9 réflexions sur « Alliance française de la vallée d’Aoste, Italie, Le grand tournant des sociétés humaines, le 2 mai 2012 »

  1. Merci Paul je trouve votre intervention une excellente synthèse de vos propos, très clair malgré les digressions habituelles (je vous apprécie pour cela également. 😉
    Continuez comme cela, s’il vous plait !

  2. Comme vous le dites, les grands tournants de l’histoire ont été accompagnés notamment par les innovations technologiques (la maîtrise du feu, l’imprimerie, le moteur…). L’art aussi, il me semble, y a joué un grand rôle (la représentation égyptienne, la perspective, la mise à plat moderne…). L’art participe à l’ouverture de nouvelles voies, ceci en (re)présentant le « monde » ?
    Au alentour des années 80 on parlait de « crise » de l’art, suite à l’essoufflement des explorations de l’art moderne. Cette crise, comme la crise financière (et d’autres) est-elle passée ? A l’heure du grand tournant annoncé, que ce passe-t-il et va-t-il se passer du coté de l’art ?

  3. Bizness is bizness

    Jugeant que le catastrophisme était mauvais pour les affaires et qu’il ne fallait pas s’appuyer sur « des modèles informatiques basés sur de simples hypothèses humaines », ce lobby local est donc passé à l’offensive contre ce rapport scientifique, avec tant d’efficacité que l’évaluation d’1 mètre de hausse du niveau de l’océan a été substantiellement revue à la baisse : la Commission des ressources côtières a finalement validé le chiffre de 15,6 pouces, soit un peu moins de 40 centimètres. Mais cette contre-attaque ne s’est pas arrêtée là. Un texte amendant une loi sur la politique d’aménagement des côtes de Caroline du Nord a même été préparé en avril, qui ajoute des restrictions sur l’évaluation de la hausse du niveau de l’océan dans cet Etat !

    Interdira-t-on les prévisions climatiques ?

  4. @ Paul Jorion,

    Il me semble que le passage suivant est comment dire, plus révélateur de l’état d’esprit sous-jacent au B is B. En tout cas, je me suis bien marré !

    Il se peut aussi que rien de tout cela n’arrive, à en croire le sénateur républicain de l’Oklahoma James Inhofe, tout simplement parce que Dieu ne permet pas le changement climatique. C’est écrit dans la Bible. Lors d’une intervention à la radio début mars, cet homme politique a cité un passage de la Genèse pour soutenir son propos : « Tant que la terre subsistera, les semailles et la moisson, le froid et la chaleur, l’été et l’hiver, le jour et la nuit ne cesseront point. » Il a ajouté : « Dieu est toujours là-haut. Je suis scandalisé par l’arrogance des gens qui pensent que nous, êtres humains, serions capables de changer ce qu’Il fait avec le climat. » Tout est dit.

    Bref , on n’est pas rendu…

  5. Bon, alors je sais, M. Paul Jorion, qu’entre vos conférences, votre bouquin et le blog, vous avez fort à faire… mais ce petit topo sur ce que DOIT intégrer l’humanité si elle veut réussir son « grand tournant », me donne envie de poser les quelques ingrédients que vous avez mis en lumière dans cette vidéo et de lister les « possibles »… juste, si je me goure, vous corrigez…

    1/ Les êtres humains ont considérablement progressé techniquement…

    2/ Le bon… c’est que cela permet entre autres, de déplacer la masse de travaux pénibles de l’Homme vers la machine… et d’augmenter notre capacité à mieux vivre…

    3/ Le mauvais… c’est que n’ayant pas su partager plus équitablement les richesses, on se retrouve avec des millions de gens sans travail, et donc, sans pouvoir d’achat… et que, sans pouvoir d’achat, il n’est pas question de profiter autant qu’on le pourrait, de ces techniques…

    4/ Mais que, quand même, puisqu’il nous en faut un certain nombre tout de même, les particuliers et les Etats s’endettent… augmentant et accélérant par cela le fossé entre ceux qui possèdent et ceux qui ne possèdent pas…

    5/ A cela il faut ajouter qu’on a beaucoup trop pioché dans les réserves de la planète et qu’on ne va pas pouvoir continuer comme cela très longtemps…

    Nous sommes donc tombé sur un os alors même que beaucoup croyaient au contraire, que la vie allait être une promenade de santé….

    Dit autrement…. Notre savoir technique est immense, le potentiel de croissance infini… sauf qu’il ne peut avoir lieu puisque cela épuiserait la terre et que notre système, notre organisation développe trop d’inégalité qui bloque la machine…

    En gros, nous sommes à la porte du paradis… mais elle restera fermée faute d’avoir pensé correctement la gestion des ressources de la Terre ainsi que le vivre ensemble….

    A/ On ne sait pas trouver une politique qui permette une bonne répartitions du travail et des richesses

    B/ Et quand bien même nous y parvenions, il faudrait malgré tout revoir à la baisse le mode de vie tant il met en péril de manière générale, la vie sur notre planète…

    Les possibles…
    1/ Les plus riches décident que vraiment, les pauvres ne leur servant plus à rien, il leur faut les éliminer…

    2/ Les plus pauvres voyant que décidément, leurs élites ne leur servant plus à rien, il choisissent de les éliminer…

    3/ Les plus pauvres et les plus riches ainsi que les autres décident qu’il n’y aura pas de place pour tout le monde et qu’il est tant de revenir sur le pacte social et de laisser la débrouille opérer… (en gros solution 1/ et 2/ en même temps…

    4/ Chacun voyant que l’on risque de se diriger vers l’une des trois premières solutions, décide en son âme et conscience d’arrêter les conneries et de s’organiser mondialement, scientifiquement, posément et harmonieusement pour mettre en place une gouvernance mondiale qui telle une mère qui aime tous ses enfants de la même manière, fera en sorte de trouver le juste équilibre pour le bon épanouissement de tous…

    Voilà, et c’est là que vous intervenez… d’abord pour me corriger si jamais j’ai commis une erreur et ensuite pour lancer la liste à idée que tous les intervenants de ce forum pourront compléter de leurs propositions….

    La liste…
    1/ (j’en met une petite, histoire de ne pas me la faire piquer par quelqu’un d’autre… c’est que j’en ai pas des masses, des propositions…)….
    Première proposition donc….
    Envoyer une lettre traduite en plusieurs langues à tous les dirigeants de tous les pays afin de leur demander qu’une réunion soit organisée entre tous, chaque six mois…
    Réunion durant laquelle les propositions seront débattues…

    1. Il me semble que vous m’avez parfaitement compris. Une petite remarque : c’est notre définition prédatrice de la propriété privée qui fait que

      ressources indisponibles pour la production ou la consommation -> versement d’intérêts -> croissance -> destruction de la planète

      1. … ça veut dire que prit en sens inverse…

        1/ Si l’on veut stopper la destruction de la planète… il faut arrêter la course à la croissance (je parle ici de la fabrication et de la consommation qui ne servent pas les intérêts premiers de l’Homme… exemple: du chauffage pour une famille c’est bien mais une maison parfaitement bien isolée, c’est mieux… quand aux fraises qui font le tour du monde avant d’atterrir dans l’assiette, je n’en parle même pas…)

        2/ Si l’on veut se débarrasser de cette « philosophie de la croissance » comme seule option…. Il faut enrayer cette logique du versement d’intérêts….

        3/ pour qu’il n’y ait plus cette logique de ‘l’argent qui est prêté pour faire des petits »…. Il ne faut plus que les populations manquent de moyens pour assouvir leurs besoins essentiels…

        4/ Pour que personne ne manque de l’essentiel… Il faut revoir le droit à la propriété…

        Question:
        Comment envisager une société dans laquelle chaque individu peut avoir accès aux moyens indispensables pour se nourrir convenablement, se loger, s’instruire, avoir une activité qui lui donne un rôle dans la société et fonder une famille s’il le désire… sans que lui-même ne possède quoi que ce soit ?

        Début de réponse que je vous soumets…. Il faut qu’il ait confiance dans la collectivité et ne doute pas que le groupe lui fournira toujours ce dont il aura besoin dans l’avenir… ainsi, il ressentira moins le besoin de se protéger en possédant ce dont il a ou pourrait avoir besoin….

Les commentaires sont fermés.