Archives de catégorie : Fukushima

FUKUSHIMA : COMBIEN DE TCHERNOBYL(S) ? par François Leclerc

Billet invité.

L’estimation des rejets radioactifs résultant de la catastrophe de Fukushima est un enjeu tout aussi important que l’analyse des évènements qui sont intervenus – ou pourraient le faire – sur le site de la centrale. En dépit d’une communication qui se veut foisonnante ayant pour origine de nombreuses autorités japonaises et internationales, elle soulève de nombreuses interrogations.

Une nouvelle unité de mesure des rejets radioactifs est née, qui fait désormais référence pour le grand public : le Tchernobyl. On parle désormais en pourcentage de ceux que Tchernobyl a suscité, dans l’intention apaisante de démontrer qu’elle est bien moindre. On en serait à un sixième. Mais que penser d’une mesure qui ne rend pas compte des effets des rejets, c’est-à-dire de leur concentration ou de leur mode de contamination ? Que penser de chiffres – astronomiques mais ne voulant rien dire au commun des mortels – qui sont communiqués en terabecquerels (milliers de milliards) et en petabecquerels (millions de milliards) ?

Continuer la lecture de FUKUSHIMA : COMBIEN DE TCHERNOBYL(S) ? par François Leclerc

Partager :

FUKUSHIMA : L’ANNIVERSAIRE IMPOSSIBLE, par François Leclerc

Billet invité

Le 11 mars 2011, suite à un séisme, le tsunami détruisait le mur de protection de la centrale de Fukushima et, par un enchaînement de circonstances, déclenchait la quatrième grande catastrophe nucléaire d’une industrie depuis mise en question.

2ème PARTIE

Les langues commencent à se délier et les documents à sortir. Un document officiel prouve que le gouvernement était le 11 mars même informé du risque de fusion du combustible, dont il a nié l’existence avec Tepco pendant deux mois, jusqu’à la mi-mai. C’est à partir des données contenus dans ce rapport que le rayon d’évacuation autour de la centrale a été élargi le lendemain de 10 à 20 km, selon un autre compte-rendu de réunion à Tokyo. Yukio Edano, alors porte-parole du gouvernement et depuis ministre de l’économie et du commerce de l’industrie a tenté de faire amende honorable : « J’accepte humblement d’être critiqué parce que je ne pouvais pas vous dire qu’il y avait un risque de fusion ». Ce n’est qu’un début…

Autour de la centrale, les zones évacuées sont principalement contaminées par le césium 137. Le gouvernement a pour objectif de symboliquement permettre le retour d’une partie des 210.000 Japonais déplacés, qui ont dû tout quitter dans la précipitation ; il est prévu de décontaminer sur une grande échelle les territoires qui sont le moins atteints, afin de les assainir. La zone interdite va dans l’immédiat être redéfinie d’ici à la fin du mois, le rayon de 20 km ne correspondant pas aux mesures de contamination effectuées et aux évacuations réalisées.

Continuer la lecture de FUKUSHIMA : L’ANNIVERSAIRE IMPOSSIBLE, par François Leclerc

Partager :

FUKUSHIMA : L’HEURE DU BILAN N’A PAS SONNÉ, par François Leclerc

Billet invité

Le 11 mars 2011, suite à un séisme, la vague d’un tsunami détruisait le mur de protection de la centrale de Fukushima et, par un enchaînement de circonstances, déclenchait la quatrième grande catastrophe nucléaire d’une industrie depuis mise en question.

1ère PARTIE

« Il faut accepter de se préparer à des situations complètement inimaginables, parce que ce qui nous menace le plus, ce n’est pas un accident standard (…) car nous avons un des opérateurs nucléaires parmi les plus compétents au monde ». Voilà la leçon de Fukushima, telle qu’elle est tirée sous forme de paradoxe par Jacques Repussard, le directeur général de l’Institut de Radioprotection et de sûreté Nucléaire français (IRSN), qui ne passe pas pour un antinucléaire convaincu. Sans toutefois aller jusqu’à envisager, pour supprimer l’effet, de supprimer la cause.

Nous ne sommes pas pour autant au bout de nos peines à Fukushima. Le Japon de 2012 n’est pas l’URSS de 1986, et l’on peut cependant espérer qu’un autre type de sarcophage que celui de Tchernobyl ne finira pas par générer un oubli coupable et un silence complice, fort de la puissance du lobby électronucléaire japonais.

Continuer la lecture de FUKUSHIMA : L’HEURE DU BILAN N’A PAS SONNÉ, par François Leclerc

Partager :