Archives de catégorie : La vie de tous les jours

« Un robinet qui goutte ? À la fin de la journée, ça fait des hectolitres ! »

Ouvert aux commentaires.

Petite question de vie quotidienne.

Vous avez dû entendre comme moi cet adage très ancien : « Un robinet qui goutte ? À la fin de la journée, ça fait des hectolitres ! »

Nouveau Géo Trouvetout à ma manière, j’ai voulu en avoir le coeur net.

Continuer la lecture de « Un robinet qui goutte ? À la fin de la journée, ça fait des hectolitres ! »

Partager :

Caisse de soutien aux grévistes et jeux vidéos, par Dissonance

Ouvert aux commentaires.

À l’occasion du mouvement social initié le 5 décembre 2019, une cagnotte intersyndicale a été mise en place pour venir financièrement en aide aux grévistes (syndiqués ou non). Dans l’optique d’élargir le panel des publics touchés, un collectif d’artistes graphiques, vidéastes sur Youtube, animateurs et animatrices sur Twitch, travailleuses et travailleurs plus où moins uberisés, actifs sur internet, se sont associés à cette démarche et tiennent à tour de rôle l’antenne sur la plateforme de « stream » (diffusion en direct, sorte de web-tv) filiale d’Amazon, 24h/24 depuis le début du mouvement et avec l’engagement de continuer tant que celui-ci perdure. Ils et elles y diffusent selon leurs envies, seuls ou en groupes, des parties de jeux vidéos, des créations artistiques en « live » ou encore des discussions et/ou débats d’ordre politique. Parfois un peu tout en même temps.

Continuer la lecture de Caisse de soutien aux grévistes et jeux vidéos, par Dissonance

Partager :

Problèmes de firmes dysfonctionnelles. Que faire ?

Ouvert aux commentaires.

J’attendais un colis : un film qu’il faut que je voie pour terminer un compte-rendu à rendre dans les jours qui viennent. Le colis devait être livré aujourd’hui, il ne l’a pas été. Malheureusement, je ne suis pas surpris : la firme qui doit me faire la livraison ne respecte jamais les délais promis par celle qui me vend le produit. Cette firme semble disposer d’une sorte de monopole dans ma région et tous les gens qui m’envoient quelque chose passent par elle.

Il y a quelques mois, il s’est passé la chose suivante : je reçois un avis me disant qu’on a essayé de me livrer un colis 3 jours de suite et que je ne suis jamais là. Je réponds que je n’ai pas bougé de chez moi durant ces 3 jours. On me demande pourquoi je n’ouvre pas ma porte. Je demande alors QUELLE EST L’ADRESSE EXACTE à laquelle on a essayé de me livrer le colis. On me répond qu’on est allé à la mairie de Neuville-les-Bruyères (comme on n’avait pas mon adresse précise dans cette municipalité) et que personne ne me connaît là-bas. Je réponds que je n’habite pas à Neuville-les-Bruyères mais à Vannes, RUE DE Neuville-les-Bruyères, comme mon adresse l’indique. Vous savez ce qu’on me répond ? (je vous jure que c’est vrai !) : « Ah oui ! Ça ne nous étonne pas trop : ce livreur a un problème de boisson ! »

J’ai fini par recevoir le colis. Mais manifestement, ils s’en foutent : ils ont une niche, il n’y a pas de concurrence, tout le monde doit passer par eux et que le colis arrive le jour dit ou pas, à mon adresse ou ailleurs, que leurs livreurs soient sobres ou complètement saouls, ne fait aucune différence. Qu’est-ce qu’on peut faire ?

Partager :

Les fournisseurs d’électricité, Linky et moi, par Arkao

Ouvert aux commentaires.

Vendredi, 6h30 du matin, mon réveil sonne. À tâtons j’appuie sur l’interrupteur de la lampe de chevet. Pas de lumière. Je lutte pour ne pas replonger dans le sommeil, puis je me lève quand même et traverse la maison dans le noir. Disjoncteur ok mais plus de courant. Je me dis que c’est peut-être une panne de secteur. Je pars au boulot sans mon café du matin. Dehors la rue est sombre, pas d’activité électrique non plus chez les voisins, mais rien d’étonnant à cette heure-ci.

Continuer la lecture de Les fournisseurs d’électricité, Linky et moi, par Arkao

Partager :

Les commerçants qui tentent de vous rouler… ou qui y parviennent

Ouvert aux commentaires.

Hier j’achète une plante. Arrivé à la maison, je me rends compte qu’elle est pourrie. Je me rends compte aussi que le vendeur ne pouvait pas l’ignorer. De retour à la pépinière, il est introuvable, une collègue à lui me donne un bon à valoir sur l’équivalent (pas pourri de préférence…).

La veille, je trouve au courrier une facture en date du 27 novembre pour un service rendu le 21, déjà réglé le 22. Particularité : la nouvelle facture injustifiée est pour un montant plus élevé : 33€ de plus.

Il y a quelques années, je suis à Strasbourg. J’achète deux belles assiettes alsaciennes. Au moment de régler je signale au vendeur que ce que j’ai acheté ce ne sont pas les deux assiettes qu’il a mises dans un sac, consciencieusement emballées dans du papier journal, mais celles qu’il a déposées sur un siège qu’il a subrepticement repoussé sous une table. Me retrouvant récemment dans la même ville, tous mes sens pourtant aux aguets, j’achète un bibelot qui s’avère être une copie. J’aurais dû interpréter l’insistance du vendeur à me vendre « pour rien » un second objet comme un remords anticipé pour la facilité avec laquelle il m’avait berné.

Question de vie quotidienne : est-ce courant ou, heureusement, encore l’exception ?

Partager :

À propos de La critique marxiste n’est pas assez radicale, par Étienne Guillermaz

Ouvert aux commentaires.

Bonjour Monsieur Jorion,

je viens de regarder, avec un grand plaisir, votre dernière vidéo. J’apprécie l’importance que vous accordez à la pensée d’Aristote : lorsque je suis en conférence j’insiste toujours sur le fait que les anciens nous ont laissé toutes les clefs nécessaires à notre survie (et donc à notre sortie du capitalisme), ce à quoi l’on me répond souvent que les solutions de l’époque ne correspondent plus à notre temps et qu’il faut réinventer la roue ou toute autre non solution qui permet de brasser de l’air sans prendre le problème à bras le corps.

À chaque fois que j’ai eu un auditoire majoritairement marxiste j’ai toujours eu droit, après avoir terminé mon intervention, à cette sempiternelle citation de Marx : « Les philosophes n’ont fait qu’interpréter diversement le monde, il s’agit maintenant de le transformer ».

Continuer la lecture de À propos de La critique marxiste n’est pas assez radicale, par Étienne Guillermaz

Partager :

La rénovation thermique des bâtiments doit trouver une nouvelle voie, par Stéphane Gaufrès

Ouvert aux commentaires.

Des études récentes se sont intéressées à l’impact réel des travaux entrepris pour améliorer l’isolation des bâtiments d’habitation. « L’impact réel » a été mesuré  par l’économie constatée après travaux sur la facture énergétique des ménages concernés. Une étude américaine en 2018 et une étude française en 2019 (exposée par un des auteurs sur le site slate.fr) font le constat étonnant d’une performance calamiteuse des travaux entrepris pour améliorer la performance thermique des logements anciens. 

Continuer la lecture de La rénovation thermique des bâtiments doit trouver une nouvelle voie, par Stéphane Gaufrès

Partager :

… Encore faut-il être heureux !

Ouvert aux commentaires.

Il n’y a pas que les progrès de la médecine pour faire que les gens vivent vieux…

Partager :

25/11/19 – Nouvelles du front

Vous m’aurez noté peu actif depuis vendredi sur les questions d’actualité, c’est que je m’active à porter la bonne parole sur le terrain : samedi à Lille, c’était « Les robots appellent ‘capteurs’ leur inconscient » devant l’École Psychanalytique des Hauts-de-France (podcast en ligne dès demain), hier dimanche à Mulhouse, c’était « Se débarrasser du capitalisme est une question de survie », dans le cadre du Forum Latitude, quant à aujourd’hui, j’enregistre tout à l’heure à Paris un « Quartier Libre » à l’invitation d’Aude Lancelin dans le cadre de sa QG TV.

J’essaierai ensuite (dans le train du retour) de faire le point sur l’impeachment, de vous parler de la croisade de Trump contre le Deep State : après le FBI, il s’attaque au Pentagone (pas froid aux yeux, le p’tit gars !). Il faudrait encore que je vous parle de la plate-forme travailliste « vraiment de gauche », pour les élections du 12 décembre au Royaume-Uni, ainsi que de… Non, je plaisante, je retourne au bord de la piscine !

Partager :

Chanteuses de Jazz : The real McCoy

Ouvert aux commentaires.

Trouvez-vous irritant comme moi la génération actuelle de chanteuses de jazz qui singent – pardon qui « émulent » – leurs grandes aînées, à cette différence près qu’elles semblent n’avoir pas la moindre notion de quoi parlent les chansons qu’elles chantent ? (Pour elles, quoi que ça raconte, c’est du scat : des onomatopées).

Je n’aurai pas la cruauté de vous présenter une vidéo de D* K* ou de M* G*, pour illustrer ce que je veux dire. Je vous montrerai à la place, the real McCoy.

Julie London (1926-2000)

Lena Horne (1917-2010)

Anita O’Day (1919-2006)

Dinah Washington (1924-1963)

Merci Mesdames, nous restons pendus à vos lèvres.

Partager :

Le « politiquement correct » n’est pas une invention US

Ouvert aux commentaires.

Une des nombreuses organisations afro-américaines dont je reçois la newsletter me demande mon soutien ce soir parce qu’un film nigérian ne pourra se qualifier pour l’Oscar du film étranger du fait qu’un comité obnubilé par le « politiquement correct » a jugé qu’on y parle trop … l’anglais (une des langues officielles du Nigéria – même s’il s’agit bien entendu d’un héritage du colonialisme).

Notre vie est parasitée par ce nouveau puritanisme censé redresser une myriade de torts passés, certains pleinement justifiés, d’autres, largement partagés (voir le pataquès de la manifestation de dimanche : « Stop à l’islamophobie »). Quand nous réconcilierons-nous avec l’idée que l’Histoire du genre humain n’a jamais été un fleuve tranquille, mais un champ de bataille permanent ?

Continuer la lecture de Le « politiquement correct » n’est pas une invention US

Partager :

Remerciements, par Pierre J.

Ouvert aux commentaires.

Bonjour M. Jorion

Je me permets de vous écrire ces quelques mots en réaction à votre dernière vidéo (« Formule abonnement : premières impressions »). J’aimerais vous remercier, chose que j’ai l’impression d’avoir manqué de faire, à bien des occasions.

Je suis un lecteur assidu de vos ouvrages, quand le budget familial permet d’en acheter (j’en suis à 4 de vos livres). Et plus qu’un lecteur curieux, plus qu’un citoyen engagé, et qu’un commentateur brouillon de vos billets de blog, mes remerciements vont aux savoirs que vous et « votre équipe », vos livres, et d’autres commentateur.e.s, avez offert à un humble intellect qu’essaie de dépasser ce qu’il pensait être « ses limites »… « L’aubaine » que je fais de mon « inactivité chronique », me permet de mettre à profit un espace-temps d’exception pour me former autant que m’informer (A 52 ans… après plus de 10 ans de période d’arrêts maladies longues durées, de « chômage longue durée », de formations… qui embauche un.e travailleur.e handicapé.e – avec une RQTH – qui n’ayant aucune pension d’invalidité, épuisé.e ses droits… et vivant dans un foyer ou le seul revenu disponible, dépasse le « plafond maximum » ouvrant droit aux RSA… est « suspect.e » de ne pas vouloir d’emploi…?).

Continuer la lecture de Remerciements, par Pierre J.

Partager :