Archives par mot-clé : À quoi bon penser à l’heure du grand collapse ?

« À quoi bon penser à l’heure du grand collapse ? », dans toutes les bonnes librairies

Extrait (II) de la préface par Jacques Athanase Gilbert et Franck Cormerais

Ni exactement économiste, ni philosophe, Paul Jorion a développé une parole qu’il faut savoir écouter et entendre.

On peut commencer par trois questions. De quoi parle-t-il ? Que dit-il ? Et sans doute aussi : d’où parle-t-il ? On peut répondre assez succinctement à la première : Paul Jorion propose une anthropologie philosophique dont l’objet est d’appréhender la formation des catégories de la pensée au sein de plusieurs cultures qu’il compare, et cette réflexion l’a mené à l’élaboration d’une réflexion politique sur notre modernité. Continuer la lecture de « À quoi bon penser à l’heure du grand collapse ? », dans toutes les bonnes librairies

Partager :
Recommandez par mail Recommandez par mail

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 3 NOVEMBRE 2017 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 3 novembre 2017. Merci à Marianne Oppitz.

Bonjour, nous sommes le vendredi 3 novembre 2017. Beaucoup de choses qui se bousculent dans l’actualité. Un petit mot en passant sur l’impôt sur les grandes fortunes – sur les pays qui essayent de le supprimer, comme la France, les États-Unis – ne cherchez pas dans l’économie ni dans la finance une explication pourquoi ça se passe en ce moment. Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 3 NOVEMBRE 2017 – Retranscription

Partager :
Recommandez par mail Recommandez par mail

« À quoi bon penser à l’heure du grand collapse ? », dans toutes les bonnes librairies

Extrait de la préface par Jacques Athanase Gilbert et Franck Cormerais

Comment présenter Paul Jorion ? Il doit sa célébrité au fait qu’il a anticipé la crise de 2008 dans un ouvrage de 2007, repéré par Jacques Attali : Vers la crise du capitalisme américain ? Cela a eu pour effet que Paul Jorion a été considéré à la fois comme un économiste et une sorte de Cassandre. Cette image véhiculée par les médias est ambivalente dans la mesure où elle l’a fait connaître mais l’a aussi enfermé dans un domaine étroit. Il fait partie de ces personnes qu’on sollicite en temps de crise. Son ouvrage Le dernier qui s’en va éteint la lumière a conforté cette image d’oiseau de mauvais augure qui annonce rien moins que l’extinction de l’espèce humaine. Paul Jorion est-il crédible en « collapsologue » ?

Continuer la lecture de « À quoi bon penser à l’heure du grand collapse ? », dans toutes les bonnes librairies

Partager :
Recommandez par mail Recommandez par mail