « éloignement prudentiel ».

Partager :

Je ne suis pas d’accord avec vous (V), par Dominique Temple

Ouvert aux commentaires.

Je ne suis pas d’accord avec vous (I) ; Je ne suis pas d’accord avec vous (II) ; Je ne suis pas d’accord avec vous (III) ; Je ne suis pas d’accord avec vous (IV)

Je ne suis pas d’accord avec vous (V)

Le jeu des masques

Peut-on renverser la situation sans casse ? C’est la question qui taraude la société nantie. Je voudrais envisager cette question en restant aussi proche que possible de l’observation “empirique”. Tous les professeurs en France, comme tous les fonctionnaires de l’administration, tous les fonctionnaires de l’armée et d’autres encore reçoivent un équivalent pour leur service, équivalent que l’on confond parfois avec un salaire parce qu’il est redistribué sous la même appellation que le salaire des ouvriers, mais il présente une forte dissemblance : l’équivalent des fonctionnaires ne dépend pas de l’offre et de la demande. Quelle est la contrepartie de cette redistribution ? Continuer la lecture de Je ne suis pas d’accord avec vous (V), par Dominique Temple

Partager :

Vie quotidienne – Les journalistes qui tournent autour du pot

Ouvert aux commentaires.

P.S. Est-ce que vous pouvez voir cette vidéo ? (j’ai déjà eu des soucis avec les vidéos du WP qui sont en fait réservées aux abonnés).

Voici : c’est un article du Washington Post qui affirme en titre : Des gens jeunes, à peine malades du Covid-19 meurent ensuite d’une crise cardiaque. Vous vous dites : « C’est intéressant, j’aimerais comprendre pourquoi ! » Vous cliquez sur le lien et, qu’est-ce que vous lisez ?

Jules Pongron, de La Ferté-Alais, rentrait tranquillement chez lui en cette paisible soirée du mois d’avril. Un geai jacassait perché sur un fil tendu pour sécher le linge par les jours de beau temps dans le jardin de l’une de ces petites maisons, blabla…

Pourquoi un.e journaliste court-il ou elle aussi délibérément le risque que ses lecteurs intéressés – comme moi-même – par ce qu’annonce le titre de l’article, n’en ait rien ficher de Jules Pongron de La Ferté-Alais et des geais sur leur fil, et passera à autre chose, frustré de ne pas apprendre, éventuellement (au cas où l’article avait vraiment l’intention de parler de ce qu’il annonçait en titre), pourquoi des gens jeunes, à peine malades du Covid-19 meurent ensuite d’une crise cardiaque ?

Partager :

Vie quotidienne – Publicité et capitalisme

Ouvert aux commentaires.

Parmi les propositions que certains membres de la Convention citoyenne pour le climat ont décidé de faire fuiter (j’imagine pour tenter d’empêcher un enterrement de première classe – mais je n’en sais rien) :

– Panneaux publicitaires prohibés « dans les espaces publics extérieurs », hors l’information locale ou culturelle
– Mention obligatoire dans toutes les publicités : « En avez-vous vraiment besoin ? La surconsommation nuit à la planète »

Ma question : « Selon vous, l’application de telles mesures porterait-elle un coup fatal au capitalisme ? »

Partager :