Archives de catégorie : La vie de tous les jours

Université Catholique de Lille, Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ? le 11 décembre de 17h30 à 19h00

Paul Jorion, professeur associé à Ethics vous donne rendez-vous pour sa 2ème date de son cycle de conférences Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ?
Le 11 décembre, de 17h30 à 19h00, dans l’open space de la Maison des Chercheurs.
 
11 décembre, il s’interrogera sur « Le transhumanisme est-il la nouvelle religion d’une technologie triomphante ? »

Continuer la lecture de Université Catholique de Lille, Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ? le 11 décembre de 17h30 à 19h00

9Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

À celles et ceux qui espéraient me voir ce soir à Montpellier et demain à Toulouse

Voici le message que j’adresse aux organisateurs :

Chers amis, lorsqu’à la fin de ma longue (2h47) conférence hier au théâtre Toursky à Marseille (en position excentrée), j’ai posé la question de savoir si un repas avait été prévu, vous m’avez répondu : « Vous faites bien de m’y faire penser : personnellement j’oublie souvent de manger ! » Merci pour les deux sandwichs à la rosette que vous m’avez alors trouvés.

Chers amis, lorsqu’à ce moment-là j’ai posé la question de mon déplacement vers Montpellier aujourd’hui, vous m’avez répondu : « Ah oui ! On va s’en occuper maintenant … Voilà, c’est fait, j’ai acheté un billet : vous allez recevoir un mail ! » Lorsque je vous ai dit que je ne recevais pas de mail, vous m’avez répondu : « Eh bien si ! J’appellerai la banque demain à 9h et ils confirmeront que j’ai bien payé ! »

Chers amis, lorsque vous m’avez conduit à l’appartement relevant du théâtre où il était prévu que je passe la nuit, nous y avons trouvé six personnes y faisant la fête. Merci de m’avoir conduit à l’hôtel où j’avais passé la nuit de mon arrivée à Marseille avant-hier, et dont la note avait accidentellement été laissée à ma charge.

Je sais ce que vous pensez : que nos trois soirées à Marseille, Montpellier et Toulouse font partie d’un effort militant. Je le conçois très bien et c’est très volontiers que j’y participe : comme vous le savez, je n’ai à aucun moment réclamé la moindre rémunération pour mes efforts et mon temps avec vous et c’est avec un immense plaisir que je me suis adressé hier soir aux personnes qui étaient venues m’écouter à Marseille.

Il est maintenant 10h19. Le train où vous m’aviez, disiez-vous, réservé une place partait à 10h18, mais aucun billet ne m’est encore parvenu. Je vais me rendre à la gare, mais ce sera pour rentrer chez moi. Soyez gentils de dire à mes amis de Montpellier et de Toulouse que j’ai fait ma part de colibri. Mais pour que je me rende chez eux, il aurait fallu que vous fassiez la vôtre.

P.S. Courrier reçu le 6 décembre : « Heureusement que tu n’es pas venu à Montpellier. Le site des gens qui t’ont invité proposait une adresse dans une brasserie route de la mer, le journal Midi Libre t’invitait à la Faculté des Lettres (au département de l’Economie) dans le nord de Montpellier, enfin selon ton annonce nous devions nous rendre à la Faculté de Droit à Richter dans le sud de la ville. »

14Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Appel du mois de novembre 2018

L’appel a atteint son objectif mensuel de 350 € à 21h22. Merci à vous pour votre soutien constant depuis 2009 !

N’oubliez pas l’appel de Décodages, le blog de François Leclerc !

Ce n’est pas le moment de flancher : le monde est au coeur de la IIIe guerre mondiale, guerre numérique depuis plusieurs années, guerre totale classique sur le terrain dès demain, les peuples complètement déboussolés versent dans la politique du pire et élisent des dictateurs complètement barjots alors que l’espèce se dirige vers son extinction et celle de toute vie autour d’elle, distraitement mais avec détermination.

Fédérons-nous, unissons tous nos efforts, le bateau sombre (je ne ris pas) !

2Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Remerciements pour votre engagement, par Frédéric Farfart

Cher Monsieur Jorion,

Je ne suis pas un grand diplômé,  pas un grand propriétaire terrien, encore moins ai-je le plaisir d’avoir un travail épanouissant. Non, ma seule richesse est une richesse léguée dès ma procréation, transmise par ma famille, richesse qui englobe l’amour que m’ont donné mes proches et la stabilité matérielle et financière.

Mais, grâce à votre travail, à votre engagement, sachez que vous permettez à de simples et de jeunes personnes comme moi, de pouvoir s’épanouir et de saisir le sens et le mouvement du monde qui nous entoure.

Merci, un grand merci, de mener votre combat pour alerter les gens et de faire que notre destin ne soit pas aussi funeste qu’on nous l’annonce.

Nous y arriverons.

Fraternellement,

Frédéric.

10Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

« Place Publique ». Fédérons, demain à Bordeaux

Ouvert aux commentaires.

Tiens, je vois que la personne qui modérera le débat auquel je participerai demain â Bordeaux aux Tribunes de la presse (j’y parlerai aussi – seul – aujourd’hui à 15h30) sera Claire Nouvian, j’en profiterai pour lui signaler que je rejoins leur mouvement « Place Publique ».

8Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

La rancoeur, par rienderien

La rancoeur de ceux qui paient des écoles privées à leurs enfants et des vacances chez les grands-parents, mélangée à la rancoeur de ceux pour qui la paie trouée par des crédits ne finit pas le mois.

Ces deniers, c’est la France qui se lève le matin depuis longtemps pour nourrir, soigner, éduquer, divertir, transporter, protéger, nettoyer. Une France en désillusion à qui on a vendu un verger mais qui doit encore payer pour manger ses fruits.

48Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

« Quel monde nous avez-vous transmis, vous : les gens de ta génération ? »

Ouvert aux commentaires.

Un jour un fils interrogea son père : « Quel monde nous avez-vous transmis, vous : les gens de ta génération ? »

Le père lui répondit ce qui suit :

Mon fils, j’eusse espéré que parvenu à ton âge tu sois moins candide, mais soit. Crois-tu vraiment que les gens d’une génération s’assoient autour d’une table et décident de transmettre à leurs enfants un monde pire ou un monde meilleur ? N’as-tu jamais entendu dire qu’il y a au sein de chaque génération des bons et des méchants ? Et ignores-tu que si les bons souhaitent transmettre à leurs enfants, un monde meilleur, les méchants trouvent ce monde parfaitement à leur goût parce qu’ils savent comment le piller à leur avantage et sont convaincus d’avoir cultivé chez leurs enfants ce même « talent » (c’est là le mot qu’ils emploient).

Un barde de ma génération chantait : « Everybody knows the good guys lost ! » : chacun sait que les bons ont perdu. Mais sera-ce toujours vrai ? Je ne connais pas encore la réponse, et tant que je la recherche avec obstination, je ne t’aurai encore rien transmis. »

43Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Courrier reçu : À propos de votre vidéo « Le navire sombre de la fière Albion », par Blerim Amidi

Je publie quelquefois ici – avec l’autorisation de son auteur ou de son autrice – des courriers de lecteurs. Celui-ci m’a tout particulièrement fait sourire. Ouvert aux commentaires.

Monsieur Jorion,

Plus je vous lis et plus je regarde vos vidéos, non seulement plus je vous apprécie (dans ce cadre-là seulement, il y a possibilité d’une croissance infinie de quelque chose), mais plus je me rends compte que vous faites partie des rares à mon avis à avoir une véritable carrure d’Homme d’Etat. Au sens véritable et profond du terme, inspirant respect et confiance, transpirant une grande intelligence dans tous les sens du terme mais également une très grande sagesse, ainsi que la bonté, le dévouement et la générosité vis-à-vis des autres, quels qu’ils soient.

Ce n’est pas comme député européen dont on a besoin de vous, mais c’est à la tête d’un état voire de l’UE (quelle tête ?). Là où vous pourriez vraiment faire quelque chose.

Pour accentuer le caractère dramatique de la situation, le temps joue très fortement contre nous.

Bon sang comme il est frustrant d’avoir une solution là sous les yeux et de ne pas pouvoir la mettre en oeuvre.

Je voulais juste vous communiquer ce que vous m’inspiriez comme sentiment.

Avec respect,

Blerim Amidi

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

« Common decency », par Cédric Chevalier

Ouvert aux commentaires.

Sans vouloir défendre M. Emmanuel Macron, son gouvernement a raison de défendre l’idée de « common decency » contre Trump. Il s’agit d’Humanisme en pratique.

Donc je vais répondre en anglais: ‘common decency’ aurait été de bon aloi », a déclaré M. Griveaux à l’issue d’un Conseil des ministres, en reprenant un concept de l’écrivain britannique George Orwell. 

Continuer la lecture de « Common decency », par Cédric Chevalier

10Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Que faire ? (vous êtes toujours de bon conseil !) – Résolution

Ce matin, la somme de 366,35 € que SFR me devait, m’a été restituée (je vous rappelle que dans cette affaire j’étais au contraire mis en demeure par une firme de recouvrement de verser la somme de 76,48 €).

Cet heureux dénouement n’aurait pas été possible sans vos conseils, vos interventions, et vos généreuses offres d’aide juridique.

8Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

La connaissance inconfortable de dates précises

Ante Scriptum : vos nombreux messages depuis que je viens de mettre ce billet en ligne me font comprendre que certains d’entre vous ont la gentillesse de n’en lire que la première phrase avant de m’écrire aussitôt. Je les remercie chaleureusement pour leur sollicitude ! Je traduis donc (sans humour ni ironie) ce qui suit : l’alerte a été chaude mais elle s’avère aujourd’hui avoir été entièrement une fausse alerte.

J’ai vécu les quinze derniers jours dans l’ombre portée par un diagnostic de cancer agressif éventuellement à un stade avancé.

L’inconvénient n’est pas dans la nouvelle que vous mourrez un jour (vous étiez censé être au courant 😉 ) mais dans la mention d’un éventail de dates précises (ce qui procure un relief réaliste à l’information et vous oblige à « prendre des dispositions »).

L’avantage réconfortant à l’arrivée, c’est qu’on vous déclare que vous allez à ce point bien qu’on voit mal ce qui pourrait désormais vous arriver (en imaginant que vous aurez compris que cette excellente nouvelle vaut pour le court et le moyen termes seulement  😉 ).

13Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail