Archives de catégorie : Terrorisme

Djihadistes : La quatrième génération, par Michel Leis

Billet invité.

J’ai été tétanisé après les attentats de Bruxelles. Pour des raisons professionnelles, j’ai beaucoup fréquenté l’aéroport de Zaventem entre 2007 et 2015, souvent à ces horaires matinaux d’où partent la plupart des vols pour l’Europe. Un collègue était à l’aéroport ce mardi matin, mais heureusement, il est indemne.

Continuer la lecture de Djihadistes : La quatrième génération, par Michel Leis

Partager :

Robotique – À quelque chose, malheur est bon !, par Roberto Boulant

Billet invité.

La journaliste Naomi Klein a, dans son célèbre essai La Stratégie du choc, la montée d’un capitalisme du désastre, démontré la manière dont de puissants intérêts privés pouvaient profiter de la survenue de toutes sortes de « chocs », pour faire évoluer et détourner le rôle de l’État en leur faveur.

Continuer la lecture de Robotique – À quelque chose, malheur est bon !, par Roberto Boulant

Partager :

France Bleu Armorique, La question du jour, mercredi 23 mars 2016 de 8h10 à 8h30

Une amie m’a écrit ceci :

Je viens de t’écouter.
Il y a une chose qui n’apparaît pas très clairement dans ton propos et qui sera peut être mal compris :
– tu dis que Bruxelles est une ville qui a bien réussi l’intégration et que c’est justement pour cela que les derniers événements ont pu arriver.
Je vois bien ce que tu veux dire,
– mais attention, d’autres (qui ne te connaissent pas forcément) pourraient interpréter différemment et comprendre que tu critiques cette intégration qui conduit à ces événements.

Je lui ai répondu ceci :

Oui j’ai essayé de dire que l’enfer était pavé de bonnes intentions. De manière globale, des personnes qui penseraient que l’intégration est éventuellement critiquable ne comprendront pas grand chose à l’ensemble des choses que j’ai dites. Ce sont d’ailleurs des personnes qui jugeront que « expliquer c’est automatiquement justifier » – et c’est pourquoi j’ai insisté sur la nécessité d’expliquer. Mais je suis prévenu depuis longtemps : tenir un discours qui sera compris sans la moindre ambiguïté aussi bien du pêcheur de l’Île de Houat sur sa coquille de noix que du ministre des Pêches, c’est une gageure !

Partager :

22 MARS – ATTENTATS DE BRUXELLES : PREMIÈRE ANALYSE À CHAUD, par Cédric Mas

Billet invité.

Ce billet est rédigé sur la base des seules informations confirmées connues à 15h30 le 22/03/2016. Il s’agit humblement d’offrir une aide à la réflexion et à la prise de recul rapport aux flux d’informations et de réactions (improprement qualifiées d’analyses “d’experts” poursuivant leur propre agenda) qui se succèdent à un rythme élevé dans ce genre d’évènements.

bruxelle 1c

Continuer la lecture de 22 MARS – ATTENTATS DE BRUXELLES : PREMIÈRE ANALYSE À CHAUD, par Cédric Mas

Partager :

L’ÉTAT ISLAMIQUE CIBLE DÉSORMAIS L’ÉCOLE PUBLIQUE ET LES SERVICES SOCIAUX, par Cédric Mas

Billet invité.

Sorti le 30 novembre 2015, soit deux semaines après les attentats du 13 novembre 2015, qui ont frappé Paris, le numéro 7 de la revue officielle francophone de l’État Islamique (numéro du mois de Safar 1437, soit le mois qui commence le 13/11/2015) est riche d’enseignements et doit donc être analysé en détail.

Continuer la lecture de L’ÉTAT ISLAMIQUE CIBLE DÉSORMAIS L’ÉCOLE PUBLIQUE ET LES SERVICES SOCIAUX, par Cédric Mas

Partager :

Une application grossièrement abusive de l’état d’urgence, par Jacques Ghysbrecht

Billet invité.

Le Monde, Etat d’urgence : une circulaire « Pepper Grill », un soupçon de recours et une assignation mobile, le 28 novembre 2015

Daesh est un groupe organisé qui agit militairement, dans un but de domination territoriale quasi–étatique, sur un territoire étendu. La France et la Belgique, comme parties d’une coalition internationale, le combattent militairement sur ce même territoire. Daesh a déclaré son hostilité idéologique aux États européens dans leur ensemble. Il attente à des vies humaines sur le territoire de ces États, de manière organisée, en raison de cette hostilité et aussi par mesure de rétorsion à leur encontre. Cette situation, qui est durable, ne répond pas à toutes les conditions d’un état de guerre, notamment parce que Daesh n’a pas toutes les caractéristiques d’un véritable État et qu’il n’existe pas avec Daesh de possibilité d’un dialogue diplomatique, sans laquelle il n’y a pas à proprement parler de « guerre ». La menace représentée par Daesh en France vient d’atteindre un paroxysme. Cet ensemble de circonstances justifie à mon sens l’instauration de l’état d’urgence, et ce tout autant pour neutraliser la présence actuelle de Daesh en France que pour y réduire sa liberté d’action dans les moments à venir.

Continuer la lecture de Une application grossièrement abusive de l’état d’urgence, par Jacques Ghysbrecht

Partager :

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 27 NOVEMBRE 2015 – (retranscription)

Retranscription de Le temps qu’il fait le 27 novembre 2015. Merci à Cyril Touboulic !

Bonjour, nous sommes le vendredi 27 novembre 2015, et avant de dire ce que j’ai envie de dire aujourd’hui, je vais faire une petite entrée en matière en parlant d’autre chose.

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 27 NOVEMBRE 2015 – (retranscription)

Partager :

La violence nue, par Dominique Temple

Billet invité. P. J. : Je me permets d’attirer votre attention sur ce qui me paraît une réflexion essentielle ici sur le meurtre-suicide. Ouvert aux commentaires.

Toutes les sociétés, nous rappelle Marcel Mauss, sont fondées à l’origine sur le principe de réciprocité. Mais d’où vient que depuis l’origine des temps les sociétés se livrent des guerres inexpiables ? Serait-ce que chaque système de réciprocité produirait un sentiment de l’humain, exclusif et irréductible ? Hors de la réciprocité, autrui serait-il abandonné aux forces de la nature ?

Continuer la lecture de La violence nue, par Dominique Temple

Partager :

Court terme, long terme, par Michel Leis

Billet invité.

Comme le rappelle Cedric Mas dans son billet, la rhétorique guerrière porte avant tout sur le court terme. La lutte contre le terrorisme ne peut se limiter à une série de « batailles », que ce soit sur le territoire national contre des individus prêts à recourir à la violence, ou à l’extérieur avec les bombardements contre Daesh. Les postures guerrières et les mesures d’exception sont un acte de communication avant d’être réellement efficaces. Il faut rappeler une évidence : sans perspectives de long terme, la lutte contre le terrorisme est vouée à l’échec, il se renouvelle sans cesse et continue d’attirer à lui de nouveaux adeptes. On gagne des batailles sans jamais gagner la guerre. Depuis longtemps déjà, les priorités de la politique nationales et l’action diplomatique traduisent ce manque de vision, non seulement en France, mais dans d’autres pays occidentaux.

Continuer la lecture de Court terme, long terme, par Michel Leis

Partager :