Archives par mot-clé : Alison Krauss

« The Boxer » (1969)

« The Boxer », de Paul Simon, chantée par Simon & Garfunkel.

… il paraît plus probable que la chanson soit autobiographique, Simon l’ayant composée à une époque où les critiques ne l’épargnaient pas et exprimant ainsi à la fois sa lassitude et sa détermination.

Alison Krauss et James Taylor

Continuer la lecture de « The Boxer » (1969)

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

SCHIZOPHRÉNIE

J’ai passé douze ans aux États-Unis. J’y ai été très bien reçu. Mais il y a une part de ce pays que je n’aime pas du tout. Et cette part que je n’aime alors pas du tout n’empêche pas qu’il y en ait une autre que j’aime, et que j’aime elle vraiment beaucoup.

Quand j’étais là, aux yeux de ceux qui auraient été comme moi, j’appartenais aux deux parts.

Dans la partie que j’aime beaucoup – faut-il le dire ? – Alison Kraus et Union Station.

When you say nothing at all

Ghost in this house

Let me touch you for a while

Alison Kraus & Union Station se trouvent déjà dans mes billets Bluegrass et La façon dont chantent les anges

P.S. Demain, pour équilibrer, heavy metal, promis !

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

LA FAÇON DONT CHANTENT LES ANGES

J’ai déjà évoqué Alison Krauss à propos du style bluegrass. Aujourd’hui, je parlerai d’elle à propos des anges. Parce que les critiques américains ne peuvent évoquer sa voix sans évoquer les anges. Comme si nous pouvions savoir comment chantent les anges (soupir…) !

Ce qui me paraît tout particulièrement admirable chez elle, c’est la manière dont elle puise de manière éclectique dans le fonds populaire de la musique états-unienne : du fonds anglo-irlandais au gospel, en passant par la culture minière des Appalaches et les cantiques baptistes les plus mélos. Et tout cela en s’accompagnant au violon, et en progressant sur la ligne de crête particulièrement casse-gueule qui sépare le kitsch du sublime.

Enjoy ! comme on dit là-bas.

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail